société

Une blogueuse met au point d'excellents dépliants anti-sexistes pour les enfants

Cette blogueuse a imaginé des dépliants anti-sexistes à destination des enfants, pour déconstruire les stéréotypes de genre dès le plus jeune âge.
© Maman Rodarde
© Maman Rodarde

© Maman Rodarde


Les garçons peuvent-ils mettre du vernis à ongles, porter des robes, aimer les paillettes? Les filles, ont-elles le droit d’avoir des poils, d’aimer les voitures, de ne jamais vouloir d’enfant? Évidemment, la réponse est oui et cette mère blogueuse le montre en images avec pédagogie et simplicité. Ses dépliants anti-sexistes, téléchargeables depuis son blog Maman, Rodarde!, mettent en scène des femmes et des hommes célèbres qui défient les stéréotypes de genreBillie Joe Armstrong, Emmanuel Macron, Marilyn Manson et le prince égyptien Rahotep se sont bien maquillés, eux: rien de choquant à ce qu’un garçon éprouve l’envie de faire de même.

L’objectif de cette mère? Que tous les enfants “puissent être et aimer ce qu’ils veulent, sans qu’on les emmerde”, peut-on lire sur son blog. Elle raconte que son idée a germé en mesurant le poids des stéréotypes qui pesait sur son fils: “Depuis qu’il est tout petit, mon fils aime se vernir les ongles de temps à autre. Mais plus il a grandi, et plus il a commencé à être sensible aux remarques qu’il pouvait recevoir. Je me souviens par exemple l’avoir vu au parc, les mains recroquevillées pour cacher ses ongles vernis, de peur que les enfants se moquent et ne veuillent plus jouer avec lui. Ça m’a retourné le ventre de sentir que mon fils n’osait pas laisser libre cours à ses envies ou sa personnalité à cause du regard des autres.

Une blogueuse met au point des dépliants anti-sexistes pour les enfants

© Maman Rodarde 

Ses dépliants ne parlent pas que de maquillage: ils recouvrent des thèmes aussi variés que les métiers, la sexualité, les vêtements, les bijoux et les couleurs. Le choix des personnalités était important aussi. Pour les filles, la blogueuse a pris soin de choisir un “beau panel de meufs super badass”, de Frida Khalo à Emma Watson, en passant par Chelsea Manning, Cléopâtre et Calamity Jane. Et du côté des garçons, il y a fort à parier que les paillettes de Daft Punk, les cheveux longs de Bob Marley et les larmes d’Obama pulvériseront deux ou trois clichés sur la masculinité. En espérant que ces dépliants -qui ont déjà reçu de nombreuses demandes de traduction- se retrouvent entre les mains du plus grand nombre d’enfants possible.

Sophie Kloetzli


1. Enora Malagré: “Il faut dire que l’endométriose pourrit la vie!”

Dans un témoignage aux allures d’essai politique, Enora Malagré revient sur ses années d’errance médicale et de souffrance et raconte sa cohabitation difficile avec l’endométriose, une maladie qui touche environ une femme sur dix en France. 
© Maman Rodarde  - Cheek Magazine
© Maman Rodarde

2. Sophia Aram rit jaune sur la polémique autour du voile

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce billet de Sophia Aram qui revient sur la polémique chère à la France autour du port du voile dans les lieux publics. 
© Maman Rodarde  - Cheek Magazine
© Maman Rodarde

4. Que disent de notre société les rumeurs de grossesse chez les célébrités?

Jennifer Aniston, Camila Cabello ou encore Rihanna… Nombre de célébrités voient leurs corps et leurs poids scrutés sous tous les angles, dans le but de détecter une éventuelle grossesse. Un procédé ne datant pas d’hier, qui enferme les femmes dans ce que la société attend d’elles.
© Maman Rodarde  - Cheek Magazine
© Maman Rodarde

6. Guillaume Meurice se paye les anti-PMA et c'est très drôle

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Guillaume Meurice qui livre son compte-rendu de la manifestation anti-PMA. 
© Maman Rodarde  - Cheek Magazine
© Maman Rodarde

7. Enora Malagré raconte comment l'endométriose a pu lui gâcher la vie

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce témoignage d’Enora Malagré pour le Huffington Post, où elle raconte comment l’endométriose lui a gâché son Festival de Cannes. 
© Maman Rodarde  - Cheek Magazine
© Maman Rodarde