société

La vidéo du jour

Deux FEMEN interrompent un concert de Woody Allen et rappellent qu'il est accusé d'agression sexuelle

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce happening des FEMEN en plein concert de Woody Allen à Hambourg.
© FEMEN
© FEMEN

© FEMEN


Deux FEMEN ont surgi sur scène, hier, à l’Elbphilharmonie de Hambourg, alors que Woody Allen y donnait un concert avec son New Orleans Jazz Band. Torses nus, les deux femmes portaient, inscrites sur la peau, des citations de la lettre ouverte publiée en 2014 par Dylan Farrow, la fille adoptive d’Allen. Dans ce texte, la jeune femme décrivait les agressions sexuelles subies de la part du réalisateur star. Les deux FEMEN présentes à Hambourg, bras levés, ont précisément demandé que l’on mette fin à l’impunité qui entoure les auteurs présumés de violences sexuelles. Dans un long post Facebook, les activistes listent une partie des comportements suspicieux du réalisateur après qu’il ait été accusé par sa fille adoptive:

“- un viol survenu dans un grenier dans lequel Woddy Allen avait d’abord déclaré que personne n’avait jamais été. Une fois que des cheveux y ont été retrouvés, il a modifié sa déposition.

– Après que les résultats du test de détection de mensonges qu’il avait imposé aient été rejetés par sa propre équipe d’avocats, Woody Allen a refusé de se soumettre à un détecteur de mensonges de la police.

– Allen a fait une thérapie de groupe à cause de son comportement inapproprié envers Dylan.”

Elles s’attaquent,

aussi à la société qui “protège et acclame les auteurs de violences”, “désapprouvent le fait que l’Elbphilharmonie offre une scène à un pédophile” et concluent d’une phrase sans appel: “L’absence de condamnation n’est pas la preuve de l’innocence”.

 

 

Le milieu artistique, et notamment celui du cinéma, semble effectivement particulièrement indulgent envers certains de ses membres bien qu’ils soient accusés d’agressions sexuelles. Woody Allen avait déjà été au centre d’une polémique pendant le festival de Cannes 2016. vivavideo apk Puis, en février dernier, il avait fallu qu’un bad buzz s’installe pour que Roman Polanski, toujours poursuivi pour viol sur une mineure de 13 ans, renonce à la présidence de la cérémonie des César. Quelques mois plus tôt, la dessinatrice de BD Mirion Malle avait dénoncé les conséquences de l’impunité dont bénéficient acteurs et réalisateurs auteurs d’agressions sexuelles dans un post de blog très didactique, démontrant du même coup combien la remise en cause de la parole des victimes participent à l’invisibilisation de la violence faite aux femmes. 

Mathilde Saliou


3. #Masaktach, le #MeToo marocain contre le harcèlement

Depuis trois mois, le hashtag #Masaktach (“je ne me tais pas”, en arabe dialectal marocain) se diffuse sur les réseaux sociaux. Derrière ce mot, une mobilisation contre les violences faites aux femmes, alors qu’une étude d’ONU Femmes indique que 63% de Marocaines reconnaissent avoir été victimes de harcèlement sexuel.
© FEMEN - Cheek Magazine
© FEMEN

5. Comment les règles modifient la voix

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait cette chronique d’Aliette de Laleu sur France Musique qui évoque les modifications qu’entraînent les règles sur la voix des chanteuses lyriques. 
© FEMEN - Cheek Magazine
© FEMEN

7. Avec son roman "Jeune fille modèle", Grace Ly œuvre pour une meilleure représentation des Asiatiques en France

Dans son premier livre, Grace Ly raconte l’adolescence de la jeune Chi Chi, née de parents asiatiques à Paris. Un récit à la première personne, dans lequel l’autrice pose un regard doux sur la relation entre parents et adolescents tout en dépeignant le racisme anti-asiatique en France.  
© FEMEN - Cheek Magazine
© FEMEN