société

Vidéo

Harcèlement de rue: un court-métrage bien vu sur l'angoisse permanente

Dans le court-métrage Au bout de la rue, un jeune réalisateur filme l’angoisse latente et ordinaire du harcèlement de rue. 
Harcèlement de rue: un court-métrage bien vu sur l'angoisse permanente

Parce que le harcèlement de rue n’a rien de spectaculaire, mais dérange au contraire par son caractère tristement ordinaire, un jeune réalisateur a eu l’idée de mettre en lumière l’angoisse latente vécue au quotidien par les femmes dans l’espace public. Dans Au bout de la rue, Maxime Gaudet, 28 ans, suit le trajet d’une jeune femme en plan-séquence et donc, en temps réel. Loin des images choc souvent utilisées pour dénoncer ce fléau qui touche 100% des femmes, la force de ce court-métrage réside dans sa capacité à faire monter l’angoisse et à nous embarquer dans les pas de sa principale protagoniste.

 

 

En montrant une situation que nous avons toutes vécue 1000 fois, sans céder à la tentation d’un épilogue coup de poing, Maxime Gaudet ancre son film dans une réalité bien plus terrifiante: “Je ne voulais pas parler des agressions, mais bien du harcèlement de rue, a-t-il expliqué aux Inrocks, car c’est un truc très vicieux. Souvent, on va répondre à la fille qui raconte ça ‘Oh ça va, il ne t’es rien arrivé!’ C’est ce que je voulais montrer. Il ne se passe rien, et pourtant…”

Olga Rigue


1. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel - Cheek Magazine

2. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant - Cheek Magazine

3. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier - Cheek Magazine

4. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes? - Cheek Magazine

7. Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador

Sara García Gross, une militante salvadorienne, a reçu le 9 janvier le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes pour ses actions en faveur de la dépénalisation de l’avortement au Salvador et en Amérique Centrale. La militante s’est construite auprès de grandes figures guerrilleras salvadoriennes pour embrasser aujourd’hui un féminisme intersectionnel. Rencontre.
Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador - Cheek Magazine