société

La victoire des handballeuses françaises et le sexisme de la presse

En battant la Norvège hier soir, les handballeuses françaises sont devenues championnes du monde. Une victoire relayée par la presse, parfois sur fond de sexisme.
instagram/lequipe
instagram/lequipe

instagram/lequipe


Ca y est, les handballeuses françaises sont championnes du monde depuis leur victoire, hier soir, contre la Norvège. L’exploit sportif est aujourd’hui sur toutes les lèvres, même si certaines voix s’élèvent pour dénoncer le traitement médiatique de leur performance. Dans la revue de presse de France Inter ce matin, Claude Askolovitch relève que “la compétition ne s’arrête pas à la coupe que vous pouvez brandir un dimanche soir: il faut aussi la lumière du lendemain, et à regarder la presse, il y avait match”. Le journaliste estime que si les sportives font la Une de nombreux journaux comme L’Est Républicain, La Dépêche du Midi ou les Dernières Nouvelles d’Alsace, on entend bien plus souvent l’entraîneur Olivier Krumbholz  que les “grandes dames” victorieuses.

Ces dernières apparaissent en première page de L’Équipe, mais le quotidien accorde dans son déroulé davantage de place à la victoire de Lyon face à Marseille en football et à François Gabart et son record du tour du monde en solitaire à la voile qu’aux Bleues. La façon dont les prouesses sont dépeintes diffère aussi: “Les handballeuses sont une force collective quand Gabart est un héros”, explique Claude Askolovitch, qui regrette également quelques jeux de mots douteux comme celui de La Dépêche, qui présente des “Bleues Miss monde”. De leur côté, Les Nouvelles News déplorent qu’on exige des femmes athlètes l’excellence de la médaille d’or pour parler d’elles. La qualification des handballeuses pour la finale, la semaine dernière, avait été totalement éclipsée dans L’Équipe par le retour de Neymar sur les terrains après deux matchs d’absence. Un agenda médiatique qu’on a encore du mal à comprendre…

Margot Cherrid


1. Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella

On a lu pour vous cet article, publié sur Teen Vogue, qui révèle les innombrables cas d’agressions et de harcèlement sexuels qui ont eu lieu cette année à Coachella et on vous le conseille fortement.  
instagram/lequipe - Cheek Magazine
instagram/lequipe

3. Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo

C’est une province canadienne où les femmes se chargent de la drague, ne craignent pas de sortir en short et débardeur dès les beaux jours, et refusent la galanterie. Là bas, on féminise volontiers les métiers, les enfants portent couramment les noms de famille des deux parents, et un congé parental d’un an peut être divisé à part égale entre conjoints. Pourtant le mouvement #MeToo y a connu un écho retentissant. Qu’est-ce que ce phénomène a encore à apporter au si féministe Québec?
instagram/lequipe - Cheek Magazine
instagram/lequipe

4. Prévention sexuelle chez les lesbiennes: le grand vide

On a lu pour vous cet article de RTL Girls sur les stéréotypes qui entourent la sexualité lesbienne et ont un impact sur la santé des femmes homosexuelles et on vous le recommande fortement.
instagram/lequipe - Cheek Magazine
instagram/lequipe

5. La césarienne, un mode d'accouchement mal perçu (et souvent mal vécu) en France

En France, un bébé sur cinq naît par césarienne. C’est deux fois plus qu’au début des années 80. Mais pour les femmes qui en ont fait l’expérience, la césarienne est souvent vécue comme un traumatisme. A contrario, celles qui en font la demande ne sont pas entendues. Pourquoi ce mode de naissance a-t-il si mauvaise réputation?
instagram/lequipe - Cheek Magazine
instagram/lequipe

7. Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons

On a lu pour vous cette tribune, publiée sur Mashable, qui dénonce les moqueries visant les femmes qui utilisent des serviettes pendant leurs règles et on vous la conseille fortement.  
instagram/lequipe - Cheek Magazine
instagram/lequipe