société

Le Cheek Point

Par pitié, choisissez bien votre déguisement pour Halloween

On a lu pour vous cet article de Komitid sur les déguisements transphobes, validistes, grossophobes ou racistes à -évidement- bannir de la fête d’Halloween, et on vous le conseille fortement.
DR
DR

DR


Depuis le coming out de Caitlyn Jenner en 2015, le mois d’octobre devient chaque année le triste théâtre de transphobie crasse sur les sites marchands, rayon déguisements. Voilà trois ans que le même cirque recommence à l’approche des festivités d’Halloween: les associations LGBT+ et militant·e·s montent au créneau pour expliquer que se grimer en personne trans est transphobe, les revendeurs plient, mais ne rompent pas, et l’automne 2018 ne fait pas exception. On retrouve, une fois de plus, le visuel d’un homme cisgenre barbu censé représenter une femme trans dans une imagerie des plus caricaturales, ce qui renforce l’idée transphobe que les femmes trans seraient des hommes “déguisés” en femmes. […]

Par ailleurs, les activistes anti-racistes, anti-grossophobie et anti-validisme prennent aussi le temps, chaque année, de rappeler que les costumes traditionnels natifs américains, asiatiques, mexicains, la pratique du blackface, les faux handicaps ainsi que les fat suits (costumes de gros·ses) sont à proscrire.” 

Dans un article publié le 29 octobre sur le site de Komitid, la journaliste Olga Volfson fait une piqûre de rappel bien nécessaire à l’approche de la soirée d’Halloween. En incluant des tweets d’internautes sous le hashtag #NotYourCostume, elle dénonce l’appropriation culturelle, la transphobie, le racisme, la grossophobie ou encore le validisme de certains déguisements portés à l’occasion de la fête du 31 octobre. 

Pour celles et ceux qui auraient peur de ne pas trouver chaussure à leur pied s’ils doivent se séparer des costumes de Pocahontas, de Geisha, d’Africain·e· ou de “blague sur le viol sur pattes” -sigh-, l’article rassure en citant un internaute: “Pourquoi vous vous déguisez en personne homophobe pour Halloween alors qu’il y a d’autres options moins craignos: les appels masqués, les gens qui font la bise, Linkedin.” Bonnes idées, non?

À lire le plus rapidement possible sur le site de Komitid.


2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
DR - Cheek Magazine
DR

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
DR - Cheek Magazine
DR

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
DR - Cheek Magazine
DR