société

Sport

Immersion Surf, le premier magazine français dédié à la culture du surf féminin

En juin dernier, les Bordelaises Frédérique Seyral et Myriam Liatard ont lancé Immersion Surf, le premier magazine sur la culture du surf féminin. Interview express d’une des rédactrices en chef.
Instagram/immersionsurfmag
Instagram/immersionsurfmag

Instagram/immersionsurfmag


La version papier fait 200 pages, il pèse à peu près 900 grammes; c’est un gros bébé.” C’est en ces termes que Frédérique Seyral, Bordelaise de 42 ans qui surfe depuis une vingtaine d’années, évoque le premier numéro d’Immersion Surf, un magazine sur la culture du surf féminin, sorti le 10 juin dernier après une campagne de crowdfunding menée avec succès. Avec son acolyte, également surfeuse, Myriam Liatard, Parisienne de 38 ans arrivée à Bordeaux il y a quatre ans, elles ont pour objectif de “fabriquer un média qui donne la parole aux femmes surfeuses, en étant plus pertinentes que ce que l’on pouvait trouver auparavant”. Pour elles, pas question de faire dans le girly, ou le placement de produits: ce sont les sujets approfondis qui priment, qu’il s’agisse de culture, d’écologie ou de philosophie. Avec un accent particulier mis sur la photographie:Je suis professeur d’arts plastiques, j’ai une double casquette dans l’art et dans le milieu du surf, je voulais réunir tout ça et montrer qu’on pouvait produire quelque chose de qualitatif sans être dans le superficiel”, précise Frédérique Seyral. Interview express. 

Immersion surf, le premier magazine français dédié à la culture du surf féminin

Frédérique Seyral sur sa planche, DR

Immersion Surf, c’est quoi?

C’est de l’authenticité, de la féminité dans le bon sens du terme, c’est-à-dire une mise en avant du féminin sans pour autant être dans le racoleur. On est pas là pour vendre des maillots de bain, mais pour montrer que la part de féminité dans le surf est intéressante. On parle d’écologie, d’aventures, de voyages. On fait aussi un gros effort sur le travail photographique avec des photos du monde entier et on est très exigeantes sur les textes. On veut proposer du qualitatif dans le magazine papier et sur le Web.

Pourquoi tu t’es lancée?

Myriam m’a demandé si je voulais écrire sur son blog -elle venait d’interviewer mon conjoint David Charbonnel sur son travail de shaper- et je lui ai proposé de créer plutôt un magazine. Quand je lisais la presse qui existait, je ne trouvais pas forcément ce que je voulais. On a bossé pendant 6 mois comme des forcenées, on a commencé le projet en octobre et, en moins d’un an, on a réussi à sortir le premier numéro. 

 

Quels stéréotypes sur les surfeuses souhaites-tu déconstruire?

Le stéréotype de la surfeuse comme objet de désir. Par essence, les surfeuses sont des athlètes, elles ont des corps plutôt plastiques, mais les réduire à ça, c’est dommage. Dans notre premier numéro, il y a l’interview de Leah Dawson, une surfeuse californienne et on se rend compte de toute la réflexion de cette femme, qui est à la fois totalement connectée à la nature et en même temps capable de s’arrêter et réfléchir sur elle-même pour repenser complètement son surf. Certaines manœuvres ne sont pas forcement adaptées à la morphologie féminine, notamment au niveau des hanches. Elle a décomposé les mouvements pour surfer comme une femme dans tout ce que ça pouvait avoir de féminin, d’élégant. C’est une lady sur la vague, et c’est ça qu’on a souhaité mettre en avant. La part féminine du surf a une richesse insoupçonnée. On tend à sortir des stéréotypes et ça passe aussi par l’éducation de certaines marques, et du public. 

Propos recueillis par Samia Kidari


1. Baftas 2018: la blague féministe de Salma Hayek et le triomphe de Time's Up

Hier soir se déroulait à Londres la 71 ème cérémonie des Bafta. Lors d’une soirée marquée par les soutiens aux femmes victimes de violences sexuelles, Salma Hayek s’en est donné à cœur joie.   
Instagram/immersionsurfmag - Cheek Magazine
Instagram/immersionsurfmag

2. On a collé des affiches avec Merci Simone, qui expose Simone Veil dans tout Paris

On a suivi les fondatrices de Merci Simone pendant qu’elles partaient tapisser un mur parisien avec le portrait de Simone Veil. Leur collectif de street art féministe veut préserver la mémoire de celle qui a légalisé l’IVG en France.
Instagram/immersionsurfmag - Cheek Magazine
Instagram/immersionsurfmag

4. Lena Dunham se confie sur son ablation de l'utérus

On a lu pour vous la lettre ouverte de Lena Dunham sur le site de Vogue, dans laquelle elle revient sur son hystérectomie et on vous la conseille fortement. 
Instagram/immersionsurfmag - Cheek Magazine
Instagram/immersionsurfmag

5. Naissance par PMA: recherche origines désespérément... ou pas

Dans ce nouvel épisode de notre podcast Il était une fois la PMA, on découvre l’histoire de personnes nées d’un don de gamètes mais aussi celle de gens qui en ont bénéficié pour concevoir un enfant et enfin d’autres qui ont donné. 
Instagram/immersionsurfmag - Cheek Magazine
Instagram/immersionsurfmag

7. “Pour qu'on ne puisse plus dire ‘qui ne dit mot consent’.”

On a lu pour vous cette tribune publiée sur L’Obs en faveur d’un consentement sexuel fixé à 15 ans, signée par les comédien·ne·s Alix Poisson, Mélanie Laurent, Bérénice Bejo, Clovis Cornillac et on vous la conseille fortement. 
Instagram/immersionsurfmag - Cheek Magazine
Instagram/immersionsurfmag