société

La vidéo du jour

#DontTellMeHowToDress: le hashtag qui dénonce le harcèlement sexuel en Thaïlande

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de cette ancienne miss Thaïlande, Cindy Sirinya Bishop, qui dénonce la culture du viol via le hashtag #DontTellMeHowToDress.
DR
DR

DR


Dans une vidéo publiée hier par Brut, l’ancienne miss Thaïlande Cindy Sirinya Bishop revient sur le hashtag #DontTellMeHowToDress qu’elle a créé en avril dernier. Lassée d’entendre les autorités conseiller aux femmes de s’habiller convenablement pour éviter les agressions sexuelles, elle rappelle que ce ne sont pas aux femmes de s’adapter: “Vous savez que vous n’avez rien à vous reprocher. S’il vous plaît, ne pensez pas que c’est de votre faute, ou celle de votre tenue, ou même de votre comportement.”

Mannequin et influenceuse, Cindy Sirinya Bishop a créé son hashtag juste avant les festivités du Songkran, le nouvel an bouddhique, pendant lequel 60% des femmes affirment avoir été agressées ou harcelées. Elle a également réalisé une exposition pour montrer la banalité des tenues des femmes qui sont agressées sexuellement. Alors que le mouvement #MeToo n’a pas eu un grand impact en Thaïlande, elle voit ce hashtag comme un moyen de dénoncer l’impunité masculine sans “pointer du doigt quelqu’un en particulier”, une méthode qui, selon elle, est davantage en adéquation avec la culture thaïlandaise. 

 

Alexandra Vépierre


4. Christelle Delarue, la “Lionne” qui combat le sexisme dans la pub

Après une campagne d’affichage sauvage retentissante et alors que Les Lions de Cannes, grand raout publicitaire organisé sur la Croisette, ont lieu cette semaine, on s’est entretenues avec Christelle Delarue, fondatrice de l’agence de pub féministe Mad&Women et de l’association de lutte contre le sexisme Les Lionnes.
DR - Cheek Magazine
DR

7. “Tombeur” versus “salope”: pourquoi il est urgent de mettre un terme au tabou de l'infidélité féminine

Si la diabolisation des femmes infidèles au sein des couples hétérosexuels remonte à plusieurs millénaires, elle a toujours cours en 2019. Entre le cliché de la “salope” qui ne se respecte pas et celui de la femme qui ne trompe que si elle se sent délaissée, pourquoi l’infidélité masculine a-t-elle toujours été bien mieux tolérée socialement? Décryptage.
DR - Cheek Magazine
DR