société

D'un point de vue féministe, le premier gouvernement de l'ère Macron déçoit déjà

Le premier gouvernement Philippe est certes paritaire, mais il est déjà décevant en matière de répartitions des ministères et de la place accordée aux droits des femmes. Réaction de Marie Allibert, d’Osez le féminisme!
Marlène Schiappa et Emmanuel Macron (Instagram / @emmanuelmacron)
Marlène Schiappa et Emmanuel Macron (Instagram / @emmanuelmacron)

Marlène Schiappa et Emmanuel Macron (Instagram / @emmanuelmacron)


Le gouvernement Philippe a été dévoilé cet après-midi, et l’on y compte neuf ministres femmes sur dix-huit, et deux secrétaires d’État de chaque sexe. La parité est donc respectée. Pour autant, côté féminisme, ce premier gouvernement de l’ère Macron pouvait mieux faire. Au jour 1, il ne tient déjà pas sa promesse de recréer un ministère des droits des femmes de plein exercice. Marie Allibert, porte-parole d’Osez le féminisme!, nous donne son avis sur ces nouvelles nominations.

Que penses-tu de ce nouveau gouvernement?

La parité est respectée, certes, mais c’était le B.A.BA. On ne va tout de même pas leur décerner une médaille pour ça! Et si l’on compte 9 ministres de chaque sexe, on note quand même que dans la hiérarchie des responsabilités, il y a trois hommes avant la première femme. Cela fait donc trois ministres D’État, Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et François Bayrou, Garde des Sceaux, plus haut placés que Sylvia Goulard, ministre des armées. 

Et lorsque l’on déroule le reste de la composition du gouvernement, ce n’est pas vraiment mieux: les femmes sont là, mais 5 d’entre elles arrivent en dernier dans l’ordre protocolaire. Et deux sont sous tutelle! (Ndlr: Marielle de Sarnez aux affaires européennes, sous l’autorité de Jean-Yves le Drian et Elisabeth Borne ministre de la transition écologique chargée des transports, sous celle de Nicolas Hulot). Quant aux secrétaires d’État, on a deux hommes chargés respectivement des relations avec le Parlement et du numérique, et deux femmes qui gèrent les dossiers liés à l’égalité femmes-hommes et aux personnes handicapées. Je viens de voir passer un tweet qui me semble décrire parfaitement la situation: c’est comme si l’on avait mis quatre personnes dans une voiture, et que l’on s’était assuré que les femmes restent à l’arrière.

C’est finalement un secrétariat d’État et non un ministère de plein exercice qui se chargera du dossier de l’égalité femmes-hommes. Qu’est-ce que cela signifie?

Le principal problème d’un secrétaire d’État, c’est qu’il n’assiste pas au conseil des ministres. Or les questions d’égalité femmes-hommes sont transverses, elles touchent aussi bien la justice que l’armée, l’écologie ou le travail. Sans y assister, il semble plus compliqué de parvenir à gérer cette transversalité et à influencer les ministres pour faire avancer les choses.

tweet Emmanuel Macron ministère des Droits des femmes

Par ailleurs, elle dépend du premier ministre, ce qui nous rend sceptiques. Les prises de position d’Édouard Philippe à propos du mariage pour tous ou de la PMA, notamment, nous inquiètent. Et l’on se demande nécessairement quelle part de son budget il accordera à la secrétaire d’État chargée de l’égalité des femmes et des hommes.

Marlène Schiappa te semble-t-elle être la bonne interlocutrice?

Nous ne la connaissons pas encore bien chez Osez le féminisme!, et nous attendons qu’elle clarifie sa position à propos de la prostitution (Ndlr: Osez le féminisme! est en faveur de l’abolition). Mais nous attendons de la rencontrer, cela seul nous permettra de nous rendre compte des discussions et des projets possibles.

Propos recueillis par Mathilde Saliou


1. Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella

On a lu pour vous cet article, publié sur Teen Vogue, qui révèle les innombrables cas d’agressions et de harcèlement sexuels qui ont eu lieu cette année à Coachella et on vous le conseille fortement.  
Marlène Schiappa et Emmanuel Macron (Instagram / @emmanuelmacron) - Cheek Magazine
Marlène Schiappa et Emmanuel Macron (Instagram / @emmanuelmacron)

3. Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo

C’est une province canadienne où les femmes se chargent de la drague, ne craignent pas de sortir en short et débardeur dès les beaux jours, et refusent la galanterie. Là bas, on féminise volontiers les métiers, les enfants portent couramment les noms de famille des deux parents, et un congé parental d’un an peut être divisé à part égale entre conjoints. Pourtant le mouvement #MeToo y a connu un écho retentissant. Qu’est-ce que ce phénomène a encore à apporter au si féministe Québec?
Marlène Schiappa et Emmanuel Macron (Instagram / @emmanuelmacron) - Cheek Magazine
Marlène Schiappa et Emmanuel Macron (Instagram / @emmanuelmacron)

4. Prévention sexuelle chez les lesbiennes: le grand vide

On a lu pour vous cet article de RTL Girls sur les stéréotypes qui entourent la sexualité lesbienne et ont un impact sur la santé des femmes homosexuelles et on vous le recommande fortement.
Marlène Schiappa et Emmanuel Macron (Instagram / @emmanuelmacron) - Cheek Magazine
Marlène Schiappa et Emmanuel Macron (Instagram / @emmanuelmacron)

5. La césarienne, un mode d'accouchement mal perçu (et souvent mal vécu) en France

En France, un bébé sur cinq naît par césarienne. C’est deux fois plus qu’au début des années 80. Mais pour les femmes qui en ont fait l’expérience, la césarienne est souvent vécue comme un traumatisme. A contrario, celles qui en font la demande ne sont pas entendues. Pourquoi ce mode de naissance a-t-il si mauvaise réputation?
Marlène Schiappa et Emmanuel Macron (Instagram / @emmanuelmacron) - Cheek Magazine
Marlène Schiappa et Emmanuel Macron (Instagram / @emmanuelmacron)

7. Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons

On a lu pour vous cette tribune, publiée sur Mashable, qui dénonce les moqueries visant les femmes qui utilisent des serviettes pendant leurs règles et on vous la conseille fortement.  
Marlène Schiappa et Emmanuel Macron (Instagram / @emmanuelmacron) - Cheek Magazine
Marlène Schiappa et Emmanuel Macron (Instagram / @emmanuelmacron)