société

Dossier Nouveaux Féminismes / En partenariat avec le CFPJ

Le femvertising, ou comment le féminisme est devenu bankable pour les marques

Le femvertising, tendance marketing qui prône l’émancipation des femmes, et veut casser les clichés, est de toutes les publicités et de toutes les marques. Alors, enjeu sociétal ou simple business plan?  
Montage de publicités © Victoria Masson pour Cheek Magazine
Montage de publicités © Victoria Masson pour Cheek Magazine

Montage de publicités © Victoria Masson pour Cheek Magazine


Une jeune femme, un genou à terre, demande en mariage son petit ami. Dans cette pub pour la marque de déodorant Secret -du groupe Procter & Gamble-, la comédienne ne s’applique pas son déo nue devant le miroir de sa salle de bains en prenant un air sensuel. Là, elle prend les devants et bouscule les schémas traditionnels, quitte à se taper un coup de chaud. Cette vidéo réunit tous les codes du femvertising, mot-valise né de la contraction de “feminism“ et “advertising”. 

Devenu le roi des publicités, ce type de marketing “féministe” prône l’acceptation de soi, l’émancipation de la femme et la fin des stéréotypes. Exit les corps homologués, les peaux non colorées, ou les lessives faites par maman. Dites bonjour à la fin des clichés et à la diversité: blonde, brune, rousse, ronde ou mince, noire ou blanche, les femmes et les jeunes filles sont mises en scène dans des activités qui, jusqu’ici, ne leur étaient pas proposées. Une nouvelle manière de s’adresser aux femmes, et plus précisément aux consommatrices.

En 2013, la marque Dove, pionnière du genre, frappe un grand coup avec sa campagne Real Beauty et marque le début de la tendance. On y voit l’artiste dessinateur Gil Zamora au centre d’un grand hangar baigné de lumière. Assis derrière un rideau, il écoute des femmes se décrire et réalise ensuite leurs portraits. Longueur des cheveux, détail du nez ou forme des yeux, le résultat est souvent loin de l’original, tant les volontaires se dévalorisent. D’ailleurs, les Françaises sont encore 82% à estimer que la publicité diffuse une image qui donne des complexes, selon l’étude du Ministère des familles, de l’enfance et des droits des femmes sur la perception de l’égalité entre les femmes et les hommes en France publié ce mois-ci.

 

 

“En deux secondes, une pub sexiste est pointée du doigt sur Twitter

De quoi amener les publicitaires à repenser leurs campagnes et à suivre la voie du femvertising. C’est ainsi qu’Always souhaite redonner confiance aux jeunes filles, que Nike traite désormais avec humour l’embarras des salles de sport, que Super U milite pour des jouets de Noël unisexes et qu’Ariel vante le partage des tâches comme en atteste la pub ci-dessous:

 

 

C’est une vraie tendance de fond, déjà importante dans les pays anglo-saxons, explique Anne Vincent, vice-présidente de l’agence de pub TBWA/Paris. Le débat, présent dans la société, se traduit aussi dans la communication, et les marques sont obligées de réfléchir à une nouvelle représentation de la femme.” “Il y a un vrai changement de mentalités, renchérit la blogueuse Sophie Gourion, auteure du blog Tout à l’égo. Les marques qui font des pubs sexistes savent qu’elles mettent en danger leur image. Le grand public est plus réactif, maintenant en deux secondes une pub sexiste est pointée du doigt sur Twitter.” Et les consommatrices adhèrent. “Elles feront le choix d’un shampoing Dove plutôt qu’une autre marque car elles se projettent dans cet univers”, croit savoir Anne Vincent. Évidemment, l’adhésion n’est pas automatique et vous ne changerez pas de gel douche du jour au lendemain. Mais l’idée se diffuse doucement.

Alors coup de pub ou vrai engagement? “Toutes les entreprises ne se sont pas réveillées féministes du jour au lendemain, s’amuse Sophie Gourion. Le féminisme était déjà un argument de vente dans les années 50 et acheter un soutien-gorge symbolisait une libération de la femme. Le marketing genré a ensuite eu le vent en poupe dans les années 80 et aujourd’hui on retourne en arrière car les consommateurs saturent.” Et Anne Vincent d’ajouter: “L’enjeu est double: il y a l’engagement sociétal mais aussi le business.

 

“On favorise l’empowerment féminin”

Pour ne pas tomber dans le “feminism washing”, phénomène qui consiste à surfer sur la tendance sans s’y intéresser réellement, les marques doivent convaincre leurs consommatrices de l’honnêteté de leur démarche. “Notre campagne ‘Tout le monde a le droit de jouer’ féminise encore plus notre marketing, explique ainsi Xavier Rivoire, directeur de communication externe de Decathlon. On s’est rendu compte que l’on était souvent associé à une marque sympa, et masculine. Mais on est une marque féminine aussi, et on va le dire de plus en plus.” Actions de sensibilisation, recherches sur les femmes, création de fondations dédiées, nombreux sont les outils pour rendre crédible les démarches des entreprises. “Le plus important, c’est d’être cohérent entre les marques d’un même groupe, note Sophie Gourion. On peut saluer la pub Dove, mais à côté, Axe, qui appartient au même groupe, fait des spots hyper sexistes.

 

Une pub Axe

Gagner de l’argent ou s’engager, peu importe, l’impact est là. “Les grandes marques touchent un public large, cela favorise l’empowerment féminin”, assure Anne Vincent. Dernière grosse marque sur le créneau: H&M et sa vidéo de portraits féminins sur fond de She’s a lady remixé à regarder ci-dessous:

 

La dernière campagne H&M

En France, on est plus frileux pour mettre ces sujets sur la place publique. Il y a un enjeu pédagogique”, ajoute la vice-présidente de TBWA/Paris. Les jeunes filles ont d’ailleurs remplacé les femmes adultes des publicités. Encore une fois, l’objectif est double: glaner des futures clientes et sensibiliser. “Plus on traite ces sujets auprès des jeunes, plus on les conscientise”, affirme Anne Vincent. “Une féministe adulte, ça fait peur. Montrer une petite fille moins, on ne l’a traitera pas d’hystéro”, estime Sophie Gourion. Un bon moyen de faire passer le message en douceur… Et de séduire les parents.

Victoria Masson


1. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
Montage de publicités © Victoria Masson pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
Montage de publicités © Victoria Masson pour Cheek Magazine

2. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
Montage de publicités © Victoria Masson pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
Montage de publicités © Victoria Masson pour Cheek Magazine

3. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
Montage de publicités © Victoria Masson pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
Montage de publicités © Victoria Masson pour Cheek Magazine

4. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
Montage de publicités © Victoria Masson pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
Montage de publicités © Victoria Masson pour Cheek Magazine

7. Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador

Sara García Gross, une militante salvadorienne, a reçu le 9 janvier le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes pour ses actions en faveur de la dépénalisation de l’avortement au Salvador et en Amérique Centrale. La militante s’est construite auprès de grandes figures guerrilleras salvadoriennes pour embrasser aujourd’hui un féminisme intersectionnel. Rencontre.
Montage de publicités © Victoria Masson pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
Montage de publicités © Victoria Masson pour Cheek Magazine