société

Le Cheek Point

Pourquoi la diversité est-elle absente des magazines féminins français?

On a lu pour vous cette enquête de Konbini sur le cruel manque de diversité dans la presse féminine et on vous la conseille fortement. 
La couverture du numéro de mai de Vogue
La couverture du numéro de mai de Vogue

La couverture du numéro de mai de Vogue


Même si les statistiques ethniques sont interdites en France, une récente enquête de l’Ined (Institut national d’études démographiques) révèle que près de 30 % de la population française est constituée d’immigrés ou natifs d’un DOM/TOM. La part des personnes “non blanches” s’élèverait à environ 20 %. Pourtant, lorsqu’on ouvre un magazine féminin en France, la proportion de femmes de type “non caucasien” est invisible ou bien cachée. Mystère. 

Empereur des magazines de mode en France, Vogue dédie sa couverture presque uniquement à des femmes blanches. La dernière fois qu’un mannequin noir posait en une, c’était en mai 2015 avec le top éthiopien Liya Kebede. Et ça n’était pas arrivé depuis le numéro de mars 2010 où la Dominicaine Rose Cordero était à l’honneur. Cinq ans “100 % blanc”, tranquille.

Marie Van de Voorde, directrice du marketing client du groupe Condé Nast France, a observé une baisse des ventes de 15 % par rapport à la moyenne du semestre 2015 sur ce numéro. “C’est une réalité. Cela entraîne une baisse systématique des ventes. D’un point de vue purement mercantile, c’est un risque que l’on prend peu”, reconnaît-elle. Mais quiconque connaît le milieu de la presse sait que ce genre de légère baisse peut facilement s’équilibrer avec la sortie d’un numéro événement, avec une star en couverture par exemple. Rien ne justifie donc cette très large domination de mannequins blancs sur les couvertures de Vogue.”

La journaliste Valentine Cinier a enquêté sur le manque de diversité dans la presse féminine, rencontrant rédacteurs en chef  stylistes et bookeurs pour mieux comprendre pourquoi une seule image des femmes est véhiculée en 2017. 

À lire le plus vite possible sur le site de Konbini.


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
La couverture du numéro de mai de Vogue - Cheek Magazine
La couverture du numéro de mai de Vogue

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
La couverture du numéro de mai de Vogue - Cheek Magazine
La couverture du numéro de mai de Vogue

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
La couverture du numéro de mai de Vogue - Cheek Magazine
La couverture du numéro de mai de Vogue

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
La couverture du numéro de mai de Vogue - Cheek Magazine
La couverture du numéro de mai de Vogue