société

Pour Eugénie Bastié, après #MeToo “Les hommes craignent de se retrouver seuls avec les femmes” 

Pour la sortie de son dernier livre, un pamphlet contre le mouvement #MeToo, Eugénie Bastié était l’invitée de Léa Salamé sur France Inter ce lundi 24 septembre. 
Capture d'écran France Inter
Capture d'écran France Inter

Capture d'écran France Inter


L’essayiste et journaliste au Figaro Eugénie Bastié était ce matin au micro de Léa Salamé sur France Inter. Invitée à l’occasion de la sortie de son dernier livre, Le Porc émissaire – Terreur ou contre-révolution, que Léa Salamé présente comme un “pamphlet contre les mouvements qui ont inondé la planète occidentale après le scandale Weinstein”, Eugénie Bastié s’est exprimée sur le mouvement #MeToo.

“Ce qui me dérange dans #MeToo c’est son aspect faussement révolutionnaire et à mon avis authentiquement religieux”, explique-t-elle sur France Inter, arguant que si la libération de la parole est une bonne chose, #MeToo aurait installé un climat de “suspicion généralisée entre les sexes”. “Les hommes craignent désormais de se retrouver seuls avec les femmes […] la peur a bel et bien changé de camp”, écrit Eugénie Bastié dans son livre, dont Léa Salamé a choisi quelques extraits édifiants. 

Entre un dangereux discours sur l’“asymétrie du désir masculin et féminin”, qui sonne dans la bouche d’Eugénie Bastié comme une excuse aux comportements déplacés ou violents des hommes envers les femmes, et quelques saillies bien provoc’ –“Je crois qu’une main aux fesses n’a jamais tué personne, contrairement aux bonnes intentions qui pavent l’enfer des utopies”– ce réquisitoire désespérant contre #MeToo range sans surprise Eugénie Bastié aux côté des “Catherine” de la Tribune du Monde

 


1. Pourquoi le combat antiraciste est de plus en plus porté par des femmes

En tête des cortèges ou invitées dans les médias, les femmes antiracistes portent une parole engagée enfin entendue et brisent l’invisibilisation dont elles étaient victimes jusqu’alors.
Capture d'écran France Inter  - Cheek Magazine
Capture d'écran France Inter

3. La cheffe Laëtitia Visse boulonne la cuisine carnassière à Marseille

Normande d’origine, cette cheffe au caractère bien trempé a posé ses valises dans le sud de la France il y a deux ans et demi. Elle s’apprête à ouvrir un restaurant autour de la viande et des abats à Marseille. 
Capture d'écran France Inter  - Cheek Magazine
Capture d'écran France Inter

5. J’ai testé pour vous: donner mes cheveux à une asso de lutte contre le cancer

Plusieurs associations récupèrent de longues mèches de cheveux pour les vendre au profit de femmes atteintes d’un cancer. Objectif: les aider à financer leur perruque et à retrouver leur féminité. Notre journaliste Arièle Bonte a testé l’expérience. 
Capture d'écran France Inter  - Cheek Magazine
Capture d'écran France Inter

7. Médias: pourquoi les faits divers sont encore trop souvent traités de façon sexiste

Des femmes trop sexy pour être innocentes aux mères monstrueuses, en passant par le traitement des violences faites aux femmes: on vous explique pourquoi la rubrique faits divers de vos journaux est encore teintée de sexisme.
Capture d'écran France Inter  - Cheek Magazine
Capture d'écran France Inter