société

Le Cheek Point

IVG médicamenteuses: la misogynie du Syndicat des gynécos français

On a lu et on vous conseille cet article sur les IVG médicamenteuses et l’arrêt de travail. 
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain


Depuis le 5 juin, un décret permet aux sages-femmes de réaliser des interruptions volontaires de grossesse (IVG) médicamenteuses. Ce qui n’a pas plu au Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France (Syngof), qui l’a fait savoir dans un communiqué.

Un discours plein de mépris pour les sages-femmes, qui n’auraient notamment pas les compétences pour délivrer un arrêt de travail de quatre jours ni le renouveler. Mais aussi envers les femmes dont l’IVG “se passe bien”. C’est du moins ce qu’on peut interpréter des mots de la docteure Elisabeth Paganelli postés sur la page Facebook du Syngof: ‘Soit il y a une complication et la patiente a dû être vue aux urgences gynécologiques pour hémorragie et l’arrêt de travail est prescrit pour complications; soit tout se passe bien et on propose à la patiente de choisir le jour de l’expulsion un jour férié avec un adulte, si possible le compagnon ou une amie, ou de poser un jour de congé (cela lui évite de donner un arrêt de travail à son employeur et de craindre de devoir s’expliquer avec ses collègues). […] Si on considère que la femme est l’égale de l’homme au sein du travail et qu’elle puisse enfin être payée comme l’homme et avec égalité, il faut que les professionnels de santé évitent les arrêts de travail injustifiés à leurs patientes.’”

Repéré par une journaliste de Slate, Daphné Leportois, ce post Facebook écrit par la médecin Elisabeth Paganelli et publié sur la page officiel du Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France montre bien la misogynie latente au sein de cette profession. Au nom de l’égalité femmes-hommes, cette gynécologue propose tout simplement de ne pas accorder d’arrêt de travail en cas d’IVG médicamenteuse “qui se passe bien”,  incitant ainsi les femmes à avorter un jour férié ou à prendre un jour de congé. 

À lire le plus vite possible sur le site de Slate


1. Pourquoi il est grand temps de briser le tabou du vaginisme

Ce trouble sexuel, qui rend la pénétration impossible, ou a minima douloureuse et difficile, reste mal connu. Source de honte, le vaginisme est pourtant beaucoup plus commun que ne pourraient le croire les femmes qui en souffrent. Enquête sur un tabou au croisement de la sexualité et de la santé féminine.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

3. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

4. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

5. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

6. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

7. Charge mentale: l'illustratrice Emma suggère aux hommes de prendre des initiatives

Dans une nouvelle planche de BD, l’illustratrice Emma fait une suggestion aux hommes qui souhaitent alléger le poids de la charge mentale de leur femmes. 
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain