société

Homophobie dans les médias: Sophia Aram pousse un puissant coup de gueule

Si vous ne deviez écouter qu’une seule chronique aujourd’hui, ce serait celle de Sophia Aram sur les discours homophobes qui se répandent dans les médias. 
Homophobie dans les médias: Sophia Aram pousse un puissant coup de gueule

C’est marrant, à chaque fois qu’une réflexion s’ouvre sur les couples de même sexe, ça se traduit mécaniquement par une recrudescence des actes homophobes”, a pointé du doigt Sophia Aram sur France Inter, ce lundi 22 octobre, dans une chronique intitulée “Stop homophobie!”. La chroniqueuse appuie ses propos sur les études réalisés par les associations LBGT par le passé: “en 2012-2013, pendant le débat du mariage pour tous, les associations LGBT ont enregistré une augmentation de 78% des actes homophobes. Et aujourd’hui, alors que le débat sur la PMA est à peine lancé, elles enregistrent déjà 38% d’augmentation des déclarations de victimes”.

Sophia Aram se pose la question. Y a-t-il un lien entre la hausse des actes homophobes et les discours qualifiant l’homosexualité “d’abomination, de relation contre-nature? Un peu comme l’on fait des gens comme Christine Boutin, une flopée de leaders religieux, de croyants, de militants de la Manif pour tous”. Elle rappelle que ces différentes personnes ou groupes n’ont pas incité à insulter ou à frapper des personnes en fonction de leur orientation sexuelle, mais explique ironiquement que “au contraire, ils préféreraient les soigner, les remettre dans le droit chemin de l’hétérosexualité et leur interdire les mêmes droits que les autres, rien de plus. Et malgré tout l’amour dans leur discours, il y en a toujours un dans la rue pour aller finir le travail”.  

Selon la chroniqueuse, “tout discours fondé sur la discrimination est porteur d’une violence intrinsèque, d’une violence contenue dans l’ADN même de la discrimination et que cette violence finit toujours par s’exprimer.” Avant d’ajouter qu’“Il suffit d’ouvrir les journaux pour comprendre qu’on ne peut pas passer son temps à expliquer que les homosexuels détruisent la famille et la civilisation, que les immigrés constituent tous les maux de la société, que les juifs possèdent ou dirigent le monde sans que cela ne se traduise mécaniquement par des actes homophobes, racistes et antisémites”. Sophia Aram insiste: “on peut le regretter, le déplorer mais ce que l’on ne peut plus faire aujourd’hui, c’est l’ignorer”. Un coup de gueule bienvenu, alors que le débat sur la PMA pour toutes commence juste à s’ouvrir. 

Wendy Le Neillon 


1. Elle a plaqué sa vie parisienne pour devenir agricultrice

Stéphanie Maubé était graphiste, elle est désormais éleveuse d’agneaux, de brebis et de moutons en Normandie. Passionnée par son métier et agricultrice engagée, elle cosigne le livre Il était une bergère et donne ainsi un visage à celles et ceux qui luttent au quotidien pour nourrir la population française. Interview.
Elle a plaqué sa vie parisienne pour devenir agricultrice - Cheek Magazine

2. “Une dernière fois”, le premier long métrage porno et engagé d'Olympe de G

Olympe de G réalise son premier long métrage porno-érotique, Une Dernière fois, qui sera diffusé sur Canal+ ce samedi 6 juin, et met en scène la sexualité d’une sexagénaire, incarnée par Brigitte Lahaie, qui souhaite organiser la dernière fois qu’elle fait l’amour. 
“Une dernière fois”, le premier long métrage porno et engagé d'Olympe de G - Cheek Magazine

7. Comment le confinement a romantisé la campagne

Le confinement a provoqué un véritable exode urbain qui semble parti pour durer: de plus en plus de citadin·e·s se mettent à rêver d’emménager à la campagne. Mais une fois passée l’image de carte postale, la déception peut être très forte. 
Comment le confinement a romantisé la campagne - Cheek Magazine