société

La vidéo du jour

“Dream Crazier”, le nouveau spot féministe de Nike avec Serena Williams

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce spot féministe signé Nike et featuring Serena Williams. 
Capture d'écran de la campagne “Dream Crazier”
Capture d'écran de la campagne “Dream Crazier”

Capture d'écran de la campagne “Dream Crazier”


Dévoilé lors de la 91ème cérémonie des Oscars qui se tenait dimanche 24 février, le nouveau spot de Nike, baptisé Dream Crazier, surfe sur la vague féministe. Portée par Serena Williams, qui lui prête sa voix et l’a introduite lors de la soirée, la publicité met en scène des athlètes femmes qui ont fait bouger les lignes dans leurs disciplines respectives. En voix off, la championne de tennis dégomme les clichés trop souvent associés aux femmes qui sortent du rang: “Si l’on exprime nos émotions, on nous traite de drama queens, si l’on veut jouer contre des hommes, on est des dingues, et si nous rêvons à l’égalité des chances, nous sommes délirantes”, assène-t-elle, alors que défilent des images d’archives. 

La vidéo, qui s’inscrit dans une campagne plus globale sur la “folie”, détourne ensuite cette insulte et l’érige en qualité indispensable au dépassement de soi: “Une femme qui court un marathon est folle, une femme qui boxe est folle […] une femme qui gagne 23 grands chelems, donne naissance à un bébé et décide de revenir est folle, folle, folle, folle et folle”, enchaîne Serena Williams, faisant allusion à sa propre histoire. Un spot qui, à grand renfort de violons et d’images puissantes, réussit le pari de faire vibrer et d’inspirer… pour mieux acheter. 

 


4. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Capture d'écran de la campagne “Dream Crazier”  - Cheek Magazine
Capture d'écran de la campagne “Dream Crazier”

5. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Capture d'écran de la campagne “Dream Crazier”  - Cheek Magazine
Capture d'écran de la campagne “Dream Crazier”