société

Interview

Avec House of Consent, Éloïse Bouton questionne les liens entre violence et sexualité

House of Consent est une toute nouvelle plateforme en ligne pensée comme un outil d’éradication de la violence du quotidien, permettant une sexualité plus épanouie. Nous avons discuté avec la journaliste Éloïse Bouton, cofondatrice de ce site.
Éloïse Bouton © Marianne Dorell
Éloïse Bouton © Marianne Dorell

Éloïse Bouton © Marianne Dorell


Nous sommes une femme blanche queer et un homme noir hétérosexuel. […] Chacun de nous est discriminé à un endroit, dans son quotidien. Et c’est de cette place-là que nous nous adresserons à vous.” C’est avec ces mots qu’Éloïse Bouton et D’ de Kabal débutent le pitch de présentation de leur nouvelle plateforme en ligne: House of Consent. L’objectif? Parvenir à  “vivre pleinement sa sexualité”-leur baseline- en abordant avec les internautes qui le désirent les thèmes du sexe, du consentement, de la violence et en mettant en lumière les liens qui existent entre ces trois notions. Car la journaliste indépendante, autrice et ex-militante d’Osez le Féminisme, La Barbe et Femen Éloïse Bouton en est persuadée: les agressions subies, même celles qui ne sont en général pas reconnues comme telles par la société, ont un impact négatif sur nos rapports humains.

“Notre projet un peu fou consiste à éliminer toute forme de violence de notre quotidien.”

La trentenaire consacre à ces thématiques son troisième site, après avoir mis sur pied Paye Ton Troll, sur lequel elle récolte les “témoignages féministes de cyber harcèlement impuni”, et Madame Rap, le premier média dédié aux femmes dans le hip-hop. C’est d’ailleurs dans le cadre de cette dernière initiative que l’infatigable jeune femme rencontre cet “homme noir hétérosexuel”: D’ de Kabal, deuxième visage de House of Consent. Le féministe convaincu -mais aussi rappeur, slameur, écrivain et metteur en scène- propose rapidement à Éloïse Bouton de créer un pendant féminin de son Laboratoire de déconstruction et redéfinition du masculin par l’art et le sensible, un groupe de parole réservé aux hommes qu’il a créé en 2016. Elle accepte, et se lance bientôt dans une nouvelle collaboration avec lui: l’écriture du film Le Bruit de nos silences, diffusé le 6 mars dernier sur France Ô, et qui propose un aperçu des ateliers qu’ils organisent pour lutter contre le sexisme. Nous avons rencontré Éloïse Bouton pour revenir avec elle sur son nouveau projet commun avec D’ de Kabal: House of Consent.

Éloïse Bouton et D’ de Kabal, © Marianne Dorell

House of Consent, c’est quoi?

House of Consent est une plateforme en ligne qui a pour objectif d’informer sur les thématiques du consentement, de la sexualité, de la violence et des interactions qui peuvent exister entre ces trois domaines. Notre projet un peu fou consiste à éliminer toute forme de violence de notre quotidien, qu’on parle d’intimité, de vie au travail, d’amitié ou d’amour, pour aboutir à une sexualité en phase avec qui nous sommes réellement et en sortant des carcans. 

“C’est un cercle vicieux: si on reçoit de la violence, il y a de grande chance qu’on en distribue.”

Comment établis-tu un lien entre violence au travail et sexualité? 

Typiquement, moi je suis journaliste pigiste et mon métier implique de régulièrement proposer des idées d’articles aux rédactions. Beaucoup d’employeurs et d’employeuses trouvent normal de ne pas me répondre. C’est une forme de violence qui n’est pas acceptable et dont il faut se débarrasser. Le risque, sinon, c’est que cette violence se transforme et resurgisse dans un autre contexte, comme dans notre sexualité, avec notre ou nos partenaires. C’est un cercle vicieux: si on reçoit de la violence, il y a de grandes chances qu’on en distribue. Quelque soit la sphère, qu’on parle du monde professionnel ou de situations vécues dans la rue, on ne peut accepter de rapports de domination qu’on refuse dans les rapports intimes…

Concrètement, que prévoyez-vous de mettre en place avec House of Consent?

