société

Le Cheek Point

IVG médicamenteuses: la misogynie du Syndicat des gynécos français

On a lu et on vous conseille cet article sur les IVG médicamenteuses et l’arrêt de travail. 
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain


Depuis le 5 juin, un décret permet aux sages-femmes de réaliser des interruptions volontaires de grossesse (IVG) médicamenteuses. Ce qui n’a pas plu au Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France (Syngof), qui l’a fait savoir dans un communiqué.

Un discours plein de mépris pour les sages-femmes, qui n’auraient notamment pas les compétences pour délivrer un arrêt de travail de quatre jours ni le renouveler. Mais aussi envers les femmes dont l’IVG “se passe bien”. C’est du moins ce qu’on peut interpréter des mots de la docteure Elisabeth Paganelli postés sur la page Facebook du Syngof: ‘Soit il y a une complication et la patiente a dû être vue aux urgences gynécologiques pour hémorragie et l’arrêt de travail est prescrit pour complications; soit tout se passe bien et on propose à la patiente de choisir le jour de l’expulsion un jour férié avec un adulte, si possible le compagnon ou une amie, ou de poser un jour de congé (cela lui évite de donner un arrêt de travail à son employeur et de craindre de devoir s’expliquer avec ses collègues). […] Si on considère que la femme est l’égale de l’homme au sein du travail et qu’elle puisse enfin être payée comme l’homme et avec égalité, il faut que les professionnels de santé évitent les arrêts de travail injustifiés à leurs patientes.’”

Repéré par une journaliste de Slate, Daphné Leportois, ce post Facebook écrit par la médecin Elisabeth Paganelli et publié sur la page officiel du Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France montre bien la misogynie latente au sein de cette profession. Au nom de l’égalité femmes-hommes, cette gynécologue propose tout simplement de ne pas accorder d’arrêt de travail en cas d’IVG médicamenteuse “qui se passe bien”,  incitant ainsi les femmes à avorter un jour férié ou à prendre un jour de congé. 

À lire le plus vite possible sur le site de Slate


1. Violences policières: Assa Traoré plus déterminée que jamais dans son combat

Assa Traoré, figure emblématique de la lutte contre les violences policières depuis le décès de son jeune frère Adama, a lancé une campagne internationale pour répliquer à ce qu’elle appelle un “acharnement judiciaire”. 
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

2. Quand la nourriture devient érotique

Depuis notre tendre enfance, la dimension sensuelle de l’expérience gustative est indéniable. Du lait maternel jusqu’à l’explosion du food porn, les liens entre ces deux entités sont omniprésents. Mais d’où viennent-ils? Et pourquoi la société raffole-t-elle de ce couple sulfureux?
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

3. À Marseille, son resto Yima est une ode à la cuisine méditerranéenne

Ella Aflalo, candidate de “Top chef” en 2018, est désormais aux fourneaux de Yima, temple de la cuisine levantine en plein cœur du quartier de Noailles à Marseille.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

4. Amputée suite à un choc toxique, Sandrine, 36 ans, témoigne

On a lu pour vous cet article du Parisien qui relaie le témoignage de Sandrine, infirmière de 36 ans, victime d’un choc toxique suite à l’utilisation d’une coupe menstruelle et on vous le conseille fortement.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

5. Avec hkind, Alice de Maximy invente le Tinder de la santé

Pour la deuxième année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on dresse le portrait d’Alice de Maximy, prix de l’innovation, fondatrice de la start-up hkind et initiatrice de l’opération Femmes de santé.
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

6. “9 mois”, un podcast intime sans tabou sur la grossesse

Dans ce nouveau podcast bimensuel intitulé 9 mois, l’autrice féministe Marie Bongars nous invite à suivre l’évolution de sa première grossesse sous la forme d’“un journal intime sonore”.  
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain

7. Podcast: Inès Seddiki raconte comment son asso Ghett'Up rapproche Paris et ses banlieues

On a écouté pour vous cet épisode du podcast Génération XX avec Inès Seddiki, sur les passerelles à créer entre Paris et ses banlieues, et on vous le recommande. 
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain  - Cheek Magazine
Une manifestation à Madrid pour le droit à l'avortement le 8 mars 2014 © Myriam Levain