société

Le Cheek Point

IVG médicamenteuses: la misogynie du Syndicat des gynécos français

On a lu et on vous conseille cet article sur les IVG médicamenteuses et l’arrêt de travail. 
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain


Depuis le 5 juin, un décret permet aux sages-femmes de réaliser des interruptions volontaires de grossesse (IVG) médicamenteuses. Ce qui n’a pas plu au Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France (Syngof), qui l’a fait savoir dans un communiqué.

Un discours plein de mépris pour les sages-femmes, qui n’auraient notamment pas les compétences pour délivrer un arrêt de travail de quatre jours ni le renouveler. Mais aussi envers les femmes dont l’IVG “se passe bien”. C’est du moins ce qu’on peut interpréter des mots de la docteure Elisabeth Paganelli postés sur la page Facebook du Syngof: ‘Soit il y a une complication et la patiente a dû être vue aux urgences gynécologiques pour hémorragie et l’arrêt de travail est prescrit pour complications; soit tout se passe bien et on propose à la patiente de choisir le jour de l’expulsion un jour férié avec un adulte, si possible le compagnon ou une amie, ou de poser un jour de congé (cela lui évite de donner un arrêt de travail à son employeur et de craindre de devoir s’expliquer avec ses collègues). […] Si on considère que la femme est l’égale de l’homme au sein du travail et qu’elle puisse enfin être payée comme l’homme et avec égalité, il faut que les professionnels de santé évitent les arrêts de travail injustifiés à leurs patientes.’”

Repéré par une journaliste de Slate, Daphné Leportois, ce post Facebook écrit par la médecin Elisabeth Paganelli et publié sur la page officiel du Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France montre bien la misogynie latente au sein de cette profession. Au nom de l’égalité femmes-hommes, cette gynécologue propose tout simplement de ne pas accorder d’arrêt de travail en cas d’IVG médicamenteuse “qui se passe bien”,  incitant ainsi les femmes à avorter un jour férié ou à prendre un jour de congé. 

À lire le plus vite possible sur le site de Slate


1. Camélia Jordana dénonce le racisme de la police dans ONPC

Invitée samedi 23 mai dans l’émission de Laurent Ruquier, On n’est pas couché, la chanteuse Camélia Jordana a dénoncé le racisme de la police. 
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

2. Laura Portelli, la cheffe qui sublime le pique-nique

Chez Pique-Nique, le restaurant qu’elle a ouvert fin novembre, Laura Portelli sert une cuisine douce et réconfortante, version chic de nos repas improvisés en plein air en famille ou entre copains. Pour la déguster, il faudra patienter encore un peu. En attendant, elle répond à notre interview “Top Cheffe”.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

3. Le quinoa rouge, guacamole à la ricotta et condiments acidulés de Beatriz Gonzalez

Ce n’est pas parce qu’on est (dé)confinée qu’on arrête de bien manger. La cheffe Beatriz Gonzalez nous confie sa recette de quinoa rouge, guacamole à la ricotta et condiments acidulés.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

4. Pain fait maison, télétravail et héroïnes ordinaires: que nous restera-t-il du confinement?

Assigné·e·s à domicile pendant deux mois, nous avons dû nous adapter à un rythme de vie radicalement différent de celui que nous avons l’habitude de mener. L’occasion de prendre de nouvelles habitudes, mais aussi de réfléchir à la société que nous voulons -et à la place qu’occupent les femmes dans l’Histoire. 
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

5. À quoi ressemblera la rencontre amoureuse post-Covid-19?

Discussions par message pendant des semaines sans se voir, dates vidéo, peur de la contamination… La crise sanitaire bouleverse les habitudes des célibataires et redéfinit l’étiquette de la rencontre amoureuse au profit du “slow dating”. 
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

6. Le nouveau casse-tête des apéros de déconfinement

Soirées aux fenêtres, gestes barrières, comités réduits… Dans le contexte du déconfinement, les moins de 35 ans s’adaptent, rivalisent d’ingéniosité, et appréhendent les apéros avec de nouvelles priorités.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

7. Elles brisent la tabou de la ménopause et ça fait du bien

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce teaser d’un documentaire à ne pas manquer sur le tabou de la ménopause. 
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain