société

Pour Eugénie Bastié, après #MeToo “Les hommes craignent de se retrouver seuls avec les femmes” 

Pour la sortie de son dernier livre, un pamphlet contre le mouvement #MeToo, Eugénie Bastié était l’invitée de Léa Salamé sur France Inter ce lundi 24 septembre. 
Capture d'écran France Inter
Capture d'écran France Inter

Capture d'écran France Inter


L’essayiste et journaliste au Figaro Eugénie Bastié était ce matin au micro de Léa Salamé sur France Inter. Invitée à l’occasion de la sortie de son dernier livre, Le Porc émissaire – Terreur ou contre-révolution, que Léa Salamé présente comme un “pamphlet contre les mouvements qui ont inondé la planète occidentale après le scandale Weinstein”, Eugénie Bastié s’est exprimée sur le mouvement #MeToo.

“Ce qui me dérange dans #MeToo c’est son aspect faussement révolutionnaire et à mon avis authentiquement religieux”, explique-t-elle sur France Inter, arguant que si la libération de la parole est une bonne chose, #MeToo aurait installé un climat de “suspicion généralisée entre les sexes”. “Les hommes craignent désormais de se retrouver seuls avec les femmes […] la peur a bel et bien changé de camp”, écrit Eugénie Bastié dans son livre, dont Léa Salamé a choisi quelques extraits édifiants. 

Entre un dangereux discours sur l’“asymétrie du désir masculin et féminin”, qui sonne dans la bouche d’Eugénie Bastié comme une excuse aux comportements déplacés ou violents des hommes envers les femmes, et quelques saillies bien provoc’ –“Je crois qu’une main aux fesses n’a jamais tué personne, contrairement aux bonnes intentions qui pavent l’enfer des utopies”– ce réquisitoire désespérant contre #MeToo range sans surprise Eugénie Bastié aux côté des “Catherine” de la Tribune du Monde

 


3. Les hommes trans sont-ils l'avenir de la masculinité non toxique?

Et si les hommes trans, par leur expérience du sexisme et du patriarcat, étaient les personnes les plus à même de déconstruire les codes de masculinité toxique? On a échangé avec plusieurs d’entre eux sur la façon dont ils ont construit leurs masculinités féministes.
Capture d'écran France Inter  - Cheek Magazine
Capture d'écran France Inter

5. Pourquoi être une femme arbitre de football reste un combat

Si les femmes arbitres investissent de plus en plus le football, les avancées restent lentes, entre plafond de verre, invisibilisation et sexisme sur le terrain. Enquête.
Capture d'écran France Inter  - Cheek Magazine
Capture d'écran France Inter

6. Cheek Magazine existe désormais en Argentine

On peut maintenant lire Cheek Magazine dans une version argentine, signe que le féminisme latino est toujours en pleine effervescence.
Capture d'écran France Inter  - Cheek Magazine
Capture d'écran France Inter

7. La pole dance est-elle une pratique féministe?

Hier exclusivement associée aux strip-teaseuses, la pole dance est aujourd’hui en voie de démocratisation. Plus qu’une pratique mainstream, elle fédère les esprits militants.
Capture d'écran France Inter  - Cheek Magazine
Capture d'écran France Inter