société

“J'ai envie de tester une Arabe”: en 2019, les femmes racisées sont toujours hypersexualisées

En déclarant au magazine Marie-Claire qu’il ne sortait “qu’avec des Asiatiques”, Yann Moix aura eu le mérite de mettre un coup de projecteur sur l’hypersexualisation des femmes racisées. Avec des représentations vieilles de plusieurs siècles, elles sont encore confrontées quotidiennement à cette forme d’objetisation. Souffrance, sentiment de culpabilité, manque de soutien de la part de l’entourage… Elles témoignent.
“Sheherazade”, DR
“Sheherazade”, DR

“Sheherazade”, DR


Dans une interview accordée au magazine Marie-Claire pour son premier numéro de janvier, le chroniqueur Yann Moix a déclaré ne sortir “qu’avec des Asiatiques; essentiellement des Coréennes, des Chinoises, des Japonaises”. Cette “confidence” n’est pas passée inaperçue; Grace Ly s’en est bien assurée. Dans une tribune publiée sur le site de Elle le 8 janvier dernier, l’autrice franco-chinoise s’est insurgée, expliquant qu’elle n’était “pas une simple préférence sexuelle”, mais une femme unique avec une personnalité singulière.

Car ce ne sont pas les préférences de Yann Moix qui sont en cause, mais bien l’objetisation, consciente ou non, des femmes racisées qui se cache derrière ses propos. “Yann Moix a peut-être l’impression d’avoir exprimé un point de vue personnel et très intime, mais ce n’est pas le cas, constate Marie Peretti-Ndiaye, docteure en sociologie, spécialiste des discriminations ethnico-raciales et genrées, et autrice du livre Damnatio memoriae. Ce sont des propos auxquels sont confrontées certaines femmes de manière récurrente.

 

Des représentations qui perdurent depuis la colonisation

Chaima, 22 ans, opine. Pour cette étudiante en BTS assistant·e de direction, les phrases réductrices liées à ses origines marocaines sont de l’ordre du quotidien. “Quelqu’un m’a même lâché: ‘Ça te dit de rentrer avec moi? J’ai envie de tester une Arabe’, souffle la jeune femme. À ce stade, je suis complètement déshumanisée.” Même son de cloche chez Suzanne, une couturière de 46 ans d’origine camerounaise. “Quand j’avais la vingtaine et que les mêmes scènes ou gestes se répétaient, j’ai commencé à comprendre que les hommes s’intéressaient à moi pour l’exotisme que j’incarnais, explique la quadragénaire. Je voyais à travers leurs comportements qu’ils pensaient que j’étais un peu limitée, pas très éduquée, mais sûrement un super bon coup. J’étais ‘les femmes africaines’; enfin, telles qu’ils les imaginaient.

Les femmes dites arabes sont associées à des formes de soumission, tandis que les femmes noires sont associées à de la sauvagerie ou à une sorte d’animalisation.

Ce phénomène, dit hypersexualisation des femmes racisées, est loin d’être récent. “Les traces d’une certaine fascination pour l’exotique remontent à avant la colonisation, précise Marie Peretti-Ndiaye. Le phénomène s’est ensuite développé à partir de représentations qui se sont renforcées avec la colonisation ou qui ont été construites pendant. Ces représentations ont des noyaux centraux: les femmes dites arabes sont associées à des formes de soumission, tandis que les femmes noires sont associées à de la sauvagerie ou à une sorte d’animalisation. Dans tous les cas, ces représentations facilitent un rapport de domination, d’objetisation.

 

“Je ne peux pas me comporter comme tout le monde”

Bien qu’il soit tentant de parler d’un charmant mélange de sexisme et de racisme, la docteure en sociologie insiste: l’hypersexualisation des femmes racisées relève de l’intersectionnalité. “Elle repose sur des processus qui s’inscrivent à l’intersection de représentations ethnico-raciales, genrées, sociales et générationnelles, assure Marie Peretti-Ndiaye. Il ne s’agit pas uniquement de différences qui s’additionnent, il y a un véritable effet de renforcement.” Loin d’être anodines, ces représentations peuvent avoir une incidence sur le parcours professionnel ou universitaire des femmes qui en sont victimes, mais aussi sur leur vie amoureuse et leurs loisirs.

