société

Le Cheek Point

À Mossoul, les femmes yézidies enlevées par Daech peinent à raconter l'enfer de leur détention

On a lu pour vous ce reportage sur les mystérieux symptômes qui frappent les femmes yézidies libérées des griffes de Daech, et on vous le recommande. 
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons

Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons


Souhayla s’est échappée le 9 juillet, deux jours après qu’une attaque aérienne ait fait s’effondrer un mur dans le bâtiment où elle était séquestrée, enterrant une autre fille yézidie capturée avec elle, et tuant leur ravisseur qui avait abusé d’elles, raconte son oncle. À ce moment, elle avait encore la force de se hisser hors des gravats et se rendre jusqu’au premier checkpoint irakien. Mais en quelques heures, elle a arrêté de parler. Le temps d’atteindre le camp où sa mère et toute sa famille s’étaient réfugiés après que Daech ait envahi leur village, Souhayla a plongé dans une sorte d’inconscience. Les médecins qui l’ont examinée lui ont prescrit des antibiotiques contre une infection urinaire étendue. Elle a aussi montré des signes de malnutrition. Mais rien n’explique ces symptômes extrêmes, disent sa famille et ses médecins. ‘Je suis heureuse d’être rentrée’, a-t-elle péniblement murmuré à l’oreille de oncle, en réponse à la question d’un journaliste, ‘mais je suis malade’.”

Cet édifiant reportage nous raconte comment, à l’instar de la jeune Souhayla, 16 ans, de nombreuses femmes yézidies échappées des griffes de Daech à Mossoul, en Irak, commencent à évoquer par bribes leurs trois années de détention au cours desquels elles ont subi des viols à répétition et ont été réduites en esclavage. Mais comme Souhayla, la majorité de ces rescapées souffrent de symptômes difficiles à identifier, qui les plongent dans le sommeil et le silence, parfois même dans des états suicidaires, rendant difficile la communication avec leurs proches qu’elles ont pourtant retrouvés avec joie dans un premier temps.

À lire le plus vite possible en VO sur le site du New York Times.

 

1. La séparation, premier motif du passage à l'acte dans les féminicides

On a lu pour vous cet article de Rue89 sur les féminicides et on vous le conseille fortement. 
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons

2. Cette chercheuse dénonce le sexisme dans le monde scientifique

La recherche scientifique n’échappe pas au sexisme. Amélie Bonnefond a récemment pris la parole pour dénoncer les remarques sexistes dont elle a fait l’objet en tant que jeune chercheuse. Elle revient ici sur ces épisodes qui ont freiné le début de sa carrière.
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons

3. Les hommes féministes sont-ils de meilleurs coups?

On a lu pour vous cet article sur le féminisme et le sexe de la chroniqueuse Maïa Mazaurette sur le site de M Le Mag et on vous la conseille fortement. 
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons

4. Il y a 40 ans, des hommes confiaient à la télé qu'ils avaient envie de violer des femmes

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce double micro-tottoir où les hommes s’expriment sur le viol en 1976 et en 2017, et qui montre que les mentalités sur le sujet ont évolué.
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons

5. Agression sexuelle: Pour la première fois, Dylan Farrow témoigne à la télévision contre Woody Allen

Interviewée hier pour la première fois à la télévision, Dylan Farrow a de nouveau accusé son père adoptif Woody Allen d’avoir abusé d’elle alors qu’elle avait 7 ans.
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons

6. Comment devenir un pro du cunnilingus

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce court-métrage sur l’apprentissage laborieux mais volontaire du cunnilingus par un jeune homme.
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons

7. PMA, le parcours de la combattante: le premier podcast de Cheek

À l’occasion de l’ouverture des États généraux de la bioéthique, la Cheek Team lance son premier podcast qui nous emmènera dans les coulisses de la PMA, aux côtés de celles et ceux passé·e·s par ce chemin sinueux vers la parentalité et qui ont été confronté·e·s à de multiples interrogations. Par Élodie Font et Charlène Nouyoux. 
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar, rescapées yézidies, ont reçu le prix Sakharov en 2016 © European Union 2016 - European Parliament, Flickr Creative Commons