société

La vidéo du jour

Harvey Weinstein avec l'une de ses victimes présumées dans une vidéo très compromettante

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle publiée par Sky News dans laquelle on aperçoit Harvey Weinstein en rendez-vous d’affaires avec l’une de ses victimes présumées. Melissa Thompson l’accuse de l’avoir violée quelques heures après. 
Capture d'écran de la vidéo diffusée par Sky News
Capture d'écran de la vidéo diffusée par Sky News

Capture d'écran de la vidéo diffusée par Sky News


Le jeudi 13 septembre, la chaîne de télévision anglaise Sky News a diffusé des images filmées par Melissa Thompson, l’une des victimes présumées du producteur Harvey Weinstein, lors d’un rendez-vous professionnel avec ce dernier dans les bureaux de la Weinstein Company à New York en 2011. La jeune femme l’accuse de l’avoir violée quelques heures plus tard dans la chambre d’un hôtel.

Dans la vidéo -c’est la webcam de l’ordinateur de Melissa Thompson qui filme-, on voit Harvey Weinstein fermer la porte de son bureau et intimer l’ordre à ses collaborateur·trice·s de ne pas les déranger. Alors que Melissa Thompson s’apprête à lui serrer la main pour le saluer, le producteur américain l’enlace et lui caresse le dos.

Tu es sexy, laisse-moi avoir un peu de toi.

La trentenaire est venue pour présenter un service de vidéo et d’analyse de données de son entreprise. Très rapidement, Harvey Weinstein lui demande s’il peut “flirter” avec elle. Gênée, elle répond: “Hum, on verra, un petit peu.” Plus tard, le producteur revient à la charge de façon très lourde: “Tu es sexy, laisse-moi avoir un peu de toi. Donne-le moi. Ça va aller, tu veux que ça continue?” Ce à quoi Melissa Thompson répond: “Un peu… Attends, c’est un peu trop… C’est un peu trop.” Il lui caresse ensuite l’épaule pendant qu’elle essaye de continuer sa présentation. 

À Sky News, la jeune femme raconte qu’elle s’est dit: “Qu’est-ce que je fais? Comment je me suis retrouvée ici, dans cette situation? […] On aurait dit un prédateur. Ses yeux sont devenus noirs.” Quelques heures plus tard, Melissa Thompson rejoint le producteur au bar d’un hôtel, pensant conclure le deal. Elle assure qu’il l’a emmenée dans une chambre et l’a violée: “Si je me débattais, si je tentais de m’échapper, il se déplaçait pour me bloquer”, confie-t-elle. Melissa Thompson a porté plainte, l’enquête est toujours en cours. 

 

 

J.T.


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Capture d'écran de la vidéo diffusée par Sky News  - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo diffusée par Sky News

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Capture d'écran de la vidéo diffusée par Sky News  - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo diffusée par Sky News

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Capture d'écran de la vidéo diffusée par Sky News  - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo diffusée par Sky News

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Capture d'écran de la vidéo diffusée par Sky News  - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo diffusée par Sky News