société

La vidéo du jour

Dans cette vidéo, des femmes sourdes racontent comment elles vivent avec l’endométriose

Si vous ne deviez regarder qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cette émission de L’Œil et la main, diffusée sur France 5, sur les difficultés rencontrées par les femmes sourdes victimes de cette maladie, et leur manque d’accès à l’information.
Dans cette vidéo, des femmes sourdes racontent comment elles vivent avec l’endométriose

Athénaïs et Aurélie, toutes deux sourdes, sont atteintes d’endométriose. Dans l’épisode Endométriose, la fin d’un tabou de l’émission L’œil et la main diffusé ce matin sur France 5, elles racontent leurs expériences, marquées par la souffrance de la négation de leurs douleurs et de leur maladie par le corps médical. Si le sujet des règles a largement été abordé ces dernières années par la presse, et notamment par Cheek Magazine, on y voit encore malheureusement trop peu le quotidien des personnes en situation de handicap qui ont parfois un accès restreint aux médias et sont victimes de stigmatisation.

Avec ce programme, France 5 a justement pour objectif de traiter l’actualité à travers le regard de personnes malentendantes, et de produire un contenu en français et en langue des signes. Athénaïs explique ainsi avoir rencontré quatre gynécologues qui lui ont assuré que si elle ne tombait pas enceinte, c’est parce que son problème était “dans sa tête” et qu’elle “n’acceptait pas son handicap”Cette émission nous aide à comprendre à quel point il est difficile de conjuguer surdité et accès à l’information autour de l’endométriose, encore souvent considérée comme une problématique “d’emmerdeuse qui consulte”.

L’émission est visible ici.

Margot Cherrid


4. #MeToo: L’Égypte condamne les harceleurs… mais aussi les harcelées

Le ras-le-bol contre harcèlement sexuel enflamme chaque jour un peu plus les réseaux sociaux égyptiens. Les tribunaux commencent à donner raison aux femmes victimes, mais emprisonnent aussi celles dont la colère vise les autorités.
#MeToo: L’Égypte condamne les harceleurs… mais aussi les harcelées - Cheek Magazine