société

Le podcast du jour

“L'Instant M” de Sonia Devillers s'attaque au sexisme dans la pub

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait L’Instant M de Sonia Devillers sur France Inter, qui s’attaque au sexisme dans la pub. 
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects

Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects


Et les hommes, ils jouissent quand ils mangent des chocolats de Noël?” C’est une des questions posées par la journaliste Sonia Devillers dans son émission L’instant M, consacrée ce matin au sexisme dans la publicité. Après une chronique d’Iris Brey réalisée à l’occasion de l’anniversaire de la création du journal La Fronde et dans laquelle elle décrit le paysage médiatique féministe actuel -en citant Cheek, Causette, La Poudre ou Les Glorieuses-, c’est autour d’un rapport publié fin octobre par le CSA que s’articule le programme. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel s’est attelé à analyser 2 000 spots de publicité diffusés sur les 24 chaînes gratuites avant 20 heures. Résultat? L’image de la femme a bien évolué depuis les années 80, mais il reste du chemin à parcourir: “Les stéréotypes et les clichés sont encore très prégnants”, explique l’invitée du jour, Sylvie Pierre-Brossolette, membre du CSA en charge du droit et de l’image des femmes. La spécialiste détaille ensuite que les personnages féminins sont très présents lorsqu’il s’agit de faire la promotion de produits d’hygiène corporelle, d’habillement ou de santé, alors que les hommes apparaissent à l’écran lorsqu’il est question d’argent, d’automobile, d’assurance bancaire, de technologie et de service. Ils sont d’ailleurs souvent représentés comme des “experts […] qui vous expliquent pourquoi votre machine est cassée et comment il faut la réparer”, décrypte Sylvie Pierre-Brossolette. De son côté, la femme est une consommatrice ou une sorte de “garniture”, qui a pour fonction d’attirer le futur acheteur.

Après le constat, le CSA passe à l’action. L’organisme travaille en ce moment à l’élaboration d’une charte d’engagement des annonceurs et agences de publicités pour réduire significativement les représentations stéréotypées d’ici la fin de l’année prochaine. On espère de tout cœur qu’ils vont réussir à faire bouger les lignes.

Margot Cherrid


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo #WomenNotObjects