société

Le Cheek Point

Les femmes enceintes, victimes d’une version “totalement acceptée du harcèlement de rue”

On a lu pour vous cet article publié sur le blog Poulet Rotique qui témoigne du harcèlement de rue dont les femmes enceintes sont victimes.
“Diane a les épaules” © Petit films
“Diane a les épaules” © Petit films

“Diane a les épaules” © Petit films


Le harcèlement de rue, je connais. Oui, forcément, puisque je suis une femme et que j’ai, de temps à autre, l’audace de m’aventurer hors de mon appartement. […] Mais, récemment, j’ai fait la découverte d’un autre style de harcèlement de rue. J’ai d’abord cru que pendant quelques mois bénis, j’allais y couper. De dos, j’étais d’abord gratifiée des habituels sifflements et autres bruits de bouche chelous, jusqu’à ce que je me retourne et que, vue de face, il apparaisse au type que j’étais enceinte. ‘Oulaaa, pardon’, j’entendais alors. […] Ayant décidé de faire usage de mon utérus, j’allais donc être un tout petit peu tranquille? Que nenni. […]

Aussi, dans l’espace public, ma nouvelle condition de femme enceinte m’a fait passer de la putain à la maman: de propriété publique sous prétexte de sa supposée disponibilité, mon corps devenait propriété publique sous prétexte, cette fois, qu’il témoignait en chair et en os de l’incroyaaaaaable miracle de la vie. Et les harceleurs étaient, littéralement, à chaque foutu coin de rue pour me le rappeler. A tout moment, un parfait inconnu pouvait débouler de n’importe quelle intersection pour me faire la leçon sur ma silhouette, mon attitude, mon alimentation, mon poids ou mes fringues. Une sorte de version totalement acceptée socialement du harcèlement de rue tel que je me le fadais jusque-là.”

Dans un texte intitulé De la putain à la maman et publié hier sur son blog féministe Poulet Rotique, la journaliste Clarence Edgard-Rosa décrit comment les femmes enceintes sont elles aussi victimes d’une certaine forme de harcèlement de rue. L’auteure témoigne de plusieurs situations, de la vielle dame qui lui touche le ventre au supermarché aux commentaires sur l’évolution de son physique en passant par l’injonction au sourire. Elle termine son article avec cette analyse très juste: “Laissez-la [femme enceinte] donc tranquille et occupez-vous de vos miches. C’est déjà assez épuisant de fabriquer un être humain, pas besoin d’en rajouter. Je vous laisse, j’ai un corps à me réapproprier.” Bien envoyé.

A lire au plus vite sur le blog Poulet Rotique.


4. Elle continue de recevoir des publicités de grossesse après la mort de son bébé, et pousse un coup de gueule

On a lu pour vous cette lettre ouverte, publiée sur Twitter mardi 11 décembre, dans laquelle la journaliste Gillian Brockell pousse un coup de gueule contre les réseaux sociaux qui continuent à lui envoyer des publicités en lien avec sa grossesse après la perte de son bébé. 
“Diane a les épaules” © Petit films  - Cheek Magazine
“Diane a les épaules” © Petit films

5. Une nouvelle ère pour les Irlandaises: l'avortement enfin légalisé

Le jeudi 13 décembre 2018 marque un tournant historique pour les droits des femmes en Irlande. Après la victoire du “oui” au référendum en mai dernier, le Sénat vient d’annoncer la légalisation de l’avortement. 
“Diane a les épaules” © Petit films  - Cheek Magazine
“Diane a les épaules” © Petit films

6. Réduire le temps de travail pour l'égalité femmes-hommes? C'est le pari d'une asso belge

En Belgique, l’association féministe Femma va passer à la semaine de quatre jours afin d’offrir à ses employé·e·s plus de temps libre. Objectif? Donner l’occasion aux hommes de se charger davantage des tâches ménagères, un domaine encore et toujours largement pris en charge par les femmes.
“Diane a les épaules” © Petit films  - Cheek Magazine
“Diane a les épaules” © Petit films