société

Des élèves écrivent à Yoplait pour dénoncer le sexisme des Petits Filous

Une classe de CM1/CM2 se mobilise contre le sexisme véhiculé par les yaourts de la marque Yoplait. 
Copie d'une des lettres envoyées à Yoplait fournie par l'enseignant
Copie d'une des lettres envoyées à Yoplait fournie par l'enseignant

Copie d'une des lettres envoyées à Yoplait fournie par l'enseignant


“Je vous annonce que vous faites du sexisme. Et vous retirez les rêves de certaines filles qui ont voulu devenir: pompier, policier, footballeuse…” – Eyvan.

“Une femme peut très bien faire du football. Exemple, moi je fais du football alors que je suis une fille.” – Fatima. 

“Je suis navrée de vous signaler que c’est du sexisme. Il y a eu des dizaines de manifestations contre le sexisme en France. Les femmes se sont battues pour faire comprendre que nous sommes égaux et libres.” – Aya

Voici quelques exemples extraits des lettres envoyées par les élèves d’une classe de CM1/CM2 à Yoplait, pour dénoncer le sexisme des yaourts Petits Filous. Lancée par un enseignant de la ville de Denain, dans le Nord, l’initiative s’inscrit dans la continuité d’un travail sur l’égalité femmes-hommes mis en place par le professeur: “J’ai remarqué que les yaourts Petit Filous de Yoplait étaient décorés de personnages, chacun représentant un métier ou un rôle. Cependant, sur les 12 pots, seuls quatre portaient un dessin de petite fille. Aussi, la répartition des rôles était très stéréotypée: pompier, policier, astronaute etc. pour les garçons et danseuse, chanteuse, vétérinaire et princesse pour les filles. Le travail mené en classe consistait à vérifier auprès des élèves si chacun des rôles pouvait être tenu par un homme ou une femme”, nous explique l’enseignant dans un mail.  

“Certaines élèves pensaient qu’elles ne pouvaient pas devenir astronautes car elles n’avaient jamais vu de femme astronaute.”

Lettres Yoplait Petits Filous DR

DR

Résultat, ce dernier constate que les clichés sont déjà bien ancrés dans la tête de ses élèves, dont certain.e.s sont incapables de se projeter dans des métiers traditionnellement associés au sexe opposé: “Certaines élèves pensaient qu’elles ne pouvaient pas devenir astronautes car elles n’avaient jamais vu de femme astronaute, même chose pour les pirates, pour les dompteurs/dompteuses etc. Certains garçons souriaient à l’évocation de danseurs classiques.”

Après un exercice de déconstruction de ces clichés, au cours duquel le professeur a montré à sa classe des “photos, vidéos, gravures, dans lesquels les rôles attribués aux garçons par Yoplait étaient tenus par des femmes et inversement”, les 40 élèves impliqués dans le projet ont pris la plume et écrit à la marque pour “dénoncer ce sexisme ordinaire et proposer des solutions égalitaires.” 

Le professeur, lui aussi, s’est fendu d’une lettre à Yoplait, dont il nous a envoyé la copie. Il y explique sa démarche en ces termes: “L’individu de demain se construit par deux biais: l’éducation et la société. En tant qu’enseignant, je considère faire ma part au quotidien pour lutter contre les inégalités. L’exemple de vos pots de yaourts peut paraître dérisoire, mais il est révélateur de ce avec quoi les enfants grandissent: une société qui véhicule, répand, pérennise des stéréotypes néfastes pour le développement personnel.”  La classe au grand complet attend avec impatience la réponse de Yoplait. Et nous avec. 

Olga Rigue 

Lettre yoplait petits filous DR

Lettre Yoplait petits filous DR

Mise à jour le 23/02/17:

Yoplait nous a adressé la réponse envoyée à l’instituteur, que nous publions ci-dessous.

 

sexisme yoplait petits filous réponse


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Copie d'une des lettres envoyées à Yoplait fournie par l'enseignant - Cheek Magazine
Copie d'une des lettres envoyées à Yoplait fournie par l'enseignant

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Copie d'une des lettres envoyées à Yoplait fournie par l'enseignant - Cheek Magazine
Copie d'une des lettres envoyées à Yoplait fournie par l'enseignant

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Copie d'une des lettres envoyées à Yoplait fournie par l'enseignant - Cheek Magazine
Copie d'une des lettres envoyées à Yoplait fournie par l'enseignant

5. Dans ce podcast, des femmes racontent comment elles ont fait fuir leurs harceleurs

Si vous ne deviez écouter qu’un podcast aujourd’hui, ce serait le premier épisode de Yesss, dans lequel des femmes racontent comment elles ont réagi face à leurs harceleurs.
Copie d'une des lettres envoyées à Yoplait fournie par l'enseignant - Cheek Magazine
Copie d'une des lettres envoyées à Yoplait fournie par l'enseignant

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Copie d'une des lettres envoyées à Yoplait fournie par l'enseignant - Cheek Magazine
Copie d'une des lettres envoyées à Yoplait fournie par l'enseignant