Quand je sors avec une amie blanche et qu’on met un short toutes les deux, je suis la seule à me faire insulter.

Chaima en fait les frais: dès qu’elle sort, elle reste sur ses gardes. “On me traite souvent de ‘beurette”, soupire la jeune femme, qui exècre ce terme. Et pour cause: si le Larousse définit “beurette” comme étant une “jeune d’origine maghrébine née en France de parents immigrés”, la réalité est tout autre. Faites le test et tapez “beurette” sur Google: vous ne trouverez que des liens renvoyant à des vidéos de sites pornographiques comprenant le tag éponyme.

 

“Vous les Africaines, vous avez des bouches, des fesses, et des seins incroyables”

On me dit que je suis une beurette quand on me drague dans la rue et que je réponds que je ne suis pas intéressée, raconte Chaima. Je ne peux pas me comporter comme tout le monde; quand je sors avec une amie blanche et qu’on met un short toutes les deux, je suis la seule à me faire insulter.” De son côté, Suzanne a dû mettre un terme à des amitiés, blessée par certains comportements. “En soirée, on m’a souvent dit ‘Suzanne, mon pote machin est là. Il aime vraiment les filles noires, donc tu ne voudrais pas aller le voir?’, raconte la quadragénaire. Parfois, j’avais l’impression que c’était à la limite de la prostitution.

J’ai mis du temps à réaliser que je voulais juste qu’on me voie et qu’on arrête de fantasmer sur ma couleur.

Suzanne a beaucoup souffert de l’hypersexualisation dont elle est encore victime. Au début, elle se disait qu’elle avait du succès, avant de ressentir un malaise qu’elle ne parvenait pas à identifier. “C’était très violent, mais j’ai mis du temps à réaliser que je voulais juste qu’on me voie et qu’on arrête de fantasmer sur ma couleur”, confie-t-elle. Incomprise par ses amies qui n’étaient pas concernées par ce problème, Suzanne se sentait en décalage, voire coupable de se plaindre. “Quand je racontais qu’on me sortait des ‘Vous les Africaines, vous avez des bouches, des fesses et des seins incroyables’ et que je vivais mal ce genre de situations, mon entourage me disait que j’étais parano, ou que je ne devrais pas me plaindre et que j’avais de la chance”, raconte la couturière.

 

“Je ne veux pas que ça arrive à ma fille”

Un jour, Suzanne a eu le déclic: pourquoi ressentir du mal-être et de la culpabilité alors qu’elle devrait être en colère? Cette remise en question est arrivée il y a huit ans, lorsqu’elle a appris qu’elle était enceinte d’une fille. “Là, je me suis dit qu’il y avait urgence et qu’il fallait que je me penche sérieusement sur la question, au moins pour informer et accompagner ma fille, assure la maman. Ma mère ne m’avait jamais parlé de ça. Je me suis pris en pleine face les fantasmes de ces hommes et je ne veux pas que ça arrive à ma fille.

En parlant de son expérience autour d’elle et en voulant informer sa fille, Suzanne contribue à déconstruire les représentations dont sont victimes les femmes racisées depuis plusieurs siècles. Une démarche très positive, selon Marie Peretti-Ndiaye. “Il faut donner la parole au maximum aux femmes concernées pour qu’elles puissent montrer la différence entre la manière dont elles sont qualifiées et celle dont elles se définissent”, martèle la docteure en sociologie, soulignant l’importance des mobilisations collectives. L’idée? Devenir la femme qui parle et non dont on parle, afin de faire un pied de nez à la dynamique d’objetisation.

Floriane Valdayron


4. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
“Sheherazade”, DR  - Cheek Magazine
“Sheherazade”, DR

5. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
“Sheherazade”, DR  - Cheek Magazine
“Sheherazade”, DR