société

Le Cheek Point

“L’excision n’a ni race, ni couleur, ni religion”

On a lu cet article de l’auteure Axelle Jah Njiké sur les mutilations sexuelles féminines et on vous le conseille.
Axelle Jah Njiké DR
Axelle Jah Njiké DR

Axelle Jah Njiké DR


J’entends souvent dire autour de moi que l’excision serait une obsession de médias français blancs. Elle fascinerait les femmes ‘blanches’ qui n’auraient de cesse de parler de la barbarie des sociétés noires, dans lesquelles les ‘pauvres’ Africaines seraient soumises à cette pratique d’un autre temps. Une sorte de colonialisme qui ne dirait pas son nom.

Cette vision des choses m’a toujours dérangée. Pourtant, je suis noire. On s’attendrait à me voir adhérer à tout discours visant à dénoncer les préjugés dont font souvent l’objet les femmes noires, plus particulièrement les femmes africaines, puisque je suis camerounaise.

Mais la vérité, l’une des vérités à propos de cette pratique, est que l’excision et les mutilations sexuelles féminines (car ce qui est communément appelé par la majeure partie d’entre nous, ‘excision’ n’est que l’une des formes des mutilations sexuelles), n’est pas une préoccupation occidentale qui dénoterait d’un racisme ne portant pas son nom. Ni une manière de stigmatiser les femmes africaines, majoritairement victimes de la pratique.

La vérité c’est que l’excision n’a ni race, ni couleur, ni religion.

L’auteure Axelle Jah Njiké, que nous avions déjà interviewée sur Cheek Magazine l’année dernière, passionnée par la parole des femmes dans l’espace urbain public et dans l’intimité, a signé ce week-end une première chronique -excellente- dans l’édition Web du Monde Afrique. Elle consacre cette dernière à “un sujet qui [lui] tient à coeur depuis longtemps”: les mutilations sexuelles féminines.

Axelle Jah Njiké, administratrice au sein de la Fédération GAMS (Groupe pour l’abolition des mariages forcés et autres pratiques traditionnelles néfastes à la santé des femmes et des enfants), rappelle que l’excision se pratique partout dans le monde et qu’elle ne vise qu’à priver les femmes de leur plaisir sexuel, leur clitoris étant considéré comme inutile. On vous conseille vivement la lecture de ce texte. 

À lire le plus vite possible sur le site du Monde Afrique.


1. Battantes sur les plateaux télé ou les rings de boxe: on a fait discuter Rokhaya Diallo et Sarah Ourahmoune

L’ex-championne de boxe et cheffe d’entreprise Sarah Ourahmoune et la journaliste, réalisatrice et conférencière Rokhaya Diallo racontent leurs parcours dans deux livres passionnants actuellement en librairies. L’occasion de discuter avec ces femmes inspirantes de déterminisme social, maîtrise des émotions et stratégies pour lutter contre les discriminations.
Axelle Jah Njiké DR - Cheek Magazine
Axelle Jah Njiké DR

2. J’ai passé la soirée avec Michelle Obama

Dans le cadre de sa tournée de promotion pour son livre Becoming, l’ancienne première dame américaine était hier de passage à Paris. L’occasion de découvrir en live celle qui, depuis 2008, est devenue une véritable icône d’empowerment.
Axelle Jah Njiké DR - Cheek Magazine
Axelle Jah Njiké DR

3. Avec “Première Campagne”, Audrey Gordon donne un visage jeune et féminin au journalisme politique

Dans son documentaire Première Campagne, en salles le 17 avril, la réalisatrice Audrey Gordon propose de suivre une jeune reporter chargée de couvrir la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron de 2017. Une immersion intelligente qui analyse et humanise la profession de journaliste.  
Axelle Jah Njiké DR - Cheek Magazine
Axelle Jah Njiké DR

5. La voix des femmes, énième refuge des stéréotypes de genre

Des sirènes maléfiques aux femmes politiques dont la voix est critiquée à l’envi, les voix féminines sont constamment soumises au sexisme ordinaire. De l’Antiquité à nos jours, pourquoi nos voix sont elles sources d’autant de crispations que de fantasmes.
Axelle Jah Njiké DR - Cheek Magazine
Axelle Jah Njiké DR

6. Pourquoi la France ne tolère-t-elle pas une Miss France noire?

Lors de chaque concours de Miss, les candidates et gagnantes noires sont systématiquement harcelées par des trolls les jugeant “indignes” de représenter le pays.
Axelle Jah Njiké DR - Cheek Magazine
Axelle Jah Njiké DR