société

Le Cheek Point

Quand l'épilation du maillot asservit les femmes

On a lu pour vous cet article de Buzzfeed sur le diktat de l’épilation du maillot et on vous le conseille fortement. 
Vitrine American Apparel, DR
Vitrine American Apparel, DR

Vitrine American Apparel, DR


Aujourd’hui, on est bien loin de cette idée qu’un sexe féminin poilu est licencieux et lubrique. Mais la fouffe au naturel reste hors norme. Merci l’industrie pornographique, qui a pris la relève pour bien ancrer dans les esprits la normalité du combat historique contre les follicules pileux! ‘Acteurs et actrices [porno] étaient épilés et continuent à l’être (…). Mais la pornographie actuelle reste dans la ligne du puritanisme du XIXème siècle: dans les deux cas, les femmes, dépourvues de leurs poils, sont les jouets du désir masculin’, pointe dans Histoire du poil Marie-France Auzépy.

L’acte d’épiler le sexe féminin est en effet indissociable du désir masculin. Un sexe glabre ou une tignasse pubienne recadrée à la brésilienne ou au format ‘ticket de métro’ sont même présentés ‘non pas comme une contrainte mais comme un plaisir supplémentaire (…) Mais pour la femme aussi, dans l’idée que la vulve et le pubis lisses sont une voie d’accès à l’orgasme puisqu’ils permettront à son partenaire de (consentir à) pratiquer un cunnilingus sans se retrouver avec des poils incongrus en bouche.”

Dans son article Comment l’épilation du maillot vise à remettre les femmes à leur placepublié sur Buzzfeed France le 18 mai, la journaliste Daphnée Leportois revient sur le diktat machiste de l’épilation des poils pubiens. Des enjeux commerciaux aux prescriptions hygiénistes en passant par les fantasmes véhiculés par l’industrie du X, elle détaille comment la norme de l’épilation, en plus de faire peser sur les femmes des injonctions physiques qui se révèlent chères et douloureuses, s’inscrit dans un modèle patriarcal et sexiste où les femmes, comme leur sexualité, doivent être domptées, maîtrisées, contrôlées.  

À lire le plus rapidement possible sur Buzzfeed


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Vitrine American Apparel, DR - Cheek Magazine
Vitrine American Apparel, DR

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Vitrine American Apparel, DR - Cheek Magazine
Vitrine American Apparel, DR

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Vitrine American Apparel, DR - Cheek Magazine
Vitrine American Apparel, DR

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Vitrine American Apparel, DR - Cheek Magazine
Vitrine American Apparel, DR