société

La vidéo du jour

Dix Pour Cent: Camille Cottin s'exprime sur l'homosexualité de son personnage et la PMA

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cette interview de Camille Cottin, dans laquelle elle s’exprime sur la PMA et l’homosexualité d’Andréa, son personnage dans la série Dix pour cent.
DR
DR

DR


Il y a eu une petite déception parce qu’Andréa était pressentie comme un personnage lesbien assumé, absolument pas remis en question dans sa sexualité, et que tout d’un coup, le fait qu’elle ait un rapport sexuel avec un homme, ça venait brouiller un discours qui était entier.” Dans une interview publiée ce mercredi 14 novembre sur AlloCiné, l’actrice Camille Cottin, à l’affiche de la saison 3 de la série Dix Pour Cent, revient sur les critiques formulées à propos de la vie sexuelle de son personnage, Andréa.

Ouvertement lesbienne, elle a pourtant eu une relation sexuelle avec son boss lors d’une soirée arrosée, dans un épisode diffusé l’année dernière. “Une série du service public présentait enfin un personnage lesbien fort au premier plan, alors, le fait qu’Andréa couche avec Hicham tombe comme un cheveu sur la soupe”, déplorait alors la journaliste Mégane Choquet.

L’actrice de 39 ans a donc tenu à rappeler sa volonté de visibiliser l’homosexualité, et de “faire avancer les choses” concernant les droits LGBTQI+: “J’étais très heureuse quand le producteur me disait qu’on lui avait rapporté que dans les cours d’école […] les enfants disaient ‘Vraiment, on espère qu’Andréa va rester avec Colette, parce que vraiment, Hicham, on ne l’aime pas et Colette elle est tellement gentille.’ On parle d’enfants de 10 ou 11 ans qui ne font absolument pas cas de l’orientation sexuelle et qui se fondent exclusivement sur les personnalités des personnages. Donc oui, en ce sens, ça peut faire avancer, et notamment la PMA. Moi je suis vraiment pour. Pour la PMA, et pour les femmes, et j’espère que ça va être mené à bien malgré les soulèvements.” Une position sur laquelle elle s’était déjà exprimée aux OUT d’Or en juin dernier.

 

Margot Cherrid


1. Pourquoi il est grand temps de briser le tabou du vaginisme

Ce trouble sexuel, qui rend la pénétration impossible, ou a minima douloureuse et difficile, reste mal connu. Source de honte, le vaginisme est pourtant beaucoup plus commun que ne pourraient le croire les femmes qui en souffrent. Enquête sur un tabou au croisement de la sexualité et de la santé féminine.
DR - Cheek Magazine
DR

3. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
DR - Cheek Magazine
DR

4. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
DR - Cheek Magazine
DR

5. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
DR - Cheek Magazine
DR

6. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
DR - Cheek Magazine
DR