société

La dessinatrice Emma pousse un coup de gueule contre le traitement médiatique de la charge mentale

La désormais célèbre dessinatrice féministe s’agace des conseils adressés aux femmes dans les médias pour alléger leur “charge mentale”, comme si c’était leur faute. Et les hommes dans tout ça?
© Emma
© Emma

© Emma


Depuis que les dessins d’Emma ont fait le tour du Web, plus personne n’ignore le concept de “charge mentale”, ce poids psychologique qui pèse sur les femmes forcées de penser à dix mille choses à la fois pour gérer le boulot, les enfants et la vie domestique. Dans une nouvelle planche intitulée La Faute des femmes et publiée la semaine dernière, la dessinatrice revient sur le traitement médiatique de la fameuse charge mentale. 

Si Emma s’est prise à espérer une véritable “révolution féministe” qui encouragerait par exemple l’allongement du congé paternité, elle a été extrêmement déçue. La trentenaire s’est notamment étonnée de la multiplication des conseils adressés aux femmes pour alléger leur charge mentale, alors qu’elle s’attendait plutôt à ce que ces derniers soient destinés aux hommes. Elle en cite d’ailleurs quelques-uns, pointant au passage leur stupidité: “Lâchez prise”, “Fredonnez en cas de panique” ou encore “Ne faites pas l’erreur de vous occuper de tout à la naissance du bébé”. Et de conclure: “Tout ça pour dire que le jour où la souffrance des femmes ne sera plus utilisée comme un marronnier, on pourra peut-être réfléchir à comment faire changer les choses.” À bon entendeur…

 

Sophie Kloetzli


1. Sur leur site, ils racontent les histoires X de la génération Y

Ces deux entrepreneurs de la sextech ont lancé XYStories, un site qui pose toutes les questions sur le cul, et qui y répond, dans le but de décomplexer la parole sur le sujet. 
© Emma  - Cheek Magazine
© Emma

5. Dans cette vidéo, des femmes sourdes racontent comment elles vivent avec l’endométriose

Si vous ne deviez regarder qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cette émission de L’Œil et la main, diffusée sur France 5, sur les difficultés rencontrées par les femmes sourdes victimes de cette maladie, et leur manque d’accès à l’information.
© Emma  - Cheek Magazine
© Emma

7. Féminicide: pourquoi la France a-t-elle tant de mal à reconnaître ce terme?

Chaque année, plus d’une centaine de femmes sont assassinées par leur conjoint ou ex-conjoint en France. Ces crimes sont des féminicides, à savoir des meurtres de femmes parce qu’elles sont des femmes. Inscrit dans le droit de nombreux pays latino-américains, la France commence seulement à intégrer le féminicide à son vocabulaire. Un lent processus de reconnaissance qui permet une meilleure visibilité de ces crimes sexistes.  
© Emma  - Cheek Magazine
© Emma