société

“Décret Photoshop”: les retouches photo désormais signalées en France

Depuis dimanche 1er octobre, les annonceurs doivent faire apparaître la mention “photographie retouchée” sur les clichés qui modifient le corps des femmes.
DR
DR

DR


Et si on se dirigeait vers la fin des corps féminins parfaits -et surtout modifiés via des logiciels- en couverture des magazines et sur les panneaux publicitaires? C’est en tous cas ce que souhaite impulser le gouvernement avec l’application du décret n° 2017-738, initié par Marisol Tourraine, ancienne ministre des affaires sociales et de la santé et signé le 4 mai 2017.

Depuis l’entrée en vigueur, dimanche, du “décret Photoshop”, les annonceurs ont l’obligation de faire apparaître la mention “photographie retouchée” sur les clichés de mannequins dont “l’apparence corporelle a été modifiée”.

 Sont concernées les photographies “à usage commercial de mannequins […] diffusées notamment par voie d’affichage, par voie de communication au public en ligne […] dans les publications de presse […] dans la correspondance publicitaire destinée aux particuliers et dans les imprimés publicitaires destinés au public.” En cas de manquement, l’annonceur sera sanctionné d’une amende minimale de 37 500 euros. De quoi en décourager certains? On l’espère.

Plutôt que de faire apparaître la mention “photographie retouchée”, certaines entreprises ont carrément décidé de bannir les clichés retravaillés avec des logiciels de retouche. C’est le cas de Getty Images, la banque d’images américaine, qui a annoncé dans un communiqué le 26 septembre dernier avoir modifié sa politique: “Aucune photo représentant des mannequins dont le corps a été retouché pour qu’il apparaisse plus mince ne peut nous être soumise.”

Même si l’initiative est à saluer, on regrette que le décret ne s’applique qu’en cas de silhouette affinée ou épaissie, ce qui exclut d’éventuels blanchiment de la peau, retouche du visage ou encore camouflage de cellulite ou de vergetures.

Margot Cherrid


3. Les hommes trans sont-ils l'avenir de la masculinité non toxique?

Et si les hommes trans, par leur expérience du sexisme et du patriarcat, étaient les personnes les plus à même de déconstruire les codes de masculinité toxique? On a échangé avec plusieurs d’entre eux sur la façon dont ils ont construit leurs masculinités féministes.
DR - Cheek Magazine
DR

5. Pourquoi être une femme arbitre de football reste un combat

Si les femmes arbitres investissent de plus en plus le football, les avancées restent lentes, entre plafond de verre, invisibilisation et sexisme sur le terrain. Enquête.
DR - Cheek Magazine
DR

6. Cheek Magazine existe désormais en Argentine

On peut maintenant lire Cheek Magazine dans une version argentine, signe que le féminisme latino est toujours en pleine effervescence.
DR - Cheek Magazine
DR

7. La pole dance est-elle une pratique féministe?

Hier exclusivement associée aux strip-teaseuses, la pole dance est aujourd’hui en voie de démocratisation. Plus qu’une pratique mainstream, elle fédère les esprits militants.
DR - Cheek Magazine
DR