société

Le Cheek Point

Le parcours du combattant de cette enfant transgenre pour aller aux toilettes de son école

On a lu pour vous ce portrait d’une fillette américaine transgenre, et on vous le recommande. 
© Mike Belleme pour le Huffington Post
© Mike Belleme pour le Huffington Post

© Mike Belleme pour le Huffington Post


Pour son premier jour à la maternelle de Glen Arden, en août 2016, Emma portait une robe blanche avec des fleurs brodées qu’elle avait choisie elle-même. Amy et Kevin [Ndlr: ses parents] pensaient que s’ils prévenaient simplement le personnel éducatif de son cheminement personnel sur les questions de genre et d’identité, ils trouveraient du soutien et de la compréhension. Mais, d’après le couple, Emma a tout de suite rencontré de la résistance. ‘C’est devenu le bordel, raconte Kevin. Ils ne l’appelaient pas Emma, ils refusaient de le faire, les professeurs ne le faisaient pas. On a donc dû organiser un rendez-vous avec la direction et leur dire que son nom allait être Emma. Mais son institutrice a désapprouvé dès le premier jour, et a quotidiennement dit à Emma ce qu’elle pensait. Quand Emma disait qu’elle avait des cheveux de fille, son institutrice répondait ‘non, tu as des cheveux de garçon, tu es un garçon’.” (…)

La plupart des familles [qui ont des enfants transgenres] ne le disent pas publiquement, ne sont pas allées aussi loin [que la famille d’Emma] parce qu’ils ne veulent pas de la haine. Ils ne veulent pas du rejet de leur communauté, de leur famille, de leurs amis, des écoles… C’est pourquoi tant d’enfants traversent tout ça en silence. Pour une Emma visible, il y a dix Emmas, dix garçons trans, et dix autres enfants en interrogation sur leur identité de genre, qui ne se battent pas. Pas parce qu’ils sont faibles, pas parce qu’ils ne le veulent pas, mais parce que le rejet est trop difficile à gérer.”

Dans ce long portrait consacré à Emma, 6 ans, résidant en Caroline du Nord aux États-Unis, le Huffington Post américain revient sur le quotidien des écoliers transgenres qui doivent faire face à l’hostilité de leur entourage à l’école. Des remarques sur les vêtements à l’interdiction d’aller aux toilettes adéquates, la famille de la fillette raconte comment son quotidien était devenu un cauchemar, avant qu’ils ne décident de la changer d’établissement. 

À lire le plus vite possible en VO sur le site du Huffington Post US


1. Sur leur site, ils racontent les histoires X de la génération Y

Ces deux entrepreneurs de la sextech ont lancé XYStories, un site qui pose toutes les questions sur le cul, et qui y répond, dans le but de décomplexer la parole sur le sujet. 
© Mike Belleme pour le Huffington Post - Cheek Magazine
© Mike Belleme pour le Huffington Post

5. Dans cette vidéo, des femmes sourdes racontent comment elles vivent avec l’endométriose

Si vous ne deviez regarder qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cette émission de L’Œil et la main, diffusée sur France 5, sur les difficultés rencontrées par les femmes sourdes victimes de cette maladie, et leur manque d’accès à l’information.
© Mike Belleme pour le Huffington Post - Cheek Magazine
© Mike Belleme pour le Huffington Post

7. Féminicide: pourquoi la France a-t-elle tant de mal à reconnaître ce terme?

Chaque année, plus d’une centaine de femmes sont assassinées par leur conjoint ou ex-conjoint en France. Ces crimes sont des féminicides, à savoir des meurtres de femmes parce qu’elles sont des femmes. Inscrit dans le droit de nombreux pays latino-américains, la France commence seulement à intégrer le féminicide à son vocabulaire. Un lent processus de reconnaissance qui permet une meilleure visibilité de ces crimes sexistes.  
© Mike Belleme pour le Huffington Post - Cheek Magazine
© Mike Belleme pour le Huffington Post