société

La vidéo du jour

“Je suis la charge”, un court-métrage bien vu sur la charge mentale

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce court-métrage intitulé Je suis la charge, en lice pour le Nikon Film Festival et réalisé par l’actrice Margaux Heller, qui illustre ce qu’est la charge mentale. 
DR
DR

DR


Tu ne me l’as pas dit”, “Ce n’était pas écrit sur la liste de courses”… Voilà des phrases que les femmes ont trop souvent entendues. C’est ce qu’a voulu dénoncer l’actrice et réalisatrice Margaux Heller. À l’occasion du Nikon Film Festival, la jeune femme de 26 ans a écrit un court-métrage intitulé Je suis la charge, qui traite -comme son nom l’indique- de la charge mentale

Dans cette vidéo de deux minutes, Margaux Heller et le comédien Marc Maurille incarnent un jeune couple. Elle est une femme “active et indépendante” et lui est un homme “charmant, doux, drôle qui a tout pour être aimé”, précise la réalisatrice. Cette dernière a souhaité illustrer ici la charge mentale en montrant la flemme d’un partenaire à aller chercher un verre ou un cendrier. “J’ai vraiment voulu éviter l’écueil de la représentation d’un monde manichéen où l’homme est un salaud et la femme une victime. […] Je voulais parler d’une situation de vie simple, quotidienne, presque anecdotique dont beaucoup de femmes font l’expérience”, explique Margaux Heller. En espérant que ce court-métrage drôle et intelligent provoque une prise de conscience chez les hommes, comme chez les femmes. On vous laisse le découvrir en cliquant sur ce lien

Wendy Le Neillon


3. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
DR - Cheek Magazine
DR

4. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
DR - Cheek Magazine
DR