société

Le Cheek Point

Ces tendances food de hipsters qui ruinent la planète

On a lu cet article de High Snobiety sur les tendances food des hipsters qui ruinent la planète et on vous le recommande.
Instagram / @whatjoate
Instagram / @whatjoate

Instagram / @whatjoate


Il y a une ironie terrible dans tout ça. La classe moyenne libérale qui brunche dans des cafés végétariens et poste ses photos de salades de quinoa et autres toasts à l’avocat sur Instagram voit probablement ses choix culinaires comme une marque d’ouverture d’esprit profonde, mais il s’agit d’ une forme moderne de colonialisme. Tout comme les Anglais ont pillé l’Inde pour son thé et ses épices, cet arrangement assoit la puissance financière  des pays développés face à la pauvreté et au désespoir des pouvoirs plus faibles.

Dans un article cruel pour les hipsters occidentaux repéré par Dazed and Confused, le site américain High Snobiety rappelle que certains aliments à la mode tels que le kale ou l’avocat engendrent une spéculation des pays riches et deviennent inabordables pour certaines populations du Sud qui s’en nourrissaient traditionnellement, voire entraînent la destruction de certains paysages du monde. Vous ne regarderez plus votre green smoothie pareil.

À lire le plus vite possible en VO sur High Snobiety.


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Instagram / @whatjoate - Cheek Magazine
Instagram / @whatjoate

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Instagram / @whatjoate - Cheek Magazine
Instagram / @whatjoate

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Instagram / @whatjoate - Cheek Magazine
Instagram / @whatjoate

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Instagram / @whatjoate - Cheek Magazine
Instagram / @whatjoate