société

Le Cheek Point

Quand l'épilation du maillot asservit les femmes

On a lu pour vous cet article de Buzzfeed sur le diktat de l’épilation du maillot et on vous le conseille fortement. 
Vitrine American Apparel, DR
Vitrine American Apparel, DR

Vitrine American Apparel, DR


Aujourd’hui, on est bien loin de cette idée qu’un sexe féminin poilu est licencieux et lubrique. Mais la fouffe au naturel reste hors norme. Merci l’industrie pornographique, qui a pris la relève pour bien ancrer dans les esprits la normalité du combat historique contre les follicules pileux! ‘Acteurs et actrices [porno] étaient épilés et continuent à l’être (…). Mais la pornographie actuelle reste dans la ligne du puritanisme du XIXème siècle: dans les deux cas, les femmes, dépourvues de leurs poils, sont les jouets du désir masculin’, pointe dans Histoire du poil Marie-France Auzépy.

L’acte d’épiler le sexe féminin est en effet indissociable du désir masculin. Un sexe glabre ou une tignasse pubienne recadrée à la brésilienne ou au format ‘ticket de métro’ sont même présentés ‘non pas comme une contrainte mais comme un plaisir supplémentaire (…) Mais pour la femme aussi, dans l’idée que la vulve et le pubis lisses sont une voie d’accès à l’orgasme puisqu’ils permettront à son partenaire de (consentir à) pratiquer un cunnilingus sans se retrouver avec des poils incongrus en bouche.”

Dans son article Comment l’épilation du maillot vise à remettre les femmes à leur placepublié sur Buzzfeed France le 18 mai, la journaliste Daphnée Leportois revient sur le diktat machiste de l’épilation des poils pubiens. Des enjeux commerciaux aux prescriptions hygiénistes en passant par les fantasmes véhiculés par l’industrie du X, elle détaille comment la norme de l’épilation, en plus de faire peser sur les femmes des injonctions physiques qui se révèlent chères et douloureuses, s’inscrit dans un modèle patriarcal et sexiste où les femmes, comme leur sexualité, doivent être domptées, maîtrisées, contrôlées.  

À lire le plus rapidement possible sur Buzzfeed


1. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
Vitrine American Apparel, DR - Cheek Magazine
Vitrine American Apparel, DR

2. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
Vitrine American Apparel, DR - Cheek Magazine
Vitrine American Apparel, DR

3. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
Vitrine American Apparel, DR - Cheek Magazine
Vitrine American Apparel, DR

4. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
Vitrine American Apparel, DR - Cheek Magazine
Vitrine American Apparel, DR

7. Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador

Sara García Gross, une militante salvadorienne, a reçu le 9 janvier le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes pour ses actions en faveur de la dépénalisation de l’avortement au Salvador et en Amérique Centrale. La militante s’est construite auprès de grandes figures guerrilleras salvadoriennes pour embrasser aujourd’hui un féminisme intersectionnel. Rencontre.
Vitrine American Apparel, DR - Cheek Magazine
Vitrine American Apparel, DR