société

Le Cheek Point

Elle a testé le free bleeding et laissé couler librement le sang de ses règles

On a lu pour vous ce témoignage publié sur Vice, d’une femme qui a expérimenté le free bleeding et on vous le conseille.
Campagne de Monki ©Monki
Campagne de Monki ©Monki

Campagne de Monki ©Monki


Mon deuxième jour de règles est généralement le plus lourd en termes de débit. […] J’ai décidé d’aller à un cours de yoga. Encore une fois, j’ai enfilé un pantalon noir et je suis allée au studio. J’ai vite compris qu’il est impossible de ne pas saigner en faisant la planche. N’importe quelle fille sait que les éternuements ou la toux provoquent des saignements pendant les règles. Mais là, j’étais incapable de prédire quand ils allaient arriver.

Je me suis sentie vraiment plus en phase avec mon corps, même si j’étais certaine de saigner à travers mon pantalon de yoga avant même de commencer. Pour autant que je sache, personne n’a été offensé. Je n’ai pas vu de marques sur le tapis lorsque je l’ai ramassé à la fin. Alors même que j’étais convaincue d’être couverte de sang, j’ai pris mon temps après le yoga. J’ai choisi de savourer l’instant. Je me suis même arrêtée manger une pizza sur le chemin. Si vous voulez vous sentir libérée, essayez un jour. S’en foutre complètement est la meilleure des sensations. Quand j’ai enfin pu vérifier le massacre qui se déroulait dans ma culotte, j’ai trouvé que c’était moins grave que je le pensais.

La journaliste Aurora Tejeida a testé pour Vice le free bleeding, qui consiste à laisser le sang de ses règles s’écouler librement. Pendant trois jours, la jeune femme a donc décidé de se débarrasser de ses protections hygiéniques sans bousculer ses habitudes quotidiennes, en continuant à fréquenter bars, cinémas et autres lieux de sociabilisation.

Depuis cette expérience, elle raconte avoir “réduit [sa] consommation de tampons de près de deux tiers”, mais continuer à en mettre “les jours de grand débit”. Et de conclure: “Et puis, s’il arrive un accident, honnêtement, qui s’en soucie?” Pas faux.

À lire le plus vite possible sur le site de Vice. 


1. Battantes sur les plateaux télé ou les rings de boxe: on a fait discuter Rokhaya Diallo et Sarah Ourahmoune

L’ex-championne de boxe et cheffe d’entreprise Sarah Ourahmoune et la journaliste, réalisatrice et conférencière Rokhaya Diallo racontent leurs parcours dans deux livres passionnants actuellement en librairies. L’occasion de discuter avec ces femmes inspirantes de déterminisme social, maîtrise des émotions et stratégies pour lutter contre les discriminations.
Campagne de Monki ©Monki - Cheek Magazine
Campagne de Monki ©Monki

2. J’ai passé la soirée avec Michelle Obama

Dans le cadre de sa tournée de promotion pour son livre Becoming, l’ancienne première dame américaine était hier de passage à Paris. L’occasion de découvrir en live celle qui, depuis 2008, est devenue une véritable icône d’empowerment.
Campagne de Monki ©Monki - Cheek Magazine
Campagne de Monki ©Monki

3. Avec “Première Campagne”, Audrey Gordon donne un visage jeune et féminin au journalisme politique

Dans son documentaire Première Campagne, en salles le 17 avril, la réalisatrice Audrey Gordon propose de suivre une jeune reporter chargée de couvrir la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron de 2017. Une immersion intelligente qui analyse et humanise la profession de journaliste.  
Campagne de Monki ©Monki - Cheek Magazine
Campagne de Monki ©Monki

5. La voix des femmes, énième refuge des stéréotypes de genre

Des sirènes maléfiques aux femmes politiques dont la voix est critiquée à l’envi, les voix féminines sont constamment soumises au sexisme ordinaire. De l’Antiquité à nos jours, pourquoi nos voix sont elles sources d’autant de crispations que de fantasmes.
Campagne de Monki ©Monki - Cheek Magazine
Campagne de Monki ©Monki

6. Pourquoi la France ne tolère-t-elle pas une Miss France noire?

Lors de chaque concours de Miss, les candidates et gagnantes noires sont systématiquement harcelées par des trolls les jugeant “indignes” de représenter le pays.
Campagne de Monki ©Monki - Cheek Magazine
Campagne de Monki ©Monki

7. “Lait Paternel”: l’allaitement paternel est-il vraiment une utopie?

Une pilule qui permettrait aux hommes d’allaiter? On y a (pas trop) cru, mais voilà: “Lait Paternel” est un poisson d’avril. Qui soulève tout de même une flopée de questions. 
Campagne de Monki ©Monki - Cheek Magazine
Campagne de Monki ©Monki