société

Le cheek point

Dylan Farrow, fille adoptive de Woody Allen, s'indigne que ce dernier soit épargné par #MeToo

On a lu cette tribune de Dylan Farrow dans le L.A. Times qui dénonce l’impunité de Woody Allen et on vous la conseille. 
Dylan Farrow, fille adoptive de Woody Allen, s'indigne que ce dernier soit épargné par #MeToo

“Nous sommes au cœur d’une révolution. Des accusations contre des responsables de studios et des journalistes, jusqu’aux femmes de chambres dans les hôtels qui relatent des abus dans leur travail, les femmes exposent la vérité et les hommes perdent leur travail. Mais cette révolution est sélective. Je maintiens depuis longtemps que, lorsque j’avais 7 ans, Woody Allen m’a emmenée dans un grenier, à l’écart des babysitters qui avaient reçu l’ordre de ne jamais me laisser seule avec lui. Il m’a ensuite agressée sexuellement. J’ai raconté la vérité aux autorités à l’époque, et je la raconte, inchangée, depuis plus de 20 ans. Comment se fait-il qu’Harvey Weinstein et d’autres célébrités accusées aient été écartées d’Hollywood, tandis qu’Allen vient de signer un contrat de distribution à plusieurs millions de dollars avec Amazon, approuvé par l’ancien cadre d’Amazon Studios Roy Price avant que ce dernier ne soit suspendu pour des accusations de comportements déplacés? Le dernier film d’Allen, Wonder Wheel, est sorti au cinéma le 1er décembre.

Allen nie mes accusations. Mais ce n’est pas juste sa parole contre la mienne. Des amis et des membres de la famille ont été témoins des comportements inappropriés d’Allen -mettre son pouce dans ma bouche, grimper sur mon lit en sous-vêtements, prédation sexuelle et attouchements constants. A l’époque des agressions, il suivait une thérapie pour sa conduite envers moi. Trois témoins oculaires ont corroboré mes propos, dont une babysitter qui a vu Allen avec sa tête fourrée entre mes genoux après qu’il a retiré mes sous-vêtements. Allen a refusé de passer au détecteur de mensonge, comme cela avait été demandé par la police du Connecticut.”

Lors d’une tribune publiée le 6 décembre dans le L.A. Times, Dylan Farrow, fille adoptive de Woody Allen, qu’elle accuse de l’avoir agressée sexuellement, s’est indignée que son agresseur continue d’évoluer à Hollywood en toute impunité. Dans ce texte révoltant qu’elle écrit à la première personne, la jeune femme de 32 ans explique comment Woody Allen bénéficie du même système qu’Harvey Weinstein -rappelons que Ronan Farrow, le frère de Dylan, est à l’origine de l’enquête sur ce dernier parue dans le New Yorker– pour continuer à travailler dans l’industrie du cinéma sans être inquiété pour ses actes. 

A lire en version originale sur le site du L.A. Times


1. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto - Cheek Magazine

2. Violences gynécologiques: une réalisatrice met les médecins au pied du mur

Avec son court-métrage Paye (pas) ton gynéco, la réalisatrice Nina Faure souhaite faire entendre la voix des femmes victimes de violences gynécologiques et demander des explications aux représentant·e·s de la profession.
Violences gynécologiques: une réalisatrice met les médecins au pied du mur - Cheek Magazine

5. Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella

On a lu pour vous cet article, publié sur Teen Vogue, qui révèle les innombrables cas d’agressions et de harcèlement sexuels qui ont eu lieu cette année à Coachella et on vous le conseille fortement.  
Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella - Cheek Magazine

7. Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo

C’est une province canadienne où les femmes se chargent de la drague, ne craignent pas de sortir en short et débardeur dès les beaux jours, et refusent la galanterie. Là bas, on féminise volontiers les métiers, les enfants portent couramment les noms de famille des deux parents, et un congé parental d’un an peut être divisé à part égale entre conjoints. Pourtant le mouvement #MeToo y a connu un écho retentissant. Qu’est-ce que ce phénomène a encore à apporter au si féministe Québec?
Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo - Cheek Magazine