cheek_societe_habillage_desktop

société

Le Cheek Point

À Mossoul, les femmes yézidies enlevées par Daech peinent à raconter l'enfer de leur détention

On a lu pour vous ce reportage sur les mystérieux symptômes qui frappent les femmes yézidies libérées des griffes de Daech, et on vous le recommande. 
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons

Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons


Souhayla s’est échappée le 9 juillet, deux jours après qu’une attaque aérienne ait fait s’effondrer un mur dans le bâtiment où elle était séquestrée, enterrant une autre fille yézidie capturée avec elle, et tuant leur ravisseur qui avait abusé d’elles, raconte son oncle. À ce moment, elle avait encore la force de se hisser hors des gravats et se rendre jusqu’au premier checkpoint irakien. Mais en quelques heures, elle a arrêté de parler. Le temps d’atteindre le camp où sa mère et toute sa famille s’étaient réfugiés après que Daech ait envahi leur village, Souhayla a plongé dans une sorte d’inconscience. Les médecins qui l’ont examinée lui ont prescrit des antibiotiques contre une infection urinaire étendue. Elle a aussi montré des signes de malnutrition. Mais rien n’explique ces symptômes extrêmes, disent sa famille et ses médecins. ‘Je suis heureuse d’être rentrée’, a-t-elle péniblement murmuré à l’oreille de oncle, en réponse à la question d’un journaliste, ‘mais je suis malade’.”

Cet édifiant reportage nous raconte comment, à l’instar de la jeune Souhayla, 16 ans, de nombreuses femmes yézidies échappées des griffes de Daech à Mossoul, en Irak, commencent à évoquer par bribes leurs trois années de détention au cours desquels elles ont subi des viols à répétition et ont été réduites en esclavage. Mais comme Souhayla, la majorité de ces rescapées souffrent de symptômes difficiles à identifier, qui les plongent dans le sommeil et le silence, parfois même dans des états suicidaires, rendant difficile la communication avec leurs proches qu’elles ont pourtant retrouvés avec joie dans un premier temps.

À lire le plus vite possible en VO sur le site du New York Times.

 

1. L’asso Lallab s’oppose à la pénalisation du harcèlement de rue en 8 arguments

On a lu pour vous cet article -vivement critiqué- de l’association féministe Lallab qui expose 8 raisons de s’opposer à la pénalisation du harcèlement de rue et on vous le conseille fortement.
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons

2. L'humoriste Tristan Lopin s'attaque à l'affaire Harvey Weinstein

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de l’humoriste Tristan Lopin qui revient sur l’affaire Harvey Weinstein. 
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons

3. Sandrine Lecointe aide à reboiser Madagascar grâce à des cosmétiques naturels

La jeune entrepreneure franco-malgache a lancé Madagas’Care, une ligne de cosmétiques aux extraits de plantes de Madagascar qui réinvestit une partie des bénéfices dans la protection de l’environnement dans son île d’origine.
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons

4. “Oui, il y a des mecs bien. Mais est-ce vraiment le moment de le dire?”

On a lu pour vous cette tribune publiée sur Slate et on vous la conseille fortement. 
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons

5. Delphine Horvilleur: “Les religions doivent encore trouver leur pensée féministe critique”

Delphine Horvilleur est l’une des rares femmes rabbins en France et publie aujourd’hui Des mille et une façons d’être juif ou musulman, cosigné avec l’islamologue Rachid Benzine. Ils proposent dans cet ouvrage de renouveler et moderniser l’approche des traditions religieuses. 
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons

6. Dans deux podcasts saisissants, France Culture interroge la notion de consentement

On a écouté sur France Culture cette série de podcasts intitulée Consentement, qui rassemble les témoignages de femmes sexuellement abusées, mais qui ont du mal à utiliser le mot “viol” pour décrire ce qu’elles ont subi, et on vous la conseille fortement. 
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons

7. “Rien d’spécial”: un court métrage brillant dénonce les violences banalisées faites aux femmes

Le film a remporté le concours No Gynophobie organisé par l’association Ensemble contre la Gynophobie présidée par Lisa Azuelos. Rencontre avec Floriane Colas, la jeune réalisatrice féministe -et très prometteuse- de Rien d’spécial.
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons