société

Le Cheek Point

IVG médicamenteuses: la misogynie du Syndicat des gynécos français

On a lu et on vous conseille cet article sur les IVG médicamenteuses et l’arrêt de travail. 
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain


Depuis le 5 juin, un décret permet aux sages-femmes de réaliser des interruptions volontaires de grossesse (IVG) médicamenteuses. Ce qui n’a pas plu au Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France (Syngof), qui l’a fait savoir dans un communiqué.

Un discours plein de mépris pour les sages-femmes, qui n’auraient notamment pas les compétences pour délivrer un arrêt de travail de quatre jours ni le renouveler. Mais aussi envers les femmes dont l’IVG “se passe bien”. C’est du moins ce qu’on peut interpréter des mots de la docteure Elisabeth Paganelli postés sur la page Facebook du Syngof: ‘Soit il y a une complication et la patiente a dû être vue aux urgences gynécologiques pour hémorragie et l’arrêt de travail est prescrit pour complications; soit tout se passe bien et on propose à la patiente de choisir le jour de l’expulsion un jour férié avec un adulte, si possible le compagnon ou une amie, ou de poser un jour de congé (cela lui évite de donner un arrêt de travail à son employeur et de craindre de devoir s’expliquer avec ses collègues). […] Si on considère que la femme est l’égale de l’homme au sein du travail et qu’elle puisse enfin être payée comme l’homme et avec égalité, il faut que les professionnels de santé évitent les arrêts de travail injustifiés à leurs patientes.’”

Repéré par une journaliste de Slate, Daphné Leportois, ce post Facebook écrit par la médecin Elisabeth Paganelli et publié sur la page officiel du Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France montre bien la misogynie latente au sein de cette profession. Au nom de l’égalité femmes-hommes, cette gynécologue propose tout simplement de ne pas accorder d’arrêt de travail en cas d’IVG médicamenteuse “qui se passe bien”,  incitant ainsi les femmes à avorter un jour férié ou à prendre un jour de congé. 

À lire le plus vite possible sur le site de Slate


1. Minou Sabahi met les saveurs de ses voyages dans nos assiettes

A 32 ans, la cheffe franco-iranienne Minou Sabahi s’est installée au début de l’été en résidence chez Fulgurances à l’Entrepôt, lieu de vie culturel du 14ème arrondissement de Paris.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

3. Sur Instagram, la nouvelle génération de militant·e·s mène le combat antiraciste

Depuis quelques mois, un vent de militantisme souffle sur le réseau social adulé des 15-25 ans, où la lutte contre le racisme avance à coups de hashtags, de témoignages et d’analyses politiques de l’histoire ou de l’actualité.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

4. Célibataire et quadra, elle raconte son chemin vers la maternité dans un livre

Dans le livre témoignage Allers-retours pour un bébé en librairies le 17 septembre, Audrey Page relate pourquoi et comment elle a choisi de dissocier désir d’enfant et couple. Mère à 41 ans d’une petite fille née par PMA, elle revient sur les épreuves de son parcours et interroge la conception classique de la famille et des relations amoureuses.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

5. Avec “Les Joueuses”, Julie Gayet célèbre les footballeuses de l’Olympique Lyonnais

En salles le 9 septembre, le documentaire Les Joueuses propose un regard inédit sur les footballeuses de l’Olympique Lyonnais. On a discuté sexisme dans le monde du ballon rond, égalité salariale et visibilité des sportives avec la productrice du film, Julie Gayet.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

6. La cheffe Alessandra Montagne va ouvrir Nosso, un resto locavore et anti-gaspi

La cheffe d’origine brésilienne Alessandra Montagne inaugure en octobre un nouveau restaurant parisien, Nosso -qui signifie “nous” en portugais- baigné de lumière, dans son arrondissement parisien de cœur, le 13ème. Une aventure collective, qu’elle raconte dans notre interview “Top Cheffe”.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

7. Covid-19: comment la pandémie redessine nos vies amoureuses

Rapprochement, rupture, et nouveaux modes de drague: petit état des lieux amoureux post-confinement, à l’heure où se rouler des pelles en public devient un acte quasi politique.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain