société

La vidéo du jour

#DontTellMeHowToDress: le hashtag qui dénonce le harcèlement sexuel en Thaïlande

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de cette ancienne miss Thaïlande, Cindy Sirinya Bishop, qui dénonce la culture du viol via le hashtag #DontTellMeHowToDress.
DR
DR

DR


Dans une vidéo publiée hier par Brut, l’ancienne miss Thaïlande Cindy Sirinya Bishop revient sur le hashtag #DontTellMeHowToDress qu’elle a créé en avril dernier. Lassée d’entendre les autorités conseiller aux femmes de s’habiller convenablement pour éviter les agressions sexuelles, elle rappelle que ce ne sont pas aux femmes de s’adapter: “Vous savez que vous n’avez rien à vous reprocher. S’il vous plaît, ne pensez pas que c’est de votre faute, ou celle de votre tenue, ou même de votre comportement.”

Mannequin et influenceuse, Cindy Sirinya Bishop a créé son hashtag juste avant les festivités du Songkran, le nouvel an bouddhique, pendant lequel 60% des femmes affirment avoir été agressées ou harcelées. Elle a également réalisé une exposition pour montrer la banalité des tenues des femmes qui sont agressées sexuellement. Alors que le mouvement #MeToo n’a pas eu un grand impact en Thaïlande, elle voit ce hashtag comme un moyen de dénoncer l’impunité masculine sans “pointer du doigt quelqu’un en particulier”, une méthode qui, selon elle, est davantage en adéquation avec la culture thaïlandaise. 

 

Alexandra Vépierre


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
DR - Cheek Magazine
DR

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
DR - Cheek Magazine
DR

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
DR - Cheek Magazine
DR