société

Le Cheek Point

Isabelle Adjani dénonce l'impunité des harceleurs dans le milieu du cinéma français

On a lu pour vous cette tribune de l’actrice Isabelle Adjani sur le site du Journal du Dimanche et on vous la conseille fortement. 
Instagram/isabelleadjaniofficiel
Instagram/isabelleadjaniofficiel

Instagram/isabelleadjaniofficiel


En France, il y a les trois G: galanterie, grivoiserie, goujaterie. Glisser de l’une à l’autre jusqu’à la violence en prétextant le jeu de la séduction est une des armes de l’arsenal de défense des prédateurs et des harceleurs. De ceux qui prétendent que ces femmes ne sont pas si innocentes, car elles-mêmes se prêtent à ce jeu qui fait partie de notre culture. Dans les maisons de production ou chez les décideurs, j’ai souvent entendu: ‘Toutes des salopes, toutes des putes de toute façon, ces actrices!’

Mais ce n’est pas un jeu et il est grand temps de rappeler que dans libertinage il y a liberté et que quand une femme dit non, elle dit non, que son corps lui appartient et qu’elle seule est libre d’en disposer. Quand une actrice se fait séduisante pour décrocher un rôle, ce n’est pas pour se faire violer!

Après les révélations du New Yorker et du New York Times concernant le producteur américain Harvey Weinstein, l’actrice Isabelle Adjani signe une tribune dans le Journal du Dimanche pour dénoncer l’impunité dont bénéficient “les prédateurs et les harceleurs” dans le milieu du cinéma et rappelle que les femmes sont “libres de baiser, libres d’avorter” et “libres de parler!”.

À lire le plus vite possible sur le site du Journal du Dimanche

 


1. Avec Cité Tech, Monia Maganda lutte contre l'exclusion numérique grâce à ses “FabLabs mobiles”

À 35 ans, Monia Maganda est à la tête de Cité Tech, association créée en 2018 à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Elle rêve d’amener le numérique aux publics qui en sont éloignés, dans les quartiers populaires et les zones rurales, mais aussi dans les départements d’outre-mer.
Instagram/isabelleadjaniofficiel - Cheek Magazine
Instagram/isabelleadjaniofficiel

2. Sept ans après la mort de sa fille, Nora Fraisse continue son combat contre le harcèlement scolaire

Pour la deuxième année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on dresse le portrait de Nora Fraisse, prix du courage et du dépassement de soi, fondatrice de l’association de lutte contre le harcèlement scolaire Marion la main tendue. 
Instagram/isabelleadjaniofficiel - Cheek Magazine
Instagram/isabelleadjaniofficiel

3. Dans leur bar à cocktails Kouto, elles privilégient le goût avant tout

Chirine et Marie Cabaret-Besenval, en couple dans la vie comme derrière le comptoir, tiennent Kouto, un bar à cocktails dans le 10ème arrondissement de Paris. À respectivement 32 et 27 ans, elles prônent un cocktail “proche des client·e·s” et éco-responsable.  
Instagram/isabelleadjaniofficiel - Cheek Magazine
Instagram/isabelleadjaniofficiel

5. Avec Carlotta With, Charlotte Crousillat revisite la cuisine végétarienne à Marseille

À 28 ans, la Marseillaise Charlotte Crousillat gère Carlotta With, un restaurant végétarien dans le 6ème arrondissement de la cité phocéenne, et entend encourager l’entreprenariat féminin dans sa ville. Elle a répondu à notre interview “Top Cheffe”. 
Instagram/isabelleadjaniofficiel - Cheek Magazine
Instagram/isabelleadjaniofficiel

6. Caroline De Haas explique pourquoi elle met son compte Twitter en pause

La militante féministe Caroline De Haas a annoncé qu’elle allait prendre de la distance avec Twitter pour échapper à un flot de violences quotidiennes. Elle explique pourquoi le réseau social n’est “pas safe d’un point de vue mental”.
Instagram/isabelleadjaniofficiel - Cheek Magazine
Instagram/isabelleadjaniofficiel