société

Le Cheek Point

Harcèlement moral et menaces: le quotidien effrayant des étudiantes de Saint-Cyr

On a lu pour vous cet article de Libération sur le sexisme systémique dont sont victimes les étudiantes du lycée militaire de Saint-Cyr et on vous le conseille fortement.
Capture d'écran de l'émission “Visite Privée”, DR
Capture d'écran de l'émission “Visite Privée”, DR

Capture d'écran de l'émission “Visite Privée”, DR


Ce soir-là, une dizaine d’élèves (que des garçons) arrivent torse nu pour danser sur scène. Sur la peau, ils ont peint le symbole µ. Prononcé ‘mu’, c’est un nom de code signifiant ‘misogyne’, nous explique Agathe, une ancienne élève d’hypokhâgne du lycée. ‘Il est tagué dans la cour, il est gravé sur les tables de classe. Bref, il est partout’, assure-t-elle. Quelques minutes de show plus tard, une jeune fille, volontaire, entre en scène afin de se faire ‘faussement scalper par les jeunes hommes. Qui la mènent ensuite à leur chef en criant: ‘Youlez les… ’ avant d’entendre une partie du public masculin répondre d’une seule voix: ‘…grosses!’. ‘Youlez les grosses signifie ‘scalpez les filles’. […]

Les nombreux témoignages recueillis par Libé parlent de ‘haine palpable’ et de ‘guerre froide’. Coups de pied dans les portes la nuit pour empêcher les filles de dormir, défécation devant leur chambre, refus de manger à la même table qu’elles à la cantine, menaces de ‘scalp ’ (toujours lui), pancartes ‘à mort les grosses’ affichées dans l’internat, chansons composées des termes ‘salopes’ et autres ‘cuissssss’ marmonnées au passage d’une élève en couple (et donc soupçonnée d’avoir des relations sexuelles), remise du ‘concombre d’or ’ devant toute la promotion à la jeune fille qui a ‘le plus cuissé durant l’année’.

Dans un article intitulé Lycée Saint-Cyr: une machine à broyer les femmes publié hier sur le site de Libération, les journalistes Guillaume Lecaplain et Anaïs Moran révèlent le sexisme auquel sont confrontées les étudiantes du lycée militaire de Saint-Cyr. On y apprend qu’une soixantaine d’élèves, appelés les “tradis” et membres d’un groupe ultraconservateur et exclusivement masculin humilient, menacent et harcèlent leurs homologues féminines. “Justes bonnes à être engrossées”, ces dernières ont d’ailleurs été renommées les “grosses” par le collectif de masculinistes assumés.

Le texte révèle qu’une des victimes de ces comportements sexistes a demandé à Emmanuel Macron d’intervenir en lui adressant une lettre en décembre 2017, laissée sans réponse. L’administration de l’établissement rechigne également à prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à cette situation. Alors que les “tradis” justifient leurs actions par un jeu de concurrence féroce mais légitime, quelques femmes ont été contraintes d’arrêter leur formation. L’une d’elles raconte ainsi: “J’ai honte d’avoir voulu aller dans une armée qui n’est pas prête à recevoir des femmes. J’ai appris que porter un vagin ruine une carrière, une vocation, une vie.” 

À lire le plus vite possible sur le site de Libération.


1. Avec Super Marché, Monia Sbouai fait de l'upcycling sa marque de fabrique

Fondatrice de la marque de vêtements Super Marché, Monia Sbouai pratique l’upcycling. Après avoir parcouru les friperies parisiennes, elle transforme ses trouvailles en trench chic ou en combinaison décontractée. Rencontre. 
Capture d'écran de l'émission “Visite Privée”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Visite Privée”, DR

2. Hannah Gadsby se paye les hommes qui font des “monologues sur la misogynie”

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle de ce discours d’Hannah Gadsby dans lequel elle s’attaque à ceux qui différencient les hommes bons des mauvais selon des critères très subjectifs.
Capture d'écran de l'émission “Visite Privée”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Visite Privée”, DR

4. Dans son restaurant nantais, Flore Lelièvre emploie des personnes porteuses de trisomie 21

Depuis 2016, Flore Lelièvre engage des personnes atteintes de trisomie 21 dans son restaurant Le Reflet, au centre de Nantes. A même pas trente ans, l’entrepreneuse propose une alternative inclusive à une “vie active” dont le handicap est trop souvent absent.  
Capture d'écran de l'émission “Visite Privée”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Visite Privée”, DR

5. Pourquoi les casseurs sont-ils, en grande majorité, des hommes?

Si vous ne deviez écouter qu’un podcast aujourd’hui, ce serait celui des Couilles sur la table consacré à l’absence de femmes au sein des casseurs dans les manifestations et à la violence d’Etat, considérée comme viriliste.
Capture d'écran de l'émission “Visite Privée”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Visite Privée”, DR

6. La misogynie et la masculinité toxique des fraternités américaines révélées par le Guardian

On a lu pour vous cet article de l’édition américaine du journal The Guardian, qui expose la façon dont les maisons de fraternité encouragent les jeunes étudiants à développer une masculinité toxique, et on vous le conseille.  
Capture d'écran de l'émission “Visite Privée”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Visite Privée”, DR