cheek_societe_habillage_desktop

société

La dessinatrice Emma pousse un coup de gueule contre le traitement médiatique de la charge mentale

La désormais célèbre dessinatrice féministe s’agace des conseils adressés aux femmes dans les médias pour alléger leur “charge mentale”, comme si c’était leur faute. Et les hommes dans tout ça?
© Emma
© Emma

© Emma


Depuis que les dessins d’Emma ont fait le tour du Web, plus personne n’ignore le concept de “charge mentale”, ce poids psychologique qui pèse sur les femmes forcées de penser à dix mille choses à la fois pour gérer le boulot, les enfants et la vie domestique. Dans une nouvelle planche intitulée La Faute des femmes et publiée la semaine dernière, la dessinatrice revient sur le traitement médiatique de la fameuse charge mentale. 

Si Emma s’est prise à espérer une véritable “révolution féministe” qui encouragerait par exemple l’allongement du congé paternité, elle a été extrêmement déçue. La trentenaire s’est notamment étonnée de la multiplication des conseils adressés aux femmes pour alléger leur charge mentale, alors qu’elle s’attendait plutôt à ce que ces derniers soient destinés aux hommes. Elle en cite d’ailleurs quelques-uns, pointant au passage leur stupidité: “Lâchez prise”, “Fredonnez en cas de panique” ou encore “Ne faites pas l’erreur de vous occuper de tout à la naissance du bébé”. Et de conclure: “Tout ça pour dire que le jour où la souffrance des femmes ne sera plus utilisée comme un marronnier, on pourra peut-être réfléchir à comment faire changer les choses.” À bon entendeur…

 

Sophie Kloetzli


5. Non, les féministes ne défendent pas le congé menstruel

Cet été, l’arrêt maladie destiné aux femmes qui souffrent de douleurs pendant leurs règles était sur toutes les lèvres. Contrairement à l’idée qui a été véhiculée, la grande majorité des féministes y est opposée.  
© Emma  - Cheek Magazine
© Emma

6. “Je ne me suis jamais tue”: Le témoignage édifiant de Florence Darel contre Harvey Weinstein

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cet extrait de Quotidien dans lequel l’actrice Florence Darel revient sur ses deux rencontres avec Harvey Weinstein, et sur le fait que son comportement de prédateur sexuel n’était un secret pour personne dans le milieu du cinéma.
© Emma  - Cheek Magazine
© Emma