société

Le Cheek Point

Elle a testé le free bleeding et laissé couler librement le sang de ses règles

On a lu pour vous ce témoignage publié sur Vice, d’une femme qui a expérimenté le free bleeding et on vous le conseille.
Campagne de Monki ©Monki
Campagne de Monki ©Monki

Campagne de Monki ©Monki


Mon deuxième jour de règles est généralement le plus lourd en termes de débit. […] J’ai décidé d’aller à un cours de yoga. Encore une fois, j’ai enfilé un pantalon noir et je suis allée au studio. J’ai vite compris qu’il est impossible de ne pas saigner en faisant la planche. N’importe quelle fille sait que les éternuements ou la toux provoquent des saignements pendant les règles. Mais là, j’étais incapable de prédire quand ils allaient arriver.

Je me suis sentie vraiment plus en phase avec mon corps, même si j’étais certaine de saigner à travers mon pantalon de yoga avant même de commencer. Pour autant que je sache, personne n’a été offensé. Je n’ai pas vu de marques sur le tapis lorsque je l’ai ramassé à la fin. Alors même que j’étais convaincue d’être couverte de sang, j’ai pris mon temps après le yoga. J’ai choisi de savourer l’instant. Je me suis même arrêtée manger une pizza sur le chemin. Si vous voulez vous sentir libérée, essayez un jour. S’en foutre complètement est la meilleure des sensations. Quand j’ai enfin pu vérifier le massacre qui se déroulait dans ma culotte, j’ai trouvé que c’était moins grave que je le pensais.

La journaliste Aurora Tejeida a testé pour Vice le free bleeding, qui consiste à laisser le sang de ses règles s’écouler librement. Pendant trois jours, la jeune femme a donc décidé de se débarrasser de ses protections hygiéniques sans bousculer ses habitudes quotidiennes, en continuant à fréquenter bars, cinémas et autres lieux de sociabilisation.

Depuis cette expérience, elle raconte avoir “réduit [sa] consommation de tampons de près de deux tiers”, mais continuer à en mettre “les jours de grand débit”. Et de conclure: “Et puis, s’il arrive un accident, honnêtement, qui s’en soucie?” Pas faux.

À lire le plus vite possible sur le site de Vice. 


2. Turquie: Sule Çet, le visage des violences faites aux femmes

En Turquie s’est achevé le premier procès dans l’affaire du probable meurtre de Sule Çet, 23 ans, étudiante à Ankara. La jeune femme aurait été jetée du 20ème étage d’un immeuble de bureaux. Son cas, ultra-médiatisé, est en passe de devenir le symbole contre les violences faites aux femmes dans le pays.
Campagne de Monki ©Monki - Cheek Magazine
Campagne de Monki ©Monki

3. Alice Coffin: La Ligue du LOL “renvoie à l'élimination de toute une partie des journalistes”

Horrifiée mais “pas étonnée” par les révélations concernant la Ligue du LOL, la journaliste engagée Alice Coffin a accepté de se prêter au jeu des 3 questions et de nous livrer son point de vue sur l’affaire. On a parlé discrimination, journalisme et féminisme.  
Campagne de Monki ©Monki - Cheek Magazine
Campagne de Monki ©Monki

4. Houda Benyamina, réalisatrice engagée qui veut démocratiser le cinéma

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente la réalisatrice Houda Benyamina, prix de la création.
Campagne de Monki ©Monki - Cheek Magazine
Campagne de Monki ©Monki

7. TPMP: Quand Jean-Marie Bigard mime et banalise le viol en direct

Lundi 11 février, dans Touche pas à mon poste, Jean-Marie Bigard a mimé une scène de viol. Ce n’est pas la première fois que l’émission de Cyril Hanouna banalise les violences sexistes et sexuelles. 
Campagne de Monki ©Monki - Cheek Magazine
Campagne de Monki ©Monki