société

Agressions sexuelles

Pourquoi la chute d'Harvey Weinstein est une bonne nouvelle pour toutes les femmes

Les accusations de viols et d’agressions sexuelles sur une vingtaine de femmes, parmi lesquelles Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow, Asia Argento et Emma de Caunes, mettent fin à près de 30 ans d’une omerta qui protégeait l’ex-producteur le plus puissant d’Hollywood. David contre Goliath: la revanche ?  
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )

Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )


Résumé pour les deux du fond qui auraient passé les dernières nuits à dormir plutôt qu’à scroller… Le scandale éclate jeudi 5 octobre, lorsque les journalistes Jodi Kantor et Megan Thowey affirment dans le New York Times que Harvey Weinstein, le Che Guevara du cinéma indépendant américain, achète le silence de ses victimes d’agression sexuelle célèbres ou anonymes depuis plusieurs décennies, tout en cultivant la politique du secret au sein même de sa société de production éponyme, la Weinstein Company qu’il dirige avec son frère Bob, et dont les employés sont tous soumis à de strictes clauses de confidentialité. Le même jour, Weinstein botte en touche dans les colonnes du New York Post, où il invoque son caractère impétueux (sic) façonné dans les années 70 “où cela se passait autrement” (resic), avant de présenter ses regrets assortis d’une promesse de devenir un homme meilleur. Une contrition demi-molle devant laquelle s’élèvent aussitôt plusieurs illustres voix d’Hollywood, parmi lesquelles celles de Meryl Streep, Glenn Close, Kate Winslet ou Judd Apatow, tandis que Gwyneth Paltrow et Angelina Jolie confirment publiquement avoir subi les assauts de Weinstein. Barack Obama et Hillary Clinton, dont Weinstein participa à financer les campagnes présidentielles, se joignent alors à l’indignation générale qui aboutit dimanche 8 octobre à l’éviction de l’ex-faiseur d’Oscars de sa propre société. Mardi 10 octobre, le New Yorker balaie ce qu’il reste de la crédibilité de Weinstein en publiant la longue et minutieuse enquête de Ronan Farrow, dans laquelle treize femmes, parmi lesquelles Asia Argento, Rosanna Arquette, Emma de Caunes et Mira Sorvino témoignent des agressions sexuelles qu’elles ont subies entre 1990 et 2015.

Les cultes de la personnalité et du secret semblent être remplacés peu à peu par celui de la transparence, et c’est évidemment une bonne nouvelle pour les femmes.

Il aura fallu 27 ans pour que s’ouvre -au cric- la bouche des victimes et les yeux du public. Mais le temps 2.0 n’est pas le même que le temps vintage, il s’accélère, il s’impatiente et finit par tomber comme un couperet sur la nuque de ceux qui le contrôlaient jusqu’à récemment. Les magnats de la politique, de la finance ou du divertissement ont des raisons que les réseaux ignorent, et la société hyperconnectée déboulonne en rafale les piédestals sur lesquels les principaux intéressés s’étaient confortablement installés. Woody Allen, dont les abus sexuels ont été outés par son fils, le même Ronan Farrow; Roman Polanski, Bill Cosby, Bill O’Reilly et Roger Ailes, deux dirigeants de la chaîne d’informations Fox News; Travis Kalanick, l’ex-patron d’Uber, Donald Trump, dont le tristement fameux: “Les femmes, je les attrape par la chatte” ne l’a toutefois pas empêché de sévir à la Maison Blanche, et maintenant Harvey Weinstein… Les cultes de la personnalité et du secret semblent être remplacés peu à peu par celui de la transparence, et c’est évidemment une bonne nouvelle pour les femmes, anonymes ou célèbres, que de vieux messieurs puissants contraignaient jusqu’alors à rester jeunes, minces, soumises et silencieuses.

Reste à espérer que la chute médiatisée d’un nouveau prédateur sexuel fasse également taire les slut shamers, celles et ceux qui à l’instar de la créatrice de mode Donna Karan accusaient les victimes de son ami de l’avoir un peu cherché quelque part, avec leur tenue et/ou leur comportement. Et puisque la saison des espoirs est en avance cette année, formulons enfin celui que la culpabilité et la honte dont souffrent les victimes d’abus sexuels changent de camp. Définitivement.

Fiona Schmidt


1. Battantes sur les plateaux télé ou les rings de boxe: on a fait discuter Rokhaya Diallo et Sarah Ourahmoune

L’ex-championne de boxe et cheffe d’entreprise Sarah Ourahmoune et la journaliste, réalisatrice et conférencière Rokhaya Diallo racontent leurs parcours dans deux livres passionnants actuellement en librairies. L’occasion de discuter avec ces femmes inspirantes de déterminisme social, maîtrise des émotions et stratégies pour lutter contre les discriminations.
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento ) - Cheek Magazine
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )

2. J’ai passé la soirée avec Michelle Obama

Dans le cadre de sa tournée de promotion pour son livre Becoming, l’ancienne première dame américaine était hier de passage à Paris. L’occasion de découvrir en live celle qui, depuis 2008, est devenue une véritable icône d’empowerment.
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento ) - Cheek Magazine
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )

3. Avec “Première Campagne”, Audrey Gordon donne un visage jeune et féminin au journalisme politique

Dans son documentaire Première Campagne, en salles le 17 avril, la réalisatrice Audrey Gordon propose de suivre une jeune reporter chargée de couvrir la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron de 2017. Une immersion intelligente qui analyse et humanise la profession de journaliste.  
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento ) - Cheek Magazine
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )

4. “Bordel de mères”, le compte Instagram qui déconstruit la charge mentale maternelle

La journaliste et autrice Fiona Schmidt a lancé un compte Instagram, Bordel de mères, pour en finir avec la charge mentale maternelle qui touche toutes les femmes, avec ou sans enfant(s). 
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento ) - Cheek Magazine
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )

5. La voix des femmes, énième refuge des stéréotypes de genre

Des sirènes maléfiques aux femmes politiques dont la voix est critiquée à l’envi, les voix féminines sont constamment soumises au sexisme ordinaire. De l’Antiquité à nos jours, pourquoi nos voix sont elles sources d’autant de crispations que de fantasmes.
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento ) - Cheek Magazine
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )

6. Pourquoi la France ne tolère-t-elle pas une Miss France noire?

Lors de chaque concours de Miss, les candidates et gagnantes noires sont systématiquement harcelées par des trolls les jugeant “indignes” de représenter le pays.
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento ) - Cheek Magazine
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )

7. “Lait Paternel”: l’allaitement paternel est-il vraiment une utopie?

Une pilule qui permettrait aux hommes d’allaiter? On y a (pas trop) cru, mais voilà: “Lait Paternel” est un poisson d’avril. Qui soulève tout de même une flopée de questions. 
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento ) - Cheek Magazine
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )