société

Le Cheek Point

Les femmes sont clitoridiennes et pourtant, le sexe hétéro reste majoritairement vaginal

On a lu pour vous cette chronique de Maïa Mazaurette sur le plaisir clitoridien et on vous la conseille fortement. 
instagram/meredithwhite
instagram/meredithwhite

instagram/meredithwhite


La grande majorité des femmes sont clitoridiennes. Vous le savez. Vous l’avez lu, entendu à la radio, je vous ai moi-même assommé de chiffres cette année. Plus nous avançons sur les sentiers pas toujours commodes de la connaissance, plus nous constatons que la très artificielle division entre plaisir clitoridien et plaisir vaginal se déplace en direction du clitoris -ou plutôt en direction d’une combinaison des plaisirs. La science recolle les morceaux des femmes. En l’occurrence, plus vous êtes ambidextre, mieux c’est -mais en attendant qu’on vous greffe quelques bras supplémentaires façon Shiva, les femmes sont clitoridiennes. Certains scientifiques nient carrément l’existence de l’orgasme vaginal.

Ces faits médicaux n’ont pourtant aucun impact sur nos pratiques. Étrange, non? Car quand on demande aux hommes de décrire leur expérience, ces derniers évoquent leur incroyable coup de chance: ‘Bien sûr que les femmes sont majoritairement clitoridiennes, je ne vis pas dans une grotte! C’est seulement que moi, je ne tombe que sur des vaginales.’ Pour rappel, 56 % des femmes ont déjà simulé au lit (les 44 % restantes mentent, n’ont pas compris la question ou sont trop occupées à jouer avec leur nouveau vibromasseur).” 

Sur le site du Monde, la chroniqueuse Maïa Mazaurette pointe ce paradoxe sexuel: alors que la majorité des femmes sont clitoridiennes (rappelons que le plaisir vaginal est lié aussi au clitoris), la sexualité hétérosexuelle reste dominée par la pénétration, qui garantit à coup sûr (ou presque) l’orgasme à l’homme… mais pas vraiment à la femme.

À lire le plus rapidement possible sur le site du Monde.

 


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
instagram/meredithwhite  - Cheek Magazine
instagram/meredithwhite

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
instagram/meredithwhite  - Cheek Magazine
instagram/meredithwhite

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
instagram/meredithwhite  - Cheek Magazine
instagram/meredithwhite

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
instagram/meredithwhite  - Cheek Magazine
instagram/meredithwhite