société

Le Cheek Point

Qui se cache derrière le site anti-avortement ivg.net?

On a lu cette enquête des Décodeurs sur le site anti-avortement ivg.net et on vous la conseille fortement. 
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net

Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net


C’est un numéro vert, que l’on retrouve sur les sites Web des villes de Colomiers ou de Lorient, du centre des œuvres universitaires (Crous) de la capitale, du centre hospitalier de Bordeaux ou encore des portails d’informations jeunesse des départements de Moselle ou de Charente-Maritime. Supposé assurer un service d’écoute et d’aide pour les femmes s’interrogeant sur une interruption de grossesse, ce numéro est en réalité celui d’une association hostile à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). De nombreux témoignages de femmes qui ont composé le numéro attestent que les répondants font tout pour dissuader les appelantes d’avorter.

Les institutions qui relaient ce numéro le font en toute bonne foi, pensant sincèrement renvoyer vers un service officiel. Comme nombre de femmes, elles sont victimes de la dissimulation active pratiquée par des opposants à l’avortement, qui, profitant de la longue absence de sites officiels sur la question, déguisent des sites orientés en portails neutres d’information. Contacté, l’hôpital de Bordeaux tombe ainsi des nues en apprenant qu’il dirige les visiteurs de son site vers une plate-forme anti-IVG.

Les journalistes Laura Motet et Samuel Laurent ont enquêté sur le site ivg.net, une plate-forme anti-avortement fondée par un couple de militants catholiques, très bien référencée sur le Web -dont on vous parlait déjà il y a quelques années. Le site sera aujourd’hui au centre des débats au Sénat dans le cadre du projet de loi visant à créer un délit d’entrave à l’IVG sur Internet

À lire le plus rapidement possible sur Les Décodeurs.


1. Avec Cité Tech, Monia Maganda lutte contre l'exclusion numérique grâce à ses “FabLabs mobiles”

À 35 ans, Monia Maganda est à la tête de Cité Tech, association créée en 2018 à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Elle rêve d’amener le numérique aux publics qui en sont éloignés, dans les quartiers populaires et les zones rurales, mais aussi dans les départements d’outre-mer.
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net  - Cheek Magazine
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net

2. Sept ans après la mort de sa fille, Nora Fraisse continue son combat contre le harcèlement scolaire

Pour la deuxième année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on dresse le portrait de Nora Fraisse, prix du courage et du dépassement de soi, fondatrice de l’association de lutte contre le harcèlement scolaire Marion la main tendue. 
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net  - Cheek Magazine
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net

3. Dans leur bar à cocktails Kouto, elles privilégient le goût avant tout

Chirine et Marie Cabaret-Besenval, en couple dans la vie comme derrière le comptoir, tiennent Kouto, un bar à cocktails dans le 10ème arrondissement de Paris. À respectivement 32 et 27 ans, elles prônent un cocktail “proche des client·e·s” et éco-responsable.  
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net  - Cheek Magazine
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net

5. Avec Carlotta With, Charlotte Crousillat revisite la cuisine végétarienne à Marseille

À 28 ans, la Marseillaise Charlotte Crousillat gère Carlotta With, un restaurant végétarien dans le 6ème arrondissement de la cité phocéenne, et entend encourager l’entreprenariat féminin dans sa ville. Elle a répondu à notre interview “Top Cheffe”. 
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net  - Cheek Magazine
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net

6. Caroline De Haas explique pourquoi elle met son compte Twitter en pause

La militante féministe Caroline De Haas a annoncé qu’elle allait prendre de la distance avec Twitter pour échapper à un flot de violences quotidiennes. Elle explique pourquoi le réseau social n’est “pas safe d’un point de vue mental”.
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net  - Cheek Magazine
Capture d'écran du site anti-avortement ivg.net