société

Le Cheek Point

Le défi de vivre avec son mec quand on est féministe et hétéro

On a lu pour vous cet article sur les difficultés à concilier féminisme et répartition des tâches, et on vous le recommande.
© Emma, Fallait demander
© Emma, Fallait demander

© Emma, Fallait demander


Ces stéréotypes que l’on transmet sont encore renforcés par le fonctionnement du couple, fondé sur des ‘jeux de rôles’. Pour que les choses fonctionnent vite et bien, des routines s’installent, où chacun accomplit son ‘rôle’ au sein du couple. Or, quand il y a ‘agacement’ (la somme des ‘agacements’ constitue l’ensemble des choses à faire), ‘c’est toujours le plus agacé des deux qui prend en charge l’agacement’, conclut le sociologue Jean-Claude Kaufmann. Et puisque la socialisation des femmes les ont rendues plus sensibles à la bonne tenue du foyer… c’est souvent pour leur pomme.

La première étape d’un couple plus égalitaire, c’est donc la lutte contre soi, explique Jean-Claude Kaufmann, qui ne parle pas de ‘guerre des sexes’ dans le couple, mais d’‘une guerre des femmes envers elles-mêmes, et des hommes envers eux-mêmes’.’À partir du moment où l’on porte un regard féministe sur le monde, il n’y a plus de repos’, assure Marie-Eve Surprenant, sociologue féministe québécoise. Quand le féminisme pénètre le couple, tout devient matière à réflexion et à discussion.”

Être une femme hétérosexuelle féministe et se retrouver prise au piège de la charge mentale, est-ce une fatalité? Dans cet article, L’Obs-Rue89 donne la parole à des personnes hétéros en couple, qui témoignent des difficultés qu’elles ont connues face à la répartition inégalitaire des tâches dans un foyer, qu’ il n’est pas si facile à surmonter, même en étant des femmes et des hommes féministes.

À lire le plus vite possible sur le site de L’Obs.


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
© Emma, Fallait demander - Cheek Magazine
© Emma, Fallait demander

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
© Emma, Fallait demander - Cheek Magazine
© Emma, Fallait demander

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
© Emma, Fallait demander - Cheek Magazine
© Emma, Fallait demander

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
© Emma, Fallait demander - Cheek Magazine
© Emma, Fallait demander