société

Le Cheek Point

Les femmes enceintes, victimes d’une version “totalement acceptée du harcèlement de rue”

On a lu pour vous cet article publié sur le blog Poulet Rotique qui témoigne du harcèlement de rue dont les femmes enceintes sont victimes.
“Diane a les épaules” © Petit films
“Diane a les épaules” © Petit films

“Diane a les épaules” © Petit films


Le harcèlement de rue, je connais. Oui, forcément, puisque je suis une femme et que j’ai, de temps à autre, l’audace de m’aventurer hors de mon appartement. […] Mais, récemment, j’ai fait la découverte d’un autre style de harcèlement de rue. J’ai d’abord cru que pendant quelques mois bénis, j’allais y couper. De dos, j’étais d’abord gratifiée des habituels sifflements et autres bruits de bouche chelous, jusqu’à ce que je me retourne et que, vue de face, il apparaisse au type que j’étais enceinte. ‘Oulaaa, pardon’, j’entendais alors. […] Ayant décidé de faire usage de mon utérus, j’allais donc être un tout petit peu tranquille? Que nenni. […]

Aussi, dans l’espace public, ma nouvelle condition de femme enceinte m’a fait passer de la putain à la maman: de propriété publique sous prétexte de sa supposée disponibilité, mon corps devenait propriété publique sous prétexte, cette fois, qu’il témoignait en chair et en os de l’incroyaaaaaable miracle de la vie. Et les harceleurs étaient, littéralement, à chaque foutu coin de rue pour me le rappeler. A tout moment, un parfait inconnu pouvait débouler de n’importe quelle intersection pour me faire la leçon sur ma silhouette, mon attitude, mon alimentation, mon poids ou mes fringues. Une sorte de version totalement acceptée socialement du harcèlement de rue tel que je me le fadais jusque-là.”

Dans un texte intitulé De la putain à la maman et publié hier sur son blog féministe Poulet Rotique, la journaliste Clarence Edgard-Rosa décrit comment les femmes enceintes sont elles aussi victimes d’une certaine forme de harcèlement de rue. L’auteure témoigne de plusieurs situations, de la vielle dame qui lui touche le ventre au supermarché aux commentaires sur l’évolution de son physique en passant par l’injonction au sourire. Elle termine son article avec cette analyse très juste: “Laissez-la [femme enceinte] donc tranquille et occupez-vous de vos miches. C’est déjà assez épuisant de fabriquer un être humain, pas besoin d’en rajouter. Je vous laisse, j’ai un corps à me réapproprier.” Bien envoyé.

A lire au plus vite sur le blog Poulet Rotique.


2. PMA pour toutes: pour le comité d'éthique, c'est un grand oui

On a lu pour vous cet article de Libération sur l’avis favorable rendu ce mardi 25 septembre par le comité d’éthique sur la PMA pour toutes et on vous le conseille. 
“Diane a les épaules” © Petit films  - Cheek Magazine
“Diane a les épaules” © Petit films

3. Comment l’astrologie est-elle devenue un outil de résistance féministe?

Mêmes en série, classements par signes, podcasts et applications smartphone dédiées… Les références à l’astrologie sont désormais partout sur Internet. Brisant les codes de l’horoscope traditionnel et binaire, le renouveau 2.0 féministe et queer de cette pratique ancestrale a beaucoup plus à proposer qu’amour et fortune.
“Diane a les épaules” © Petit films  - Cheek Magazine
“Diane a les épaules” © Petit films

5. Miroir Miroir, le podcast qui pulvérise les standards de beauté imposés par la société

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait le premier épisode de Miroir Miroir, un podcast “sur les représentations, la beauté, le corps, et les normes portées par les médias, la société ou le regard des autres”. 
“Diane a les épaules” © Petit films  - Cheek Magazine
“Diane a les épaules” © Petit films

7. Comment Reni Eddo-Lodge est devenue la voix de l'anti-racisme en Grande-Bretagne

Son essai Le Racisme est un problème de blancs est depuis des mois en tête des ventes outre-Manche et a lancé un vrai débat national en plein Brexit. Rencontre avec Reni Eddo-Lodge, une autrice déterminée à faire changer les mentalités.
“Diane a les épaules” © Petit films  - Cheek Magazine
“Diane a les épaules” © Petit films