société

LA VIDÉO DU JOUR

Les héroïnes de la Maison des Femmes ont besoin de financements

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait le reportage réalisé par Spicee sur la Maison des Femmes, qui accueille les victimes de violences sexuelles. La vidéo est en libre accès jusque dimanche.
Ghada Hatem, capture d'écran du reportage de Spicee
Ghada Hatem, capture d'écran du reportage de Spicee

Ghada Hatem, capture d'écran du reportage de Spicee


“Je vais vous raconter une histoire d’héroïnes, pas de roman, ni de film, ni de BD… des héroïnes du quotidien.” Ghada Hatem est le premier personnage du reportage La Maison des Femmes: une histoire d’héroïnes, disponible sur Spicee gratuitement jusqu’au 10 juin. La gynécologue et obstétricienne a fondé en juillet 2016 la Maison des Femmes à Saint-Denis pour aider les victimes de violences sexuelles. Chaque jour, elles sont 30 à 60 à passer la porte de ce lieu.

Face à la caméra de Paloma Moritz, des femmes aux récits touchants et révoltants racontent leurs combats pour retrouver une vie normale et épanouie. Il y a d’abord Globalina, qui montre les cicatrices sur son corps et évoque son combat pour que sa fille ne soit pas excisée. Ou cette anonyme qui raconte l’opération réalisée à la Maison des Femmes pour reformer son clitoris, elle qui a été excisée à 1 an. La gynécologue fondatrice est entourée de professionnels de santé mais aussi d’un avocat, une masseuse et de bénévoles pour encadrer les patientes. “C’est d’abord un travail d’émancipation de la femme avant de pouvoir passer à un travail sur le plaisir sexuel”, explique Arnaud Sevene, le sexologue de la Maison.

 

 

Alors que le centre aurait aidé plus de 5000 femmes, il est en danger faute de financements. “Ce qui me frustre, c’est de me dire qu’à aucun moment les politiques ne sont venus nous dire […] ça nous intéresse, on va vous accompagner et vous dupliquer’”, s’étonne Ghada HatemMarraine de la Maison, Inna Modja a lancé avec d’autres artistes un crowdfunding et le mouvement “Soyons des héroïnes” afin de développer les actions d’aide aux femmes. Objectif? 50 000 euros. Vous avez jusqu’au 10 juin pour participer à la campagne de financement et soutenir ces héroïnes!

Alexandra Vépierre

 

 

La Maison des Femmes: une histoire d’héroïnes est disponible gratuitement sur Spicee, sur simple inscription et jusqu’au 10 juin.


1. Enora Malagré: “Il faut dire que l’endométriose pourrit la vie!”

Dans un témoignage aux allures d’essai politique, Enora Malagré revient sur ses années d’errance médicale et de souffrance et raconte sa cohabitation difficile avec l’endométriose, une maladie qui touche environ une femme sur dix en France. 
Ghada Hatem, capture d'écran du reportage de Spicee  - Cheek Magazine
Ghada Hatem, capture d'écran du reportage de Spicee

2. Sophia Aram rit jaune sur la polémique autour du voile

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce billet de Sophia Aram qui revient sur la polémique chère à la France autour du port du voile dans les lieux publics. 
Ghada Hatem, capture d'écran du reportage de Spicee  - Cheek Magazine
Ghada Hatem, capture d'écran du reportage de Spicee

4. Que disent de notre société les rumeurs de grossesse chez les célébrités?

Jennifer Aniston, Camila Cabello ou encore Rihanna… Nombre de célébrités voient leurs corps et leurs poids scrutés sous tous les angles, dans le but de détecter une éventuelle grossesse. Un procédé ne datant pas d’hier, qui enferme les femmes dans ce que la société attend d’elles.
Ghada Hatem, capture d'écran du reportage de Spicee  - Cheek Magazine
Ghada Hatem, capture d'écran du reportage de Spicee

6. Guillaume Meurice se paye les anti-PMA et c'est très drôle

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Guillaume Meurice qui livre son compte-rendu de la manifestation anti-PMA. 
Ghada Hatem, capture d'écran du reportage de Spicee  - Cheek Magazine
Ghada Hatem, capture d'écran du reportage de Spicee

7. Enora Malagré raconte comment l'endométriose a pu lui gâcher la vie

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce témoignage d’Enora Malagré pour le Huffington Post, où elle raconte comment l’endométriose lui a gâché son Festival de Cannes. 
Ghada Hatem, capture d'écran du reportage de Spicee  - Cheek Magazine
Ghada Hatem, capture d'écran du reportage de Spicee