Ce qui se passe ailleurs

Iran

Polémique autour du tatouage féministe de l’actrice iranienne Taraneh Alidoosti

La comédienne Taraneh Alidoosti a dû se justifier de porter un tatouage féministe.
Polémique autour du tatouage féministe de l’actrice iranienne Taraneh Alidoosti

L’actrice Taraneh Alidoosti, qui a récemment monté les marches de Cannes pour le film Le Client d’Asghar Farhadi (prix du meilleur scénario et du meilleur acteur pour Shahab Hosseini) fait l’objet d’une vive polémique en Iran à cause de son tatouage considéré comme féministe sur son avant-bras. Celle que le magazine féminin new-yorkais The Cut  surnomme la “Natalie Portman d’Iran”, a laissé entrevoir, lors d’une conférence de presse à Téhéran, son avant-bras où l’on peut voir son tatouage représentant un poing à l’intérieur du symbole de la femme.

 

 

Le tatouage a fait hurler les conservateurs iraniens, pour qui Taraneh Alidoosti a commis une double faute. La première étant d’avoir un tatouage, considéré comme un signe d’immoralité et de l’occidentalisation par les autorités iraniennes. Une loi datant de mai 2015 interdit en effet aux hommes de porter des “coiffures sataniques, tatouages et de s’épiler les sourcils”.

Par ailleurs, le tatouage représente “The woman power”, un signe créé par les activistes féministes dans les années 70: de quoi faire bondir le gouvernement d’Hassan Rohani.

Certains médias iraniens ont accusé l’actrice de féminisme -autant dire une insulte dans un pays qui n’encourage pas vraiment l’émancipation des femmes. Taraneh Alidoosti a été accusée d’être favorable à l’avortement (en s’affichant avec un tel tatouage), alors que celui-ci est interdit en Iran.

L’actrice s’est exprimée sur son compte Twitter. Elle a tweeté: “Gardez votre calme. OUI je suis une féministe.” Avant d’en rappeler la définition: “Une personne qui croit en l’égalité politique, sociale et économique entre les sexes.”

 

Virginie Cresci


1. Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement

Alors que le référendum pour la légalisation de l’avortement se déroule aujourd’hui, les Irlandais·e·s vivant à l’étranger reviennent des quatre coins du globe pour glisser leur bulletin, pro-choix pour la plupart, dans l’urne. 
Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement - Cheek Magazine

2. Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite

Alors que le pays s’apprête à lever l’interdiction historique pour les Saoudiennes de conduire, au moins sept militantes pour les droits des femmes ont été arrêtées la semaine dernière. Un moyen pour le les autorités de préparer une communication lisse et maîtrisée autour de cet événement. 
Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite - Cheek Magazine

3. En Argentine, les femmes brûlent leurs soutiens-gorge pour tacler le sexisme

Le renvoi d’une jeune fille d’un lycée de Buenos Aires sous prétexte qu’elle ne portait pas de soutien-gorge sous sa robe a entraîné une vague de mobilisation dans la capitale du pays, significative du renouveau du mouvement féministe argentin. 
En Argentine, les femmes brûlent leurs soutiens-gorge pour tacler le sexisme - Cheek Magazine

4. Procès de la Manada: l'Espagne se mobilise pour dénoncer les crimes sexuels

En Espagne, scandalisé·e·s par la condamnation pour “abus sexuel” de la meute, plus de 30 000 manifestante·s se sont rassemblé·e·s samedi pour dénoncer une justice laxiste, machiste, et véhiculant la culture du viol. 
Procès de la Manada: l'Espagne se mobilise pour dénoncer les crimes sexuels - Cheek Magazine

5. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto - Cheek Magazine

6. Cette actrice indienne se dénude en public pour soutenir #MeToo et se fait arrêter

En Inde, pour apporter son soutien au mouvement #MeToo, l’actrice de 28 ans Sri Reddy s’est déshabillée en public. Un geste militant lourd de conséquences pour cette jeune femme aujourd’hui expulsée de son logement, condamnée et traitée en paria.
Cette actrice indienne se dénude en public pour soutenir #MeToo et se fait arrêter - Cheek Magazine