société

Le Cheek Point

La séparation, premier motif du passage à l'acte dans les féminicides

On a lu pour vous cet article de Rue89 sur les féminicides et on vous le conseille fortement. 
“Espèces menacées” © Mars Films
“Espèces menacées” © Mars Films

“Espèces menacées” © Mars Films


“‘Il y a une centaine de femmes par an qui n’ont pas été frappées avant d’être tuées et personne ne s’en occupe.’ Ce cri d’alarme, c’est celui d’Alexia Delbreil, dans Le Monde. Depuis le CHU de Poitiers (Vienne), où elle travaille, cette médecin légiste et psychiatre a disséqué, pour une étude épidémiologique, les corps et les vies d’une cinquantaine de femmes victimes d’homicides conjugaux. À Rue89, elle confirme: ‘Dans mes dossiers, il y a peu de violence physique préalable au passage à l’acte.’

Un constat étonnant, que corrobore l’étude annuelle du ministère de l’Intérieur: dans deux tiers (63,44%) des affaires d’hommes qui ont tué leur conjointe ou ex-conjointe entre 2011 et 2016, aucune violence antérieure n’a été portée à la connaissance des forces de l’ordre. […] Le constat de la médecin légiste, point de départ de cet article, se heurte à nos représentations du féminicide. Peut-on tuer sans n’avoir jamais exercé de violence auparavant?

Dans cet article, les journalistes Mathilde Goupil et Émilie Brouze dissèquent les mécanismes à l’oeuvre derrière les féminicides et reviennent sur le profil de ceux qui passent à l’acte, le motif mais aussi les dimensions sociale et culturelle des homicides conjugaux. 

À lire le plus vite possible sur le site de Rue89.


1. Elle a plaqué sa vie parisienne pour devenir agricultrice

Stéphanie Maubé était graphiste, elle est désormais éleveuse d’agneaux, de brebis et de moutons en Normandie. Passionnée par son métier et agricultrice engagée, elle cosigne le livre Il était une bergère et donne ainsi un visage à celles et ceux qui luttent au quotidien pour nourrir la population française. Interview.
“Espèces menacées” © Mars Films - Cheek Magazine
“Espèces menacées” © Mars Films

2. “Une dernière fois”, le premier long métrage porno et engagé d'Olympe de G

Olympe de G réalise son premier long métrage porno-érotique, Une Dernière fois, qui sera diffusé sur Canal+ ce samedi 6 juin, et met en scène la sexualité d’une sexagénaire, incarnée par Brigitte Lahaie, qui souhaite organiser la dernière fois qu’elle fait l’amour. 
“Espèces menacées” © Mars Films - Cheek Magazine
“Espèces menacées” © Mars Films

7. Comment le confinement a romantisé la campagne

Le confinement a provoqué un véritable exode urbain qui semble parti pour durer: de plus en plus de citadin·e·s se mettent à rêver d’emménager à la campagne. Mais une fois passée l’image de carte postale, la déception peut être très forte. 
“Espèces menacées” © Mars Films - Cheek Magazine
“Espèces menacées” © Mars Films