société

Le Cheek Point

Qui se cache derrière le site anti-avortement ivg.net?

On a lu cette enquête des Décodeurs sur le site anti-avortement ivg.net et on vous la conseille fortement. 
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net

Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net


C’est un numéro vert, que l’on retrouve sur les sites Web des villes de Colomiers ou de Lorient, du centre des œuvres universitaires (Crous) de la capitale, du centre hospitalier de Bordeaux ou encore des portails d’informations jeunesse des départements de Moselle ou de Charente-Maritime. Supposé assurer un service d’écoute et d’aide pour les femmes s’interrogeant sur une interruption de grossesse, ce numéro est en réalité celui d’une association hostile à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). De nombreux témoignages de femmes qui ont composé le numéro attestent que les répondants font tout pour dissuader les appelantes d’avorter.

Les institutions qui relaient ce numéro le font en toute bonne foi, pensant sincèrement renvoyer vers un service officiel. Comme nombre de femmes, elles sont victimes de la dissimulation active pratiquée par des opposants à l’avortement, qui, profitant de la longue absence de sites officiels sur la question, déguisent des sites orientés en portails neutres d’information. Contacté, l’hôpital de Bordeaux tombe ainsi des nues en apprenant qu’il dirige les visiteurs de son site vers une plate-forme anti-IVG.

Les journalistes Laura Motet et Samuel Laurent ont enquêté sur le site ivg.net, une plate-forme anti-avortement fondée par un couple de militants catholiques, très bien référencée sur le Web -dont on vous parlait déjà il y a quelques années. Le site sera aujourd’hui au centre des débats au Sénat dans le cadre du projet de loi visant à créer un délit d’entrave à l’IVG sur Internet

À lire le plus rapidement possible sur Les Décodeurs.


4. Elle continue de recevoir des publicités de grossesse après la mort de son bébé, et pousse un coup de gueule

On a lu pour vous cette lettre ouverte, publiée sur Twitter mardi 11 décembre, dans laquelle la journaliste Gillian Brockell pousse un coup de gueule contre les réseaux sociaux qui continuent à lui envoyer des publicités en lien avec sa grossesse après la perte de son bébé. 
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net  - Cheek Magazine
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net

5. Une nouvelle ère pour les Irlandaises: l'avortement enfin légalisé

Le jeudi 13 décembre 2018 marque un tournant historique pour les droits des femmes en Irlande. Après la victoire du “oui” au référendum en mai dernier, le Sénat vient d’annoncer la légalisation de l’avortement. 
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net  - Cheek Magazine
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net

6. Réduire le temps de travail pour l'égalité femmes-hommes? C'est le pari d'une asso belge

En Belgique, l’association féministe Femma va passer à la semaine de quatre jours afin d’offrir à ses employé·e·s plus de temps libre. Objectif? Donner l’occasion aux hommes de se charger davantage des tâches ménagères, un domaine encore et toujours largement pris en charge par les femmes.
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net  - Cheek Magazine
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net