société

A start-up is born / DatchMe

Avec DatchMe, elles vous aident à devenir des pros de la déco

On a rencontré Anastasia Matyushova et Laure-Anne Chiche, les fondatrices de DatchMe, une start-up de déco participative en ligne.
Anastasia Matyushova et Laure-Anne Chiche, DR
Anastasia Matyushova et Laure-Anne Chiche, DR

Anastasia Matyushova et Laure-Anne Chiche, DR


Vous rêvez d’un salon digne de Tumblr ou Pinterest? Elles vont vous aider. À 29 ans, Laure-Anne Chiche et Anastasia Matyushova sont à la tête de la start-up DatchMe, un site collaboratif de déco d’intérieur où les particuliers peuvent échanger conseils, astuces et bons plans tout en publiant des photos de leur appart. Présentées l’une à l’autre en 2014 par des connaissances en commun, les deux jeunes femmes partagent la même envie de se lancer dans le digital. L’une a des parents entrepreneurs et l’autre a déjà une expérience en start-up. Elles ont tout de suite envie de monter leur boîte ensemble, mais il leur manque encore un concept précis.

Lorsque Laure-Anne Chiche reçoit des amis chez elle, elle s’aperçoit que les questions fusent sur l’endroit où elle a acheté son tapis. De son côté, Anastasia Matyushova cherche à réorganiser son intérieur mais elle se retrouve vite face à des sources d’inspirations différentes et incomplètes. Pour elle, “il s’avère compliqué de trouver à la fois l’inspiration et les produits sur une seule et même plateforme”. C’est le déclic. À cette époque, le secteur de la déco est encore peu digitalisé, et elles sautent sur l’occasion de mettre en avant le potentiel qui se cache derrière la porte de leurs voisins, en partant du principe qu’ils ont forcément de bonnes idées. Début 2016, leur société est lancée. Interview express.

C’est quoi DatchMe?

DatchMe, c’est un site collaboratif de déco d’un genre nouveau qui permet de trouver l’inspiration mais aussi des astuces et des produits à choper dans l’intérieur de ses voisins. Cette plateforme permet aux particuliers qui sont fiers de leur déco de partager des photos de leur appart en ligne. Ils peuvent les décrypter (meubles, accessoires, revêtements) et indiquer de petites astuces, des conseils brico/déco ou des DIY. Ceux qui sont en panne d’idées peuvent s’inspirer des photos proposées, car on peut créer un intérieur douillet chez soi sans forcément beaucoup de moyens.

Le jour où vous vous êtes lancées?

On a commencé à y réfléchir en 2014 même si au début l’idée était un peu différente. Notre choix s’est affiné en discutant de notre projet avec de potentiels utilisateurs et des professionnels du secteur. Ensuite, on a lancé le développement technique, une démarche assez longue et fastidieuse. Et c’est finalement début 2016 que le site a vu le jour publiquement.

“Gérer une start-up, ce n’est pas un sprint, c’est un marathon sur la durée.”

Le conseil que vous donneriez à quelqu’un qui veut monter sa boîte?

Gérer une start-up, ce n’est pas un sprint, c’est un marathon sur la durée et il ne faut pas s’essouffler. Bien sûr, il y a des hauts et des bas mais il faut apprendre à les gérer et surtout croire en son projet. Il ne faut pas avoir peur de soi, dépasser ses craintes et y aller en se donnant les moyens de réussir. Le quotidien d’un entrepreneur est semé d’embûches mais le jeu en vaut vraiment la chandelle.

Vous vous voyez où dans trois ans?

Le but, c’est de développer de plus en plus notre univers pour faire en sorte qu’un maximum de personnes découvrent DatchMe. Mais notre ambition, c’est aussi de devenir l’un des plus grands showrooms de déco, et notre modèle est innovant puisque c’est la communauté déco elle-même qui crée et enrichit le site. Si, dans trois ans, nous arrivons à fédérer une belle communauté de “Datchers” qui s’implique, partage ses bons plans et pour qui ce projet a vraiment une utilité, le challenge sera déjà réussi.

Propos recueillis par Clémence Drouet


3. Dans cette vidéo, des femmes sourdes racontent comment elles vivent avec l’endométriose

Si vous ne deviez regarder qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cette émission de L’Œil et la main, diffusée sur France 5, sur les difficultés rencontrées par les femmes sourdes victimes de cette maladie, et leur manque d’accès à l’information.
Anastasia Matyushova et Laure-Anne Chiche, DR - Cheek Magazine
Anastasia Matyushova et Laure-Anne Chiche, DR

5. Féminicide: pourquoi la France a-t-elle tant de mal à reconnaître ce terme?

Chaque année, plus d’une centaine de femmes sont assassinées par leur conjoint ou ex-conjoint en France. Ces crimes sont des féminicides, à savoir des meurtres de femmes parce qu’elles sont des femmes. Inscrit dans le droit de nombreux pays latino-américains, la France commence seulement à intégrer le féminicide à son vocabulaire. Un lent processus de reconnaissance qui permet une meilleure visibilité de ces crimes sexistes.  
Anastasia Matyushova et Laure-Anne Chiche, DR - Cheek Magazine
Anastasia Matyushova et Laure-Anne Chiche, DR

6. Au Chili, son film sur l'avortement a créé le scandale

À la veille de l’élection présidentielle au Chili, un pays très conservateur en matière de droits des femmes, on a rencontré Constanza Figari, la réalisatrice d’un film coup de poing sur l’avortement.
Anastasia Matyushova et Laure-Anne Chiche, DR - Cheek Magazine
Anastasia Matyushova et Laure-Anne Chiche, DR