société

La vidéo du jour

“En gros, porter plainte c’est bien, balancer c’est mal”: Giulia Foïs tacle Emmanuel Macron

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette chronique de Giulia Foïs sur le speech du président de la République pour l’égalité femmes-hommes.
DR
DR

DR


C’est un tacle en bonne et due forme. Hier, sur France Inter, Giulia Foïs a consacré sa chronique hebdomadaire Pas son genre au discours tenu par Emmanuel Macron sur l’égalité femmes-hommes, la “grande cause du quinquennat”, le week-end dernier. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la journaliste ne l’a pas apprécié. Elle joue d’abord la fausse candide fascinée par l’importance soudaine accordée publiquement aux droits des femmes: “J’avais limite l’impression d’être importante.” Et de se moquer ensuite gentiment des grandes généralités qui ont constitué une bonne partie du discours d’Emmanuel Macron, en relevant ces quelques phrases: “Quelque chose ne marche pas dans notre République”, “Notre société est malade de son sexisme”, “La culture du viol, ça suffit”, ou encore “Ce qui est construit peut être déconstruit”.

Mais ce qui a réellement énervé Giulia Fois, c’est l’emploi du mot “délation” par le président: “Donc en gros, porter plainte c’est bien, balancer c’est mal, mauvaise fille va. […] Bah t’étais où chaton depuis le 14 octobre,  je pensais qu’on t’avait dit que les femmes en gros, elles n’ont rien contre la séduction et elles font très bien la différence entre drague et harcèlement.” Elle s’attaque ensuite au budget de 420 millions d’euros annoncé par Emmanuel Macron et dédié à la lutte pour l’égalité femmes-hommes. Après avoir consulté le rapport d’analyse réalisé par les militantes féministes Caroline De Haas, Clara Gonzales et Elliot Lepers, elle a pris conscience du tour de passe-passe du président: “Le budget était déjà prévu depuis plusieurs mois, donc en fait c’est à peu près comme si les 150 000 tweets échangés autour du hashtag #BalanceTonPorc n’avaient jamais existé, comme si la vague d’indignation soulevée n’avait jamais eu lieu ou comme si cette fameuse parole libérée était tombée dans l’oreille d’un  parfait sourd.” Elle conclut finalement avec ces mots: “Pour être encore plus claire, la grande cause nationale reste à ce jour le plus petit budget de l’État.” Une belle hypocrisie…

 

Margot Cherrid


2. On a collé des affiches avec Merci Simone, qui expose Simone Veil dans tout Paris

On a suivi les fondatrices de Merci Simone pendant qu’elles partaient tapisser un mur parisien avec le portrait de Simone Veil. Leur collectif de street art féministe veut préserver la mémoire de celle qui a légalisé l’IVG en France.
DR  - Cheek Magazine
DR

4. Lena Dunham se confie sur son ablation de l'utérus

On a lu pour vous la lettre ouverte de Lena Dunham sur le site de Vogue, dans laquelle elle revient sur son hystérectomie et on vous la conseille fortement. 
DR  - Cheek Magazine
DR

5. Naissance par PMA: recherche origines désespérément... ou pas

Dans ce nouvel épisode de notre podcast Il était une fois la PMA, on découvre l’histoire de personnes nées d’un don de gamètes mais aussi celle de gens qui en ont bénéficié pour concevoir un enfant et enfin d’autres qui ont donné. 
DR  - Cheek Magazine
DR

7. “Pour qu'on ne puisse plus dire ‘qui ne dit mot consent’.”

On a lu pour vous cette tribune publiée sur L’Obs en faveur d’un consentement sexuel fixé à 15 ans, signée par les comédien·ne·s Alix Poisson, Mélanie Laurent, Bérénice Bejo, Clovis Cornillac et on vous la conseille fortement. 
DR  - Cheek Magazine
DR