société

Agressions sexuelles

Pourquoi la chute d'Harvey Weinstein est une bonne nouvelle pour toutes les femmes

Les accusations de viols et d’agressions sexuelles sur une vingtaine de femmes, parmi lesquelles Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow, Asia Argento et Emma de Caunes, mettent fin à près de 30 ans d’une omerta qui protégeait l’ex-producteur le plus puissant d’Hollywood. David contre Goliath: la revanche ?  
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )

Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )


Résumé pour les deux du fond qui auraient passé les dernières nuits à dormir plutôt qu’à scroller… Le scandale éclate jeudi 5 octobre, lorsque les journalistes Jodi Kantor et Megan Thowey affirment dans le New York Times que Harvey Weinstein, le Che Guevara du cinéma indépendant américain, achète le silence de ses victimes d’agression sexuelle célèbres ou anonymes depuis plusieurs décennies, tout en cultivant la politique du secret au sein même de sa société de production éponyme, la Weinstein Company qu’il dirige avec son frère Bob, et dont les employés sont tous soumis à de strictes clauses de confidentialité. Le même jour, Weinstein botte en touche dans les colonnes du New York Post, où il invoque son caractère impétueux (sic) façonné dans les années 70 “où cela se passait autrement” (resic), avant de présenter ses regrets assortis d’une promesse de devenir un homme meilleur. Une contrition demi-molle devant laquelle s’élèvent aussitôt plusieurs illustres voix d’Hollywood, parmi lesquelles celles de Meryl Streep, Glenn Close, Kate Winslet ou Judd Apatow, tandis que Gwyneth Paltrow et Angelina Jolie confirment publiquement avoir subi les assauts de Weinstein. Barack Obama et Hillary Clinton, dont Weinstein participa à financer les campagnes présidentielles, se joignent alors à l’indignation générale qui aboutit dimanche 8 octobre à l’éviction de l’ex-faiseur d’Oscars de sa propre société. Mardi 10 octobre, le New Yorker balaie ce qu’il reste de la crédibilité de Weinstein en publiant la longue et minutieuse enquête de Ronan Farrow, dans laquelle treize femmes, parmi lesquelles Asia Argento, Rosanna Arquette, Emma de Caunes et Mira Sorvino témoignent des agressions sexuelles qu’elles ont subies entre 1990 et 2015.

Les cultes de la personnalité et du secret semblent être remplacés peu à peu par celui de la transparence, et c’est évidemment une bonne nouvelle pour les femmes.

Il aura fallu 27 ans pour que s’ouvre -au cric- la bouche des victimes et les yeux du public. Mais le temps 2.0 n’est pas le même que le temps vintage, il s’accélère, il s’impatiente et finit par tomber comme un couperet sur la nuque de ceux qui le contrôlaient jusqu’à récemment. Les magnats de la politique, de la finance ou du divertissement ont des raisons que les réseaux ignorent, et la société hyperconnectée déboulonne en rafale les piédestals sur lesquels les principaux intéressés s’étaient confortablement installés. Woody Allen, dont les abus sexuels ont été outés par son fils, le même Ronan Farrow; Roman Polanski, Bill Cosby, Bill O’Reilly et Roger Ailes, deux dirigeants de la chaîne d’informations Fox News; Travis Kalanick, l’ex-patron d’Uber, Donald Trump, dont le tristement fameux: “Les femmes, je les attrape par la chatte” ne l’a toutefois pas empêché de sévir à la Maison Blanche, et maintenant Harvey Weinstein… Les cultes de la personnalité et du secret semblent être remplacés peu à peu par celui de la transparence, et c’est évidemment une bonne nouvelle pour les femmes, anonymes ou célèbres, que de vieux messieurs puissants contraignaient jusqu’alors à rester jeunes, minces, soumises et silencieuses.

Reste à espérer que la chute médiatisée d’un nouveau prédateur sexuel fasse également taire les slut shamers, celles et ceux qui à l’instar de la créatrice de mode Donna Karan accusaient les victimes de son ami de l’avoir un peu cherché quelque part, avec leur tenue et/ou leur comportement. Et puisque la saison des espoirs est en avance cette année, formulons enfin celui que la culpabilité et la honte dont souffrent les victimes d’abus sexuels changent de camp. Définitivement.

Fiona Schmidt


1. Gay Games de Paris 2018: les mondiaux de la diversité en 15 photos Instagram

Du 4 au 12 août, Paris se met aux couleurs du drapeau LGBTQ pour célébrer les différences et combattre l’homophobie lors d’une compétition sportive qui tient de la célébration. 
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento ) - Cheek Magazine
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )

2. The Breakaway Challenge: elles parcourent 400 km à vélo pour soutenir les femmes victimes de violences

Du 20 au 24 août, Amandine Bessard et Lucie Borde vont parcourir 400 km à vélo pour soutenir l’association Women Safe, un centre de prise en charge des femmes victimes de violences.
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento ) - Cheek Magazine
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )

3. Dès l’enfance, les filles font plus de corvées ménagères

On a lu pour vous cet article du New York Times sur la répartition des tâches ménagères dès l’enfance et on vous le conseille fortement.
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento ) - Cheek Magazine
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )

4. Les femmes noires trustent les numéros de septembre des magazines de mode

De Beyoncé à Lupita Nyong’o, de nombreux magazines de mode mettent des femmes noires à l’honneur de leur incontournable “september issue”. Un phénomène historique. 
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento ) - Cheek Magazine
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )

5. #MeToo sonnera-t-il la fin des pubs sexistes?

L’ampleur du mouvement #MeToo sonnera-t-elle le glas des publicités sexistes? De nombreuses marques changent en effet leur fusil d’épaule: il n’est plus de bon ton de montrer des jeunes femmes comme des objets sexuels ou des ménagères serviles. Mais est-ce vraiment significatif ?
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento ) - Cheek Magazine
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )

7. Et si les corps des hommes étaient autant érotisés que ceux des femmes?

On a lu pour vous cet article de M le magazine du Monde à propos de l’invisibilisation du corps masculin et la négation de son potentiel érotique. On vous le conseille fortement.   
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento ) - Cheek Magazine
Asia Argento fait partie des célébrités ayant dénoncé Harvey Weinstein (Instagram / @asiaargento )