Nous proposons un accompagnement, un partage d’expériences et insistons sur l’idée que nous ne sommes ni thérapeutes, ni philosophes, ni coachs, mais bien nos propres cobayes. D’ de Kabal et moi-même avons été victimes de violences dont on pensait ne jamais être capables de sortir, mais nous y sommes parvenu·e·s. Les internautes nous contactent par mail, et au fil de notre échange, nous leur proposons des étapes qui correspondent à ce que nous avons expérimenté. Par exemple, pour aborder la question de la formulation du “non”, je conseille aux individus de s’écouter dans toutes situations, à commencer par les repas chez des amis. Combien de fois mange-t-on alors que nous n’avons pas faim? Il faut tenir son “non” à table, même si les hôtes insistent, et arrêter de faire les choses à contrecœur. Au delà de ces exercices et dès cet automne, une partie du site sera dédiée à un contenu informatif composé d’articles sur le consentement, la sexualité et la violence. Nous réfléchissons également à la mise en place de groupes de parole et d’ateliers.

Comment t’est venue l’idée de monter House of Consent?

Du constat partagé avec D’ de Kabal que toutes les personnes avec qui nous discutions dans nos groupes de parole dédiés à l’intime avaient, à des degrés très différents, été victimes de violences. Si les violences subies ne sont pas traitées, il y a de grandes chances qu’elles se transforment en autre chose, que tout ce qui a été occulté, passé sous silence, mis sous le tapis, ressorte de manière brutale dans nos rapports humains. On a également voulu parler de violences difficilement reconnues par la société, comme celles commises par des femmes. Cette question n’est abordée que lorsqu’on donne la parole aux masculinistes, qui sont bien sûr à l’opposé des valeurs que nous défendons. Nous voulons pallier cela.

“Avoir été victime ne signifie par qu’on ne peut pas être agresseur. C’est même souvent lié.”

À ce sujet, que penses-tu du débat qui a suivi les accusations d’agressions sexuelles visant Asia Argento

Je suis très gênée par la façon dont cette information a été accueillie. Certes, les faits n’ont pas été prouvés pour le moment, mais, comme je le ferais pour une femme, j’ai tendance à croire la parole des victimes. Etant donné qu’il s’agit ici d’un homme, on retrouve d’un côté les masculinistes qui affirment qu’Asia Argento a menti en accusant Harvey Weinstein de viol, et de l’autre des personnes qui soutiennent qu’elle n’a pas pu agresser étant donné qu’elle a été elle-même victime par le passé, et remettent donc en cause la parole de Jimmy Bennett. Mais avoir été victime ne signifie par qu’on ne peut pas être agresseur. C’est même souvent lié. Prenons le cas d’un enfant violenté: la violence est pour lui un moyen d’interaction comme un autre et non identifié comme inacceptable. S’il grandit sans aide, il risque d’avoir besoin de faire ressortir cette violence à un moment donné. Avec House of Consent, c’est ce à quoi nous voulons sensibiliser.

Propos recueillis par Margot Cherrid


3. Témoignage: “A 30 ans, on m'a diagnostiqué un cancer du sein”

Sophie, 36 ans, a été diagnostiquée il y a six ans. Un cancer du sein, à son jeune âge, n’est pas courant. Devenue mère après sa guérison, la trentenaire n’a jamais été en conflit avec ce corps qui a tant changé pendant la maladie. Elle raconte.
Éloïse Bouton © Marianne Dorell - Cheek Magazine
Éloïse Bouton © Marianne Dorell

6. Laurence Geai: de la Syrie à l'Elysée, la photojournaliste qui shoote le monde sans filtre

La jeune femme de 34 ans est considérée comme une étoile montante de la profession. Spontanée et sans chichis, elle a accordé un moment à Cheek pour parler de sa conception de l’information et de la photographie, à l’occasion du festival Visa pour l’Image de Perpignan.  
Éloïse Bouton © Marianne Dorell - Cheek Magazine
Éloïse Bouton © Marianne Dorell

7. Harvey Weinstein avec l'une de ses victimes présumées dans une vidéo très compromettante

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle publiée par Sky News dans laquelle on aperçoit Harvey Weinstein en rendez-vous d’affaires avec l’une de ses victimes présumées. Melissa Thompson l’accuse de l’avoir violée quelques heures après. 
Éloïse Bouton © Marianne Dorell - Cheek Magazine
Éloïse Bouton © Marianne Dorell