société

Un père pousse un coup de gueule sur Twitter contre la masculinité toxique

Le journaliste américain Aaron Gouveia pousse un coup de gueule sur Twitter pour dénoncer la masculinité toxique, alors que son fils de cinq ans est harcelé à l’école parce qu’il porte du vernis. 
Twitter/@DaddyFiles
Twitter/@DaddyFiles

Twitter/@DaddyFiles


Un père condamne la masculinité toxique après que son fils de 5 ans ait été harcelé pour avoir porté du vernis”, a titré le journal britannique The Independent, mercredi 24 octobre. Aaron Gouveia est journaliste, fondateur d’un site sur la parentalité, The Daddy Files, et père de trois enfants. Mardi 23 octobre, il pousse un coup de gueule sur Twitter après que son fils de 5 ans, Sam, ait appris à l’école “combien la masculinité toxique est merdique et blessante”. 

 

 

Aaron Gouveia présente son fils dans son thread Twitter: il le décrit comme un petit garçon qui s’intéresse aussi bien aux activités dites masculines que féminines. “Il est turbulent, bruyant, adore les camions et faire du sport mais il a aussi une collection de sacs et il aime mettre du vernis parce qu’il trouve que c’est magnifique”, raconte-t-il. Avant d’ajouter: “Il est donc parti ce matin à l’école avec les ongles peints en rouge parce que notre fils ne considère pas que le vernis est seulement pour les filles et que quelqu’un pourrait avoir un problème avec ça”.

 

 

 

Le père de famille explique que, malheureusement, ce n’est pas le cas des camarades de classe de Sam. Toute la journée, ce dernier a été “ridiculisé” parce que c’est “un garçon qui porte du vernis”. Très en colère, Aaron Gouveia s’est alors adressé aux parents pour leur reprocher de véhiculer cette masculinité toxique à leurs propres enfants dès leur plus jeune âge. Un père qui a tout compris pour que son fils grandisse libre de tout stéréotype. 

 

 

Wendy Le Neillon


1. Battantes sur les plateaux télé ou les rings de boxe: on a fait discuter Rokhaya Diallo et Sarah Ourahmoune

L’ex-championne de boxe et cheffe d’entreprise Sarah Ourahmoune et la journaliste, réalisatrice et conférencière Rokhaya Diallo racontent leurs parcours dans deux livres passionnants actuellement en librairies. L’occasion de discuter avec ces femmes inspirantes de déterminisme social, maîtrise des émotions et stratégies pour lutter contre les discriminations.
Twitter/@DaddyFiles - Cheek Magazine
Twitter/@DaddyFiles

2. J’ai passé la soirée avec Michelle Obama

Dans le cadre de sa tournée de promotion pour son livre Becoming, l’ancienne première dame américaine était hier de passage à Paris. L’occasion de découvrir en live celle qui, depuis 2008, est devenue une véritable icône d’empowerment.
Twitter/@DaddyFiles - Cheek Magazine
Twitter/@DaddyFiles

3. Avec “Première Campagne”, Audrey Gordon donne un visage jeune et féminin au journalisme politique

Dans son documentaire Première Campagne, en salles le 17 avril, la réalisatrice Audrey Gordon propose de suivre une jeune reporter chargée de couvrir la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron de 2017. Une immersion intelligente qui analyse et humanise la profession de journaliste.  
Twitter/@DaddyFiles - Cheek Magazine
Twitter/@DaddyFiles

5. La voix des femmes, énième refuge des stéréotypes de genre

Des sirènes maléfiques aux femmes politiques dont la voix est critiquée à l’envi, les voix féminines sont constamment soumises au sexisme ordinaire. De l’Antiquité à nos jours, pourquoi nos voix sont elles sources d’autant de crispations que de fantasmes.
Twitter/@DaddyFiles - Cheek Magazine
Twitter/@DaddyFiles

6. Pourquoi la France ne tolère-t-elle pas une Miss France noire?

Lors de chaque concours de Miss, les candidates et gagnantes noires sont systématiquement harcelées par des trolls les jugeant “indignes” de représenter le pays.
Twitter/@DaddyFiles - Cheek Magazine
Twitter/@DaddyFiles