société

La vidéo du jour

Atteinte d'endométriose, Lucie, 21 ans, témoigne d'un quotidien difficile

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de la série La Tête haute de France•tv slash, dans laquelle Lucie, jeune femme de 21 ans, témoigne de son quotidien difficile avec l’endométriose. 
DR
DR

DR


Souffrir, c’est pas normal. […] l’endométriose, c’est les règles qui ne s’évacuent pas correctement et du coup, elles remontent au niveau des organes et ça les grignote un peu. À la base, ça forme un kyste et au fil des années, ça fait comme des poux qui se propagent partout. Chez moi, ça a atteint l’anus, la vessie et le rectum.” Ainsi débute le témoignage de Lucie, 21 ans, atteinte d’endométriose dans La Tête haute, une série de vidéos signées France•tv slash. 

Lucie déroule ensuite son histoire: elle souffre de cette maladie depuis l’âge de treize ans. Son médecin lui prescrit d’abord une pilule, mais celle-ci ne la soulage pas. C’est seulement à ses 19 ans, suite à des examens médicaux, que le diagnostic tombe: elle est atteinte d’endométriose. “À partir du moment où l’on m’a diagnostiquée, il a fallu arrêter les cycles. Donc j’ai pris, et je prends toujours, une pilule en continu et du coup, je n’ai plus du tout de règles. C’est plus du tout de douleurs, c’est vraiment un soulagement”, confie la vingtenaire. Pour éviter la propagation de la maladie, Lucie doit ensuite subir une opération et sa vessie ayant été touchée, une sonde urinaire -très contraignante au quotidien- est mise en place. En couple, elle évoque aussi son désir d’enfant et s’estime “chanceuse” car l’endométriose n’a atteint ni ses ovaires, ni ses trompes. Afin de tomber enceinte, elle va devoir arrêter la pilule et prendre le risque que la maladie revienne durant ce laps de temps. 

Enfin, Lucie pointe le manque d’informations sur l’endométriose: “C’est sûr que le fait d’en avoir entendu parler aurait pu me faire dire ‘mince, c’est peut-être ça que j’ai et il va falloir que je me renseigne ou que j’aille passer des tests’. Peut-être que j’aurais été diagnostiquée plus tôt.” Une raison supplémentaire pour que les femmes s’expriment enfin sur la maladie, la tête haute. 

 

Wendy Le Neillon


1. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
DR - Cheek Magazine
DR

2. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
DR - Cheek Magazine
DR

3. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
DR - Cheek Magazine
DR

4. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
DR - Cheek Magazine
DR

7. Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador

Sara García Gross, une militante salvadorienne, a reçu le 9 janvier le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes pour ses actions en faveur de la dépénalisation de l’avortement au Salvador et en Amérique Centrale. La militante s’est construite auprès de grandes figures guerrilleras salvadoriennes pour embrasser aujourd’hui un féminisme intersectionnel. Rencontre.
DR - Cheek Magazine
DR