société

Le Cheek Point

Grace Ly: “Je ne suis pas une simple préférence sexuelle”

On a lu pour vous cette tribune de Grace Ly sur le site du magazine Elle en réponse aux propos de Yann Moix et on vous la conseille fortement. 
© Brigitte Sombie
© Brigitte Sombie

© Brigitte Sombie


Je ne suis pas une simple préférence sexuelle.

Si vous allez dans un village de France, vous aurez du mal à y trouver deux femmes semblables. Alors, où trouvent-ils des points communs entre toutes les femmes d’un continent entier, ces  hommes qui déclarent n’être attirés que par des femmes asiatiques’?

Ils avouent être en proie à des idées préconçues façonnées par l’Histoire sur ces milliards de personnes. Dans leur esprit, les ‘femmes asiatiques’ seraient exotiques, douces, souples, arrangeantes, dévouées au bon plaisir de l’homme, comparables à des mignonneries, voire des bibelots comme l’a écrit l’auteur Pierre Loti à propos de ces femmes d’ailleurs.

N’être attiré que par une seule catégorie inexistante de femmes, c’est ne pas voir en elles des êtres humains doués d’originalité et de profondeur, mais les considérer comme des items interchangeables d’une même production en série.

C’est les considérer comme des objets, bien commodes pour y projeter ses propres désirs de puissance. Oui, réduire des femmes de la sorte, c’est sexiste et raciste.

La blogueuse, autrice et vidéaste Grace Ly a tenu à répondre à Yann Moix après ses déclarations extrêmement dérangeantes sur les femmes asiatiques. Dans une interview accordée au magazine Marie-Claire ce dernier a en effet affirmé ne sortir “qu’avec des Asiatiques. Essentiellement des Coréennes, des Chinoises, des JaponaisesGrace Ly signe cette excellente tribune dans laquelle elle dénonce le sexisme et le racisme de tels propos. 

À lire le plus rapidement possible sur le site de Elle.  


3. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
© Brigitte Sombie - Cheek Magazine
© Brigitte Sombie

4. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
© Brigitte Sombie - Cheek Magazine
© Brigitte Sombie