société

Le Cheek Point

Pourquoi les corps de femmes musclées posent-ils problème?

On a lu pour vous cette chronique publiée par Slate à propos de la mauvaise image des femmes trop musclées et on vous le conseille. 
Instagram / @madonna
Instagram / @madonna

Instagram / @madonna


“Souvenez-vous, Madonna… Madonna, tant qu’elle montrait ses seins, tout allait bien. Le jour où elle a commencé à montrer ses bras musclés, c’était fini. Elle était horrible, moche, folle, détraquée. Jusqu’à son ancienne coach sportive qui l’a taclée: J’ai passé des années à inverser la tendance de Madonna à se muscler à outrance en la faisant redevenir féminine. Aujourd’hui, quand je la regarde, je la trouve à nouveau trop “carrée”…’ Mais en fait, c’est quoi au juste le problème avec un corps féminin musclé? […]

La société s’est toujours arrogé le droit de dire ce que devait être le corps des femmes et il y a une évidence: la société aime les femmes fragiles. Frêles. Vulnérables. Et qui ne s’en plaignent pas. Des femmes fragiles qui au contraire s’épanouissent en trouvant la protection d’un corps viril. Une femme qui peut gagner au bras de fer contre un homme perd aussitôt son diplôme de femme.

Dans sa chronique C’est quoi le problème avec un corps féminin musclé? publiée sur Slate le 13 juillet, la journaliste et blogueuse Titiou Lecoq s’interroge sur le dégoût inspiré par les femmes trop musclées. Si le diktat de la minceur valorise la pratique d’une activité physique, une musculature développée est à proscrire: “faire du sport, oui, devenir musclée, non. Une sportive trop forte physiquement compromet son statut de “femme frêle” qui doit être protégée par un homme, et cela effraie. Une chronique intéressante qui voit la réappropriation de leur corps par les femmes comme le véritable empowerment.

À lire le plus rapidement possible sur le site de Slate.


1. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Instagram / @madonna - Cheek Magazine
Instagram / @madonna

4. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Instagram / @madonna - Cheek Magazine
Instagram / @madonna