société

Le collectif Insomnia affiche les victimes de féminicides sur les abribus parisiens

Dans la nuit du 24 au 25 novembre, le collectif féministe Insomnia a remplacé les affiches publicitaires des abribus parisiens par d’autres sur lesquelles figurent le nom d’une femme tuée par son conjoint, son mari, son frère ou son père.
© Insomnia
© Insomnia

© Insomnia


À l’occasion de la Journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le collectif féministe Insomnia, habitué des actions nocturnes, a collé, dans la nuit du 24 au 25 novembre, 100 affiches sur les espaces publicitaires des abribus parisiens sur lesquelles figure l’identité d’une femme tuée par son conjoint, son mari, son frère ou son père. “Leur rendre un nom, une identité, mettre le mot ‘féminicide’ sur le meurtre dont elles ont été victimes: telle est notre ambition”, écrit le collectif dans son communiqué. 

Insomnia affiche les victimes de féminicides sur les abribus parisiens

© Insomnia 

Insomnia affiche les victimes de féminicides sur les abribus parisiens

© Insomnia 

En France, une femme est tuée par son conjoint ou ex-conjoint tous les deux jours et demi en moyenne. Si le féminicide n’est pas reconnu dans le droit français, il l’est en Italie, en Espagne, ainsi que dans plusieurs pays d’Amérique latine. Le collectif Insomnia milite pour que le féminicide soit inscrit dans le code pénal français et appelle à un “traitement médiatique approprié” des crimes visant les femmes, qui ne doivent pas être qualifiés de “faits divers”, de “drames familiaux” ou encore de “crimes passionnels”. 

J.T.

Toute femme victime de violence peut contacter gratuitement le 3919. Ce numéro de téléphone est accessible 7 jours sur 7 (de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedi, dimanche et jours fériés).


2. Un podcast qui démonte les a priori de la grossophobie

Alors que la Ville de Paris organise aujourd’hui une journée de lutte contre la grossophobie, on vous recommande ce podcast qui démonte pas mal d’idées reçues sur un sujet, qui, une fois de plus, enferme les femmes dans leur corps. 
© Insomnia  - Cheek Magazine
© Insomnia

3. La self-défense féminine, un moyen de reconquérir sa place dans la rue

Victimes de harcèlement, d’agressions ou simplement en quête d’assurance dans l’espace public, ces 11 jeunes femmes ont choisi de suivre un stage de self-défense pour en finir avec le sentiment de vulnérabilité. On a passé deux week-ends avec ces apprenties guerrières.  
© Insomnia  - Cheek Magazine
© Insomnia