société

Un père pousse un coup de gueule sur Twitter contre la masculinité toxique

Le journaliste américain Aaron Gouveia pousse un coup de gueule sur Twitter pour dénoncer la masculinité toxique, alors que son fils de cinq ans est harcelé à l’école parce qu’il porte du vernis. 
Twitter/@DaddyFiles
Twitter/@DaddyFiles

Twitter/@DaddyFiles


Un père condamne la masculinité toxique après que son fils de 5 ans ait été harcelé pour avoir porté du vernis”, a titré le journal britannique The Independent, mercredi 24 octobre. Aaron Gouveia est journaliste, fondateur d’un site sur la parentalité, The Daddy Files, et père de trois enfants. Mardi 23 octobre, il pousse un coup de gueule sur Twitter après que son fils de 5 ans, Sam, ait appris à l’école “combien la masculinité toxique est merdique et blessante”. 

 

 

Aaron Gouveia présente son fils dans son thread Twitter: il le décrit comme un petit garçon qui s’intéresse aussi bien aux activités dites masculines que féminines. “Il est turbulent, bruyant, adore les camions et faire du sport mais il a aussi une collection de sacs et il aime mettre du vernis parce qu’il trouve que c’est magnifique”, raconte-t-il. Avant d’ajouter: “Il est donc parti ce matin à l’école avec les ongles peints en rouge parce que notre fils ne considère pas que le vernis est seulement pour les filles et que quelqu’un pourrait avoir un problème avec ça”.

 

 

 

Le père de famille explique que, malheureusement, ce n’est pas le cas des camarades de classe de Sam. Toute la journée, ce dernier a été “ridiculisé” parce que c’est “un garçon qui porte du vernis”. Très en colère, Aaron Gouveia s’est alors adressé aux parents pour leur reprocher de véhiculer cette masculinité toxique à leurs propres enfants dès leur plus jeune âge. Un père qui a tout compris pour que son fils grandisse libre de tout stéréotype. 

 

 

Wendy Le Neillon


3. Les hommes trans sont-ils l'avenir de la masculinité non toxique?

Et si les hommes trans, par leur expérience du sexisme et du patriarcat, étaient les personnes les plus à même de déconstruire les codes de masculinité toxique? On a échangé avec plusieurs d’entre eux sur la façon dont ils ont construit leurs masculinités féministes.
Twitter/@DaddyFiles - Cheek Magazine
Twitter/@DaddyFiles

5. Pourquoi être une femme arbitre de football reste un combat

Si les femmes arbitres investissent de plus en plus le football, les avancées restent lentes, entre plafond de verre, invisibilisation et sexisme sur le terrain. Enquête.
Twitter/@DaddyFiles - Cheek Magazine
Twitter/@DaddyFiles

6. Cheek Magazine existe désormais en Argentine

On peut maintenant lire Cheek Magazine dans une version argentine, signe que le féminisme latino est toujours en pleine effervescence.
Twitter/@DaddyFiles - Cheek Magazine
Twitter/@DaddyFiles

7. La pole dance est-elle une pratique féministe?

Hier exclusivement associée aux strip-teaseuses, la pole dance est aujourd’hui en voie de démocratisation. Plus qu’une pratique mainstream, elle fédère les esprits militants.
Twitter/@DaddyFiles - Cheek Magazine
Twitter/@DaddyFiles