société

Le Cheek Point

Les hommes féministes sont-ils de meilleurs coups?

On a lu pour vous cet article sur le féminisme et le sexe de la chroniqueuse Maïa Mazaurette sur le site de M Le Mag et on vous la conseille fortement. 
Capture d'écran de “Blue Valentine”
Capture d'écran de “Blue Valentine”

Capture d'écran de “Blue Valentine”


Reste les hommes féministes. Remarque préliminaire: un homme capable d’une telle revendication, même en 2018, a du courage. Or sous la couette, ça n’est pas complètement anodin: la confiance en soi limite les accidents d’impuissance (ce sont les hommes les plus machos qui ont le plus de pannes). Savoir contester les normes sociales étend évidemment les possibilités sexuelles. Un allié de la cause sera débarrassé de toutes sortes de croyances incapacitantes: ‘Les femmes sont compliquées’ (pas vraiment, quand on s’intéresse à leur corps), ‘les femmes ont forcément moins de désir’ (pas vraiment, quand on fait un effort), ‘le rapport s’arrête après l’éjaculation’ (car comme chacun sait, la Terre cesse instantanément de tourner une fois la sainte semence répandue).

En prenant en charge sa part des tâches domestiques (pour rappel, la moitié, c’est 50 %), l’homme féministe laisse plus de temps à sa compagne pour les acrobaties nocturnes, et la met de meilleure humeur (Journal of Family Psychology, 2016; seules les anciennes études montrent qu’une répartition traditionnelle des corvées aboutit à des relations sexuelles plus fréquentes. Les temps ont changé. Et de toute façon, la fréquence ne garantit pas la satisfaction).

La chroniqueuse Maïa Mazaurette démontre que, contrairement à ce qu’affirment les opposant·e·s au #MeToo, le féminisme favorise la liberté sexuelle plutôt que de la limiter, et que les hommes et les femmes féministes gagnent en désir et en plaisir (si l’on ose dire) à tous les coups. 

À lire le plus vite possible sur le site de M Le Mag


1. Gay Games de Paris 2018: les mondiaux de la diversité en 15 photos Instagram

Du 4 au 12 août, Paris se met aux couleurs du drapeau LGBTQ pour célébrer les différences et combattre l’homophobie lors d’une compétition sportive qui tient de la célébration. 
Capture d'écran de “Blue Valentine” - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Blue Valentine”

3. Dès l’enfance, les filles font plus de corvées ménagères

On a lu pour vous cet article du New York Times sur la répartition des tâches ménagères dès l’enfance et on vous le conseille fortement.
Capture d'écran de “Blue Valentine” - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Blue Valentine”

4. Les femmes noires trustent les numéros de septembre des magazines de mode

De Beyoncé à Lupita Nyong’o, de nombreux magazines de mode mettent des femmes noires à l’honneur de leur incontournable “september issue”. Un phénomène historique. 
Capture d'écran de “Blue Valentine” - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Blue Valentine”

5. #MeToo sonnera-t-il la fin des pubs sexistes?

L’ampleur du mouvement #MeToo sonnera-t-elle le glas des publicités sexistes? De nombreuses marques changent en effet leur fusil d’épaule: il n’est plus de bon ton de montrer des jeunes femmes comme des objets sexuels ou des ménagères serviles. Mais est-ce vraiment significatif ?
Capture d'écran de “Blue Valentine” - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Blue Valentine”

7. Et si les corps des hommes étaient autant érotisés que ceux des femmes?

On a lu pour vous cet article de M le magazine du Monde à propos de l’invisibilisation du corps masculin et la négation de son potentiel érotique. On vous le conseille fortement.   
Capture d'écran de “Blue Valentine” - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Blue Valentine”