société

Le podcast du jour

“L'Instant M” de Sonia Devillers s'attaque au sexisme dans la pub

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait L’Instant M de Sonia Devillers sur France Inter, qui s’attaque au sexisme dans la pub. 
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects

Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects


Et les hommes, ils jouissent quand ils mangent des chocolats de Noël?” C’est une des questions posées par la journaliste Sonia Devillers dans son émission L’instant M, consacrée ce matin au sexisme dans la publicité. Après une chronique d’Iris Brey réalisée à l’occasion de l’anniversaire de la création du journal La Fronde et dans laquelle elle décrit le paysage médiatique féministe actuel -en citant Cheek, Causette, La Poudre ou Les Glorieuses-, c’est autour d’un rapport publié fin octobre par le CSA que s’articule le programme. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel s’est attelé à analyser 2 000 spots de publicité diffusés sur les 24 chaînes gratuites avant 20 heures. Résultat? L’image de la femme a bien évolué depuis les années 80, mais il reste du chemin à parcourir: “Les stéréotypes et les clichés sont encore très prégnants”, explique l’invitée du jour, Sylvie Pierre-Brossolette, membre du CSA en charge du droit et de l’image des femmes. La spécialiste détaille ensuite que les personnages féminins sont très présents lorsqu’il s’agit de faire la promotion de produits d’hygiène corporelle, d’habillement ou de santé, alors que les hommes apparaissent à l’écran lorsqu’il est question d’argent, d’automobile, d’assurance bancaire, de technologie et de service. Ils sont d’ailleurs souvent représentés comme des “experts […] qui vous expliquent pourquoi votre machine est cassée et comment il faut la réparer”, décrypte Sylvie Pierre-Brossolette. De son côté, la femme est une consommatrice ou une sorte de “garniture”, qui a pour fonction d’attirer le futur acheteur.

Après le constat, le CSA passe à l’action. L’organisme travaille en ce moment à l’élaboration d’une charte d’engagement des annonceurs et agences de publicités pour réduire significativement les représentations stéréotypées d’ici la fin de l’année prochaine. On espère de tout cœur qu’ils vont réussir à faire bouger les lignes.

Margot Cherrid


1. La victoire des handballeuses françaises et le sexisme de la presse

En battant la Norvège hier soir, les handballeuses françaises sont devenues championnes du monde. Une victoire relayée par la presse, parfois sur fond de sexisme.
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects

3. Le congé paternité est-il la clé de l'égalité dans le couple?

En France, le congé paternité est un droit encore snobé par trois pères sur dix qui ne dure que onze jours. Les semaines qui suivent l’arrivée d’un nouveau-né influencent pourtant de façon cruciale la place attribuée aux femmes et aux hommes dans la société, la famille et le monde professionnel.
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects

5. Un podcast qui démonte les a priori de la grossophobie

Alors que la Ville de Paris organise aujourd’hui une journée de lutte contre la grossophobie, on vous recommande ce podcast qui démonte pas mal d’idées reçues sur un sujet, qui, une fois de plus, enferme les femmes dans leur corps. 
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects

6. La self-défense féminine, un moyen de reconquérir sa place dans la rue

Victimes de harcèlement, d’agressions ou simplement en quête d’assurance dans l’espace public, ces 11 jeunes femmes ont choisi de suivre un stage de self-défense pour en finir avec le sentiment de vulnérabilité. On a passé deux week-ends avec ces apprenties guerrières.  
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects