société

Vidéo

Que les hommes savent-ils vraiment des règles?

Après sa vidéo sur l’orgasme féminin, le site Babe a cherché à savoir ce que les hommes savaient au sujet des règles. 
Que les hommes savent-ils vraiment des règles?

Après son édifiante vidéo sur l’orgasme féminin postée début octobre, le magazine Babe a publié sur sa page Facebook un nouveau micro-trottoir drôle et instructif. Cette fois-ci, il est question de règles et les hommes interrogés doivent répondre à des questions allant de l’anatomie à la consommation de tampons, en passant par le SPM -mention spéciale au type qui répond “evil” quand on lui demande pourquoi les femmes ont parfois des fringales et des sautes d’humeur avant leur menstruations. 

Si les interviewés hésitent parfois ou ne connaissent carrément pas la réponse aux questions posées par la journaliste -l’utérus étant encore apparemment un grand mystère pour beaucoup d’entre eux-, le ton de cette dernière reste bienveillant et les volontaires semblent avoir à cœur de combler leurs lacunes. Une vidéo finalement plus encourageante que déprimante. 

 


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie - Cheek Magazine

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Pilosité féminine: pourquoi tant de haine? - Cheek Magazine

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit” - Cheek Magazine