société

Le Cheek Point

IVG médicamenteuses: la misogynie du Syndicat des gynécos français

On a lu et on vous conseille cet article sur les IVG médicamenteuses et l’arrêt de travail. 
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain


Depuis le 5 juin, un décret permet aux sages-femmes de réaliser des interruptions volontaires de grossesse (IVG) médicamenteuses. Ce qui n’a pas plu au Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France (Syngof), qui l’a fait savoir dans un communiqué.

Un discours plein de mépris pour les sages-femmes, qui n’auraient notamment pas les compétences pour délivrer un arrêt de travail de quatre jours ni le renouveler. Mais aussi envers les femmes dont l’IVG “se passe bien”. C’est du moins ce qu’on peut interpréter des mots de la docteure Elisabeth Paganelli postés sur la page Facebook du Syngof: ‘Soit il y a une complication et la patiente a dû être vue aux urgences gynécologiques pour hémorragie et l’arrêt de travail est prescrit pour complications; soit tout se passe bien et on propose à la patiente de choisir le jour de l’expulsion un jour férié avec un adulte, si possible le compagnon ou une amie, ou de poser un jour de congé (cela lui évite de donner un arrêt de travail à son employeur et de craindre de devoir s’expliquer avec ses collègues). […] Si on considère que la femme est l’égale de l’homme au sein du travail et qu’elle puisse enfin être payée comme l’homme et avec égalité, il faut que les professionnels de santé évitent les arrêts de travail injustifiés à leurs patientes.’”

Repéré par une journaliste de Slate, Daphné Leportois, ce post Facebook écrit par la médecin Elisabeth Paganelli et publié sur la page officiel du Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France montre bien la misogynie latente au sein de cette profession. Au nom de l’égalité femmes-hommes, cette gynécologue propose tout simplement de ne pas accorder d’arrêt de travail en cas d’IVG médicamenteuse “qui se passe bien”,  incitant ainsi les femmes à avorter un jour férié ou à prendre un jour de congé. 

À lire le plus vite possible sur le site de Slate


1. “Premières de corvée”: le livre qui donne la parole aux travailleuses domestiques

Dans son livre documentaire Premières de corvée, le journaliste Timothée de Rauglaudre a rassemblé des témoignages d’employées domestiques, grandes oubliées des luttes sociales contemporaines.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

3. Atteinte d'un cancer généralisé à 26 ans, Camille a eu recours à la GPA en Grèce

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait le nouvel épisode de Bliss Stories dans lequel Camille, atteinte d’un cancer généralisé à 26 ans, a eu recours à une GPA en Grèce.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

4. Christelle Delarue, la “Lionne” qui combat le sexisme dans la pub

Après une campagne d’affichage sauvage retentissante et alors que Les Lions de Cannes, grand raout publicitaire organisé sur la Croisette, ont lieu cette semaine, on s’est entretenues avec Christelle Delarue, fondatrice de l’agence de pub féministe Mad&Women et de l’association de lutte contre le sexisme Les Lionnes.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

5. Avec Women Do Wine, Sandrine Goeyvaerts démonte les clichés sexistes autour du vin

Elles sont vigneronnes, journalistes, blogueuses, sommelières… Les femmes du vin organisent le 23 juin à la Bellevilloise leur première rencontre. La preuve que dans ce milieu longtemps considéré comme masculin, les lignes bougent.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

6. Intersexuée, Élodie Lenoir raconte son ADN masculin dans un corps de femme

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Konbini dans laquelle une jeune femme raconte son parcours d’enfant intersexué.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

7. “Tombeur” versus “salope”: pourquoi il est urgent de mettre un terme au tabou de l'infidélité féminine

Si la diabolisation des femmes infidèles au sein des couples hétérosexuels remonte à plusieurs millénaires, elle a toujours cours en 2019. Entre le cliché de la “salope” qui ne se respecte pas et celui de la femme qui ne trompe que si elle se sent délaissée, pourquoi l’infidélité masculine a-t-elle toujours été bien mieux tolérée socialement? Décryptage.